Le pire trajet en avion…

Au secours !

Si vous avez l'occasion de prendre l'avion, vous savez très certainement que, comme tout transport en commun, personne n'est à l'abri de passer un très mauvais moment: bébé qui hurle pendant des heures, enfant très turbulent, voisin malade, etc. Mais tout cela n'est rien comparé à la mésaventure qu'a connu ce vol Qantas de Santiago du Chili à Sydney.

Tout allait pour le mieux, ou presque, lorsque le Boeing 747-400 de la compagnie Qantas décolle de Santigo du Chili. Et c’est parti pour 13 heures de vol ! Malheureusement, parmi les passagers, 26 personnes sont affreusement malades. Et les symptômes vont transformer ce vol en un véritable calvaire…. Diarrhée et vomissement ne font pas bon ménage en avion. Surtout lorsque celui-ci n’a que 10 toilettes !

Difficile d’imaginer la situation à bord de l’appareil… L’enfer dans les airs, assurément ! A l’atterrissage, les passagers malades étaient dans un tel état que 16 d’entre eux ont dû être emmenés à l’hôpital, trois ont même été transportés sur civière.

Tags :Sources :Jalopnik
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Déjà une gastro en temps normal c’est pas la joie, alors imagine dans un avion ou les toilettes sont prises d’assaut par d’autre personne dans le même état que toi voir pire… La bonne fermentation des microbes :) ! Compter à cela des ressources médicale limité, des ressources hydratantes aussi… Bref sa devait pas être la joie, surtout si c’était des gastro aigues je peux comprendre que les mecs était très mal ! (Pour avoir fait l’expérience d’un germe à l’estomac, si les mecs était dans le même état que je l’ai été, la civière devait vraiment s’imposé !).

  1. Sinon, pas une ligne pour expliquer le pourquoi de tout ces malades ?
    Allez, on va sur la source et on lit (même Google Traduction permet de se donner une idée de ce qui c’est passé)
    Les articles de Gizmodo Fr deviennent de plus en plus proche des tweets :(

  2. C’était mathématique : 26 malades moins 10 toilettes seulement à bord… On devine qui sont les 16 personnes emmenées à l’hôpital.

  3. C’est assez souvent que ces bétaillères se retrouvent en mauvaise posture dès qu’une épidémie de gastro affecte plus de 2% des passagers.
    De toutes façons, pendant les turbulences, se lever de place est interdit … et le reste du temps, les chariots repas bloquent le passage … enfin, les toilettes de première sont interdit d’accès, ainsi que ceux de l’équipage. Alors j’imagine qu’on a logiquement fermé les anciens rideaux délimitant la zone fumeur, et le commandant a décrété qu’à l’arrière de l’appareil, il était toléré de se vider à sa place, à condition de signaler l’évènement en revêtant le gilet de sauvetage (sans le gonfler) et d’allumer le voyant d’appel (cf. l’annonce faite par le chef de cabine en 3 langues).
    Ce semblant d’organisation a permis à la compagnie de garder le contrôle et de sauver la face (on avait ainsi écarté l’idée, déjà évoquée par certains, d’isoler les premières classes dans leur sarcophage individuel pour ensuite transformer leur compartiment en caisse de dépôts libres).

    1. Pourquoi te faire chie a pondre une tel reponse ?
      Cette article a t il changer ta vie ? Ou est tu simplement fan des commodites dans les transport en commun ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité