PRISM : pas de miracle malgré un vote des députés américains

APTOPIX Capitol Sunrise

Quoi qu'on pense de l'espionnage de la NSA, il trouve ses adorateurs et ses détracteurs. En effet, suite au vote d'un amendement visant à limiter les pouvoirs de la NSA, il s'avère que le gouvernement n'est pas prêt d'arrêter de collecter les données et ce, à cause de 12 voix.

Des députés américains, conservateurs comme républicains, ont tenté de convaincre une majorité afin de contraindre le gouvernement à limiter ce qu’on ne peut qu’appeler de l’espionnage. En vain. L’amendement, attaché à une facture annuelle du budget de la défense, a été rejeté, mais de peu.

Effectivement le vote fut serré, 205 voix contre 217 à la Chambre des représentants.Naturellement, il a ébranlé l’administration Obama, et la discussion qui en a découlé reste une première depuis les révélations concernant le programme PRISM. Le gouvernement va enfin devoir faire face à un débat et non plus à sa décision arbitraire de maintenir telle collecte.

Malgré certaines pressions des partisans du programme, Joe Barton ose par exemple se mettre en porte-à-faux en déclarant :

‘L’interprétation de la NSA reste que toutes les données sont pertinentes et tout le temps. C’est tout simplement faux.’

Cependant, les pro-PRISM ne manquent pas et amènent des arguments difficilement critiquables comme, le travail de la NSA est un outil essentiel qui sauve des vies américaines. (Allez donc dire qu’il est mal de sauver des vies…).

De toute évidence, bien que cette tentative ait échoué, nombreux sont les membres du gouvernement qui s’insurgent contre la collecte et le stockage de nos données personnelles. Pour le moment, il devient évident que les recours législatifs atteignent leurs limites et ne permettent pas de nous protéger efficacement. Espérons cependant que cette partie hétéroclite du gouvernement Obama réussisse rapidement à confirmer cette lancée et à convaincre du bien fondé de leur démarche anti-PRISM.

Finalement, que représentent 13 personnes ? Le respect de notre vie privée, bafoué au nom de la lutte contre le terrorisme.

Tags :Sources :The Verge
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité