Il lance un Kickstarter… et dilapide l’argent récolté !

Kickstarter FAIL

Comme quoi, on peut très bien lancer un projet sur Kickstarter, récolter largement les fonds demandés, et les dilapider en moins de deux. La preuve.

Erik Chevalier désirait développer un nouveau jeu de plateau un peu nerd/geek sur les bords. Pour se faire, il a décidé, comme beaucoup avant lui, de passer par la plate-forme de crowdfunding Kickstarter.

Avec un certain succès, puisqu’il aura récolté plus de 120 000$, sur les 35 000$ qu’il réclamait à l’origine. Une sacré somme pour un jeu de plateau, mais pourquoi pas, après tout ?

Sauf que le même Chevalier a récemment publié un billet sur la page du projet, indiquant non seulement qu’il avait dépensé tout l’argent récolté, mais qu’il lui était impossible de finaliser son jeu, et que, par conséquent, il ne sera pas livré à ceux l’ayant financé.

Mais attendez : là où ça devient cocasse, c’est que Chevalier laisse entendre à demi-mot avoir entre autre financé son déménagement à Portland avec l’argent qui lui a été confié. Argent qu’il aura dans tous les cas bien du mal à rembourser, puisqu’il a quitté son emploi pour se lancer dans la création de son jeu. Des discussions semblent par contre se mettre en place du côté des personnes ayant financé le jeu, qui pensent à attaquer le mauvais gestionnaire. Épique, n’est-ce pas ?

Tags :Via :valleywag
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je me suis toujours demandé quand est-ce que ce genre d’arnaque ou d’escroquerie allait arriver sur ce genre de pratique crowfunding. J’était étonné de voir jusqu’à aujourd’hui qu’il n’y ait pas écho de personne qui est fait une annonce et réussi cette dernière, pour se barrer avec l’argent et faire un gros doigt d’honneur aux investisseurs… Jusqu’à aujourd’hui.

    Les dérives du crowfunding commence à s’entasser chaque jour et je pense qu’on en verra bientôt les limites de ce genre de financement. J’espère juste que cette personne sera condamné en bonne et dû forme pour sa malhonnêteté.

    1. Personnellement, je m’occupe d’une plate-forme de crowdfunding en Belgique (www.lookandfin.com) , et je trouve votre remarque peu pertinente : il n’y a aucune raison de voir la fin du crowdfunding. Effectivement des dérives sont possibles mais tout dépend de la plate-forme et des gens qui sont derrière. Ce genre de dérives est impensable chez Anaxago ou Wiseed par exemple, pour reprendre deux acteurs français. Par ailleurs, le crowdfunding finance majoritairement des gens/entreprises qui en ont besoin et qui ne trouvent pas de financement auprès des banques qui sont actuellement extrêmement averses au risque, et cela crée de l’emploi… Je ne vois donc vraiment pas pourquoi il faudrait stopper ce moyen de financement…

      1. « Je ne vois donc vraiment pas pourquoi il faudrait stopper ce moyen de financement… »

        Evidemment que tu ne vois pas pourquoi il faudrait stopper ce moyen de financement puisque c’est ton business !(pour lequel tu viens spammer ici en prime).

        Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
      2. « je trouve votre remarque peu pertinente : il n’y a aucune raison de voir la fin du crowdfunding. » Nullement je n’ai mentionné à un quelconque endroit le fait de voir disparaître ce genre de financement. Le crowfunding est quelque chose de superbe, le problème c’est que la presse en général c’est emparer du phénomène pour décrire un nouvel idylle de trouver de l’argent et de fabriquer des produits révolutionnaires, alors que c’était avant plus difficile à cause d’un marché inondé et la présence des trop grosses entreprises.

        Le problème c’est que derrière ce rêve, il y à la réalité, entre des projets qui ne se concrétisent pas, des projets qui ne respectent pas le constat de base, une qualité en deçà de ce qui était prévu ou alors arnaques et escroquerie… ce sont ces limites que je veux dénoncer et qu’on découvrira encore au fur et à mesure, non pas le moyen ou la méthode. J’espère juste que ces cas serviront de jurisprudence et que l’encadrement sera plus strict pour éviter les dérives.

         » Je ne vois donc vraiment pas pourquoi il faudrait stopper ce moyen de financement…  » Encore une fois, jamais je n’ai mentionné quelque part d’arrêter cela… Faut arrêté de voir le mal partout et d’inventer des idées idiotistes derrière chaque tournure de phrase qui ne vous semble pas correct…

      3. Et hop la petit pub en plus du commentaire sa ne fait pas de mal, hein? Quel arrogance!

        Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. La seule garantie que tu as c’est que si le projet ne reçoit pas la somme attendue, tu n’es pas débité.
      Par contre si le projet l’est alors tu es débité. Si le projet n’arrive jamais à son terme, tu n’as aucune manière de réclamer quoi que ce soit.
      C’est un investissement le crowfunding, il y a un risque forcément.

  2. Moralité: Exercez un boulot qui vous plaît et qui paye bien.
    Codez pour le fun, et balancez tout ça gratos et en open source.
    Sans oublier de mettre un bouton: « Don », et une option: « chèques ».

    1. Entre ceux qui ne mettent pas de lien de contact, ceux qui ne mettent pas d’option chèque, et ceux, qui atteint de paranoia aigûe refusent de communiquer leurs coordonnées..
      Et ben j’vous jure que c’est pas facile de remercier les dev qui en valent la peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité