Test : c’est un Hoverboard ? Non c’est un Solowheel !

Solowheel

SolowheelSolowheel. Ce nom vous dit déjà quelque chose ? C’est normal, nous l’avons déjà testé. Ceci étant pour reprendre la métaphore de Retour vers le Futur, disons que Doc Brown a testé (et pas totalement approuvé) l’HoverBoard, et qu’il est grand temps de le laisser à Marty McFly.

C’est quoi ?

Le Solowheel est un transporteur personnel, doté d’une seule et unique roue. Barbarement, il s’agit d’un transporteur gyroscopique. Totalement électrique, le joujou atteint les 16 km/h et est capable de monter une côte de 30%.

Côté poids il fait monter la balance à 11 kilos et est capable d’en supporter 99. Il se recharge en une heure et demie, ce qui lui permet de vous promener sur approximativement sur 16 kilomètres

Venons en à la question fatidique, il vous en coûtera environ 2000€. Aïe…

C’est pour qui ?

Pour tout le monde. Précisons un peu, pour toute personne urbaine vivant dans une grande ville et qui est amenée à faire des déplacements de faible distance (moins de 10 kilomètres). Le Solowheel est typiquement une alternative qui se situe entre la trottinette et le vélo, en termes d’usage.

Il va de soi qu’aux vues de son tarif, il n’est pas destiné à toutes les bourses. Si vous allez sans doute baver dessus, vous n’aurez certainement pas les moyens de vous l’offrir. (On dévoile un secret, heureusement, il est possible de le tester grâce à des démonstrations gratuites)

Ce n’est pas du tout un engin masculin, il est, comme qui dirait, unisexe et s’utilise très facilement en talons. Ces dames sauront apprécier. De même, en baskets ou chaussures de ville, il n’y a aucune différence. Par principe, on déconseillera les tongs.

Solowheel

En baskets ou en chaussures de ville !

Un point sur le design

Le design est disruptif, on ne connait encore que trop peu ce genre de produit. S’il est franchement résistant, on apprécierait de le voir gagner en finesse. On ne comprend pas de suite ce que c’est, à première vue, on dirait un aspirateur robot Roomba.

Prise en main

Ou plutôt prise en pieds, que l’on baptisera phase critique. Appréhension oblige, ce truc à l’air casse-gueule et pourtant ! Une fois que vous avez saisi le principe, on bascule légèrement en avant pour accélérer, en arrière pour freiner, vous vous retrouvez en 5 minutes montre en main en train de vous baladez dans les rues.

On manque évidemment d’assurance au départ, mais pas de panique, Monsieur Solowheel vous tient par le bras pour vous assurer. Concrètement, en une heure de pratique vous devenez totalement autonome. Partant de ce principe, en une petite semaine de temps, le joujou n’aura plus de secret pour vous.

Pourquoi c’est bien ?

Le Solowheel gère automatiquement l’équilibre grâce à un gyroscope placé dans une roue qui héberge également la batterie ou le moteur. C’est extrêmement stable dès le moment où vous comprenez qu’il ne faut pas desserrer les mollets. D’un autre côté, les accélérations (jusqu’à 16 km/h) et freinages (jusqu’à 0 km/h !! Dingue) sont fluides et puissants, tout comme la maniabilité est particulièrement intuitive. Le Solowheel ne fait tout simplement pas de bruit, aucun.

Mais voilà venons-en au fait, et à qui fait la force de ce Solowheel, aussi bien à l’aise sur les pavés que sur les bateaux des trottoir : trouvez-vous un boulevard (même avec  du monde dessus) et foncez ! Comme vous ne voyez pas l’engin, avec la vitesse, la stabilité et le déplacement sans heurt, on jurerait conduire un Hoverboard. Bluffant, les sensations sont exceptionnelles ! En prenant en compte la vitesse et l’aisance de déplacements (comprenez éviter les passants), il devient très pratique pour faire de courts trajets d’une dizaine de kilomètres ou faire les courses avec panache.

Nous ne sommes pas les seuls à l’avoir maltraité durant un test (et non je ne suis pas tombée, encore que 20 ans de rollers doivent sans doute aider… un peu), si le Solowheel prend des gnons, il résiste du feu de Dieu. Idem pour la batterie, partie coûteuse, qu’il n’est pas nécessaire de changer tous les ans. Concernant les retours négatifs sur des défauts techniques, c’est bien simple, il n’y en a pas.

D’ailleurs, impossible de le blâmer pour son poids, bien que ses onze kilos impressionnent principalement sur le papier. S’il n’y a qu’à descendre un escalier ou faire quelques pas, ce n’est pas si problématique. Le gros avantage reste de pouvoir le ranger à peu près n’importe où et également dans le coffre d’une voiture ou en soute pour un avion. Il est idéal pour les vacances, pour une pratique utile ou simplement ludique. Si vous êtes de ceux qui se disent qu’une quinzaine de kilomètres est une limite, la bête se recharge en une heure et demie. Comprenez, vous arrivez au bureau, vous le mettez en charge sur une prise traditionnelle, vous faites vos RDV et rentrez tranquillement chez vous. Une LED rouge vous indiquera qu’il vous reste un ultime kilomètre d’autonomie.

Nous étions sceptiques et pourtant, il est tout à fait possible de téléphoner à bord de cet engin, le côté main-libre est sympathique, ne serait-ce que pour saluer les passants intrigués par le joujou. La preuve en photo dans la galerie !

Ça aurait pu être mieux

Vous l’aurez compris, Marty McFly est plutôt dithyrambique sur l’Hoverboard, comme nous avec le Solowheel. Ceci étant nul n’est parfait, hormis bien sûr, Chuck Norris. Que doit-on améliorer sur la prochaine update de ce garnement ?

Le Solowheel devrait tout de même se payer un petit régime, d’ailleurs, c’est d’époque. En effet, si vous tombez en panne de batterie à 10 minutes de votre destination, porter 11 kilos n’est pas à la portée de tous. On n’imagine pas le trimbaler dans les couloirs du métro par exemple. Ceci dit, si on vous le pique vous aurez certainement plus de chance de rattraper le voleur (sauf s’il sait s’en servir, mauvais karma, pas de bol)

D’une manière générale, le Solowheel subit le même problème que les voitures électriques, vous ne l’entendez pas, très bien pour vous, nettement moins pour les passants. Non, le parisien ne se pousse pas, c’est un peu comme un pigeon, du coup il s’agit d’être attentif à tout ou d’acheter une sonnette. Une loupiotte ne serait pas un luxe pour signaler la présence, au moins de nuit. En parlant de nuit, elle tombe vite en hiver et voir la route est, à ce qu’on dit, un plus. Même punition, un phare avant et arrière.

En terme de confort, à force de garder les genoux pliés pendant une heure (faire la chaise en moins violent), vous ne couperez pas à quelques courbatures. Dans la même veine, les mousses ne sont pas encore des plus ergonomiques et ont tendance à blesser légèrement le mollet. Rien de bien méchant, mais ce peut être amélioré.

Dernier point fâcheux : le Solowheel n’est livré avec aucune application. En 2013, à l’heure de l’explosion des trackers personnels et des applications, celle-ci est indispensable. GPS, distance parcourue, prises à proximité, etc. Reconnaissons que l’idée serait appréciable.

Ça nous a étonné

Les gens en sont fous, totalement fous, ils vous arrêtent, veulent essayer, sont totalement intrigués ! Le Solowheel est comme le Furby, idéal pour pécho. Malheureusement, il n’est pas accessible à toutes les bourses, puisqu’il est vendu 2 000€ !

Ce qui est fort par contre, c’est que qu’importe la météo, la roue du Solowheel accroche parfaitement au bitume même par temps de pluie, de plus il intègre un garde-boue dans la coque !

C’est à noter

  • Et le Segway alors ? Celui-ci est principalement utilisé dans les rues pour distribuer des tracts, le Solowheel est plus dédié à être un transporteur personnel pour le consommateur et non un moyen promotionnel pour entreprises.
  • Si le principe est le même, il est nettement moins encombrant sans le bras dont dispose le Segway. Voiture ou avion, vous l’emmènerez plus facilement. Dernier point, le Segway se vend entre 7 900 et 9 000 euros selon les modèles, entre 6500 € et 4600 € pour un Segway d’occasion vieux de 3 ans et le Solowheel est à 2000 euros.

Et alors, j’achète ?

Vous êtes riche comme Crésus ? Blindé de thunes ? Plein aux as ? Foncez, vous ne serez pas déçu. Sinon il est évident qu’il vous faudra passer votre chemin.

Rapide, pratique, amusant et futuriste, c’est un excellent produit intuitif et simple à prendre en pieds. S’il lui reste quelques défauts, ils restent tout à fait améliorables et les versions futures devraient être exceptionnelles. Novateurs, on espère que les prochains seront plus abordables, plus légers et accessoirisés.

Imaginez-vous sur ce joujou, Google Glasses au vent et guidé par GPS ? Not bad…

no images were found

Tags :Sources :Solowheel
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Va falloir penser à investir dans un appareil photo parce que la elle sont toutes floues.
    A la rigueur un htc one pour sa vitesse de capture (8 images seconde).

    Sinon pensez à changer votre visionneuse de photo, c’est pourtant pas compliqué à faire avec un cms.

  2. 2000 euros est une somme dérisoire. Il existe des vélos ou scooters bien plus chers. C’est donc à la portée de n’importe qui, même à crédit.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
      1. Humour peut-être, mais c’est fou comme une photo peut sembler « expliquer » une manière d’écrire :
        – elle a des lunettes
        – elle est pas fringuée en nymphette
        – elle s’y connait en roulettes
        et elle a pas l’air bete …
        => c’est surement une geekette !
        Et bravo pour ce bienvenu long test, j’en prend 3

  3. « Ce n’est pas du tout un engin masculin »
    11 kg quand même … soit pratiquement 8 bouteilles d’eau d’1L5, ça me parait un peu lourd à porter en usage courant quand on ne l’utilise pas, ça travaillera les biceps et dos au moins.

  4. TOUJOURS TROP CHER. COMME D’HABITUDE. APPAREMMENT, QUELQU’UN À DÉCIDÉ, QUE LES MOYENS DE TRANSPORTS ÉLECTRIQUES COUTAIENT MINIMUM 2000€
    EH BIEN CELA VA ÊTRE UNE FOIS DE PLUS UN ÉCHEC. FAUDRAIT VOIR À PAS NOUS PRENDRE POUR DES PIGEONS.

    1. m’en fous je boufferai des pâtes jusqu’en 2045 mais j’en veux un.

      Ou alors je peux peut être envoyer mes fils à la mine. Au black.

      Ou alors j’lai vend sur le bon coin.

      En tout cas je l’aurai.

  5. Pour les images, vous devriez faire comme facebook : ouverture de l’image en surimpression et défilement de diverses images inclus sans recharger toute la page à chaque fois ! Votre système est archaïque.

    1. Et même, une dizaine de photo, beaucoup de ligne, et pas fichu de montrer une vidéo, qui pour un engin mobile, est le comble. Geek hein ?

  6. Sympa ! J’espère que ça va bien se vendre ! Comme ça d’ici 3-5 ans quand le prix aura bien baissé, cette technologie sera abordable …

    1. super je donne un lien du même produit mais plus de deux fois moins chez et je me fait POUCE ROUGE mon com…. il existe donc des alternatives comme WHEELY 500W, IPS, AIR WHEEL, qui sont donc à moins de 900 euros voir même moins de 500 euros sur ebay (airweel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité