Les scientifiques proches de trouver le squelette de Mona Lisa !

Squelette

Il y a un an de cela, des scientifiques affirmaient avoir retrouvé le squelette de la Joconde. Ils veulent confirmer que les ossements dénichés dans un couvent italien sont les restes de Lisa Gherardini grâce à des analyses ADN.

Il existe de nombreuses théories concernant la femme peinte sur la célèbre Toile, certains affirment même que c’est un homme. Une des hypothèses les plus plausibles reste qu’il s’agit de Lisa Gherardini et c’est justement les ossements de cette femme qui auraient été retrouvés. C’est une véritable quête qui les avait entraînés aux abords du couvent de Sant’Orsola à Florence.

Après l’ouverture du caveau de la famille, nos chercheurs ont découvert les deux fils et le mari Gherardini. Comment prouver que cette femme est bien Madame Gherardini et surtout qu’elle est la mystérieuse Joconde ? Silvano Vincenti et son équipe croient qu’ils peuvent démontrer cette théorie grâce à une combinaison de tests d’ADN et une comparaison avec les autres ossements familiaux. Ensuite, viendra l’étape cruciale de la reconstruction faciale virtuelle générée via la structure osseuse du squelette.

Compliqué, d’autant plus que le fameux tombeau n’avait pas été entrouvert depuis 300 ans. Les scientifiques effectuent à l’heure actuelle des tests au carbone 14 sur 3 des 8 squelettes trouvés, en effet, aux vues des premières estimations, ils sembleraient avoir l’âge auquel Lisa aurait trépassé. S’ils confirment avoir trouvé leur Saint-Graal, viendra alors le temps des analyses plus poussées et surtout, des révélations.

Tags :Sources :NBC News
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Si elle avait imaginé toutes les emmerdes et l’engouement autour de ce tableau… Je n’ai jamais compris la folie autour de cette oeuvre… Il y a quand même plus intéressant à la même époque. Mais bon il fallait bien une « icone » et c’est la Joconde.

  1. Même si on prouve par l’adn que c’est bien Mme Gherardini ça ne prouve pas que c’est elle qui a posée pour le tableau… Du tintamarre pour rien.

    1. l’ADN prouvera qu’il s’agit bien de la personne que les scientifiques pensent avoir posé pour la toile, ensuite, la reconstruction du visage en prenant toutes les informations 3D du crâne, provera s’il y a ressemblance avec la femme peinte sur le tableau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité