PRISM, l’hypocrisie des Etats-Unis

Hypocrisie

Dans l'affaire PRISM, Edward Snowden n'a toujours pas trouvé asile à son exil et les Etats-Unis ne font logiquement pas grand chose pour l'aider. A croire que chez l'Oncle Sam, on n'accueillerait JAMAIS une personne d'une autre nation si elle avait eu l'audace de divulguer une information classée confidentielle ! Ou pas.

L’asile politique est un concept étrange quand on y songe. En somme, un pays ose dire à un autre, nous pensons que votre criminel est en fait un héros… Il s’agit donc de résister et d’assumer certaines tensions, voire pressions. Difficile de lutter face à la première puissance mondiale.

Côté outre-Atlantique le respect des informations classées secret défense est tel que le pays n’oserait sans doute jamais offrir l’asile à quiconque aurait trahi sa patrie… Et pourtant. Retournons en 1997.

Michel Christophe Meili, un agent de sécurité de 29 ans travaillant à la banque UBS, avait dérobé des documents volés par les nazis pendant l’Holocauste.  Les documents auraient dû être détruits, mais Meili les a donnés à une organisation juive… Les révélations ont finalement abouti à un règlement d’1,25 milliard de dollars entre les banques suisses et les victimes de l’Holocauste.

Loin d’être ravi, le gouvernement Suisse a souhaité en découdre avec le jeune homme, arguant qu’il s’agissait de documents secrets. Meili a fui aux États-Unis, a été accueilli comme un héros, et le Congrès a même écrit une loi spéciale lui accordant à lui et sa famille une résidence permanente. Et c’est la que ces deux histoires s’entrechoquent et se télescopent avec ‘une once’ d’hypocrisie de la part des autorités américaines.

Snowden

Chacun verra midi à sa porte….

Aujourd’hui elles tentent de légitimer la poursuite incessante de Snowden car l’ancien salarié de la NSA a brisé les lois américaines concernant ce sempiternel secret défense. Or en 1997, le sénateur Chuck Grassley s’exprimait en ces termes.

‘La situation que nous connaissons ici avec M. Meili a des répercussions dans le monde entier, mais il a agi avec bravoure, et peut-être le courage de supporter la torture mentale de ce qu’il s’est passé depuis lors.

 

Mais cela me rappelle beaucoup de choses qui se passent dans notre propre gouvernement, et j’aime à penser que notre gouvernement fédéral resterait honnête si nous avions des gens qui, en son sein, si quelque chose était malsain, seraient prêts à se présenter et a le dire haut et fort.

 

Je suis préoccupé par l’usage du mot ‘traitre’ pour décrire une personne qui cherche la vérité, qui veut s’assurer que tous les faits et circonstances soient connus, de sorte que le mal puisse être corrigé.’

A deux poids, deux mesures semblerait-il…

Tags :Sources :GawkerVia :Docexblog
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Il n y aurait pas une petite difference entre denoncer la spoliaation d argent par les banques et denoncer des personnes ayant des comptes et les ayant peut etre declares au fisc, en tour cas jamais vile a des morts !?!?

  2. IL est malheureux de voir que les Etats Unis ont le pouvoir de décision même sur la Russie et que personne à part quelques pays sont capable de passer outre leurs menaces…

  3. Le 12 juillet, Edward Snowden disait ceci : « J’annonce aujourd’hui que j’accepte officiellement toutes les offres de soutien et d’asile qui m’ont été faites, et toutes celles qui pourront m’être faites dans le futur. Avec, par exemple, la proposition du Président du Venezuela, M. Maduro, mon statut de réfugié est désormais officiel. Aucun état n’a donc le droit ni de limiter ni d’interférer avec mon droit de bénéficier de cet asile. Mais comme nous l’avons vu, certains gouvernements d’Europe Occidentale et d’Amérique du Nord ont démontré leur volonté d’agir en dehors des lois. Ce comportement persiste aujourd’hui et ces menaces illégales me rendent impossible tout voyage vers l’Amérique Latine pour bénéficier de l’asile politique qui m’y a été accordé dans le respect de nos droits universels. »

    Source: http://korben.info/snowden.html

    Je suis pris en tant que journaliste, ça y est?

  4. Attention au sensationnalisme. Là vous ne parlez pas de la position des US mais du sénateur Chuck Grassley. Qu’a-t-il à dire sur Snowden ?

    Sen. Chuck Grassley (R-Iowa) said that determinations of the severity of Snowden’s potential criminal offenses should “be based entirely upon the damage to national security.” Grassley said he’d been previously briefed on the NSA’s surveillance of Internet communications and phone records.

    “It’s the only reason he could be prosecuted,” said Grassley, the top Republican on the Senate Judiciary Committee.

    Read more: http://www.politico.com/story/2013/06/edward-snowden-senators-talk-treason-92547.html#ixzz2ZFNoBThH

    Donc lui-même est plus mesuré que Barack Obama. Par contre, le président américain prix Nobel de la paix ultra-prématuré est lui clairement hypocrite.

  5. « reglement d’1,5 milliard de dollars »

    Il ne faut pas oublier, y’a moyen d’un pti billet, sho-sho-ananas !
    Pas reussis à m’en empecher.

  6. En général je n’ai pas vraiment tes articles, Florence, (trop approximatifs, trop erronés, trop à côté de la plaque) mais il faut rendre à César ce qui est à César, celui-ci est vraiment très sympa et très à propos. Merci d’avoir partagé cette info.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité