Jobs : un mauvais film ?

Jobs

Inutile de se mentir : les premières critiques du film Jobs sont particulièrement mauvaises. D'ailleurs, nos collègues de Gizmodo.com ont déjà eu l'occasion de le voir, et ils n'ont pas été emballés.

On misait quelques espoirs dans le film Jobs, porté par un Ashton Kutcher ayant visiblement travaillé son rôle comme jamais, au point de semer le trouble lorsqu’on le voit grimé en Steve Jobs, arborant les mêmes mimiques, les mêmes expressions, les mêmes tics. Mais voilà, la performance de l’acteur n’aurait pas été suffisante pour sauver le film de l’ennui, et nos collègues de Gizmodo.com, qui ont déjà eu l’occasion de le voir, n’hésitent pas à le confirmer.

Selon eux, l’un des plus gros écueils du long-métrage réside dans le fait qu’il dépeint un Steve Jobs dénué de son côté humain. On y voit Jobs travailler, on y évoque le travail abattu par le créateur d’Apple, mais rarement autre chose. En fait, le film se contente, toujours selon nos collègues de Gizmodo.com, de passer d’un évènement marquant de la vie de Steve Jobs à un autre, sans s’inspirer des éléments croustillants étalés au sein de sa biographie (bien que le film n’ait pas vocation à s’appuyer sur cette dernière). Pire encore : les 40 premières minutes du film se résument à des scènes isolées, dont les liens ne sont pas évidents. On voit une scène où Jobs prend un cours de calligraphie, une autre où il se rend compte qu’il a du mal à travailler avec les autres, une autre encore où il scelle son amitié avec Woz, etc.

Pour ne rien arranger, le film n’a pas pris le temps de s’épancher en détail sur les coups de génie de Jobs, ces instants où il aura façonné ses réalisations phares. Malgré tout, il est important de souligner la performance de Kutcher, qui arrive à retranscrire la vulnérabilité de Jobs et son côté imbuvable lors des colères piquées envers ses employés/collaborateurs.

Mais ce ne sera pas assez, et le fait que le film enchaîne bien trop rapidement les scènes relatant l’évolution de l’homme et de sa société l’handicape lourdement, donnant l’impression que le gros du sujet a simplement été effleuré du doigt.

Tags :Via :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je vois pas vraiment à quoi vous vous attendiez d’un film sur un chef d’entreprise.. Il pas vraiment révolutionner le monde, il a juste pousser ses concurrents à le faire ^^’…

    1. Non c’est vrai M.Z n’a rien révolutionné… Seulement il y a plus d’1 milliard de personne sur son service social. Service social qui a rendu la plupart des gens accro à leur téléphone en restant connecté pour suivre leur FB… Alors il y a quand même pas mal chamboulé les habitudes grâce à son service.

      1. « Seulement il y a plus d’1 milliard de personne sur son service social »

        On ne dit pas dans ce cas « personne  » mais « imbus  » .

        Quand je vois l’autre zigoto ( celui qui prend pour pseudo des prénoms ) qui traine ici en s’en prenant à tout le monde comme un roquet en manque de femelle à grimper , je suis bien content de ne pas être tombé dans l’attrape nigaud zuckerberg .

        1. Suis-je le seul à trouver les arguments de Lefifou assez mauvais ?
          Jobs n’aurait-il pas lui aussi révolutionné le monde dans ce cas ? En poussant une entreprise à créer des appareils de plus en plus performant et plus en plus réduit jusqu’à pouvoir les transporter ? Bien sûr c’est aussi grâce à lui que de l’autre coté Il ont eu un concurrent qui offre d’autres services, plateformes etc..

          Néanmoins pensons bien que Si Jobs n’avait pas été là ( ni son homologue dirait-je Gates ) Nous nous pourrions pas êtres  » accro  » à Facebook puisqu’il n’y aurait pas de vraie plateforme viable.. Je sais je relativise un peu, mais ce sont les faits passés, si il n’auraient pas été là, qui sait qui l’aurait fait.

  2. Je réalise un film sur la vie d’Hervé le plombier. ça va être fascinant, pleins d’humour, d’amour, de rebondissements, d’histoires de plomberies.

    1. Parce qu’il s’arrête à la fin des années 80, et que c’est frustrant de pas voir les 20/25 années suivantes. Même s’il est excellent !

    1. A l’attention de l’auteur de cet article Ben

      « Pour ne rien arranger, le film n’a pas pris le temps de s’épancher en détail sur les coups de génie de Jobs »

      Puis-je connaitre quels sont les coups de génie de jobs ???

      Le macintosh avec interface graphique souris et co « donner » par la société Xerox ?
      L’ipod ? alors que les lecteurs mp3 à affichage led existait deja ?
      L’iphone ? Alors que d’autres smartphone étaient déjà sur le marché ?
      L’ipad ? alors que la tablettes tactiles existaient dejà ?

      Au pire c’est peut-être lui qui a dessiner les modéles si populaire ? à moins qu’il est embauché de designers….

      Par contre un film pour démontrer qu’une société est capable de faire succomber une population grâce au marketing, aider de l’ignorance des gens là je veux bien y croire.

    1. La vraie question c’est: est-ce qu’il faut attendre de le visionner pour commenter?
      Non car comme tous les chefs d’entreprise, leur but premier c’est de se faire des pesetas, point!
      Autant la plupart du temps, je ne me fie pas trop aux critiques mais là, même sans critiques, pas besoin d’aller plus loin.
      Donner de l’argent juste pour voir comment Ashton imite Jobs à s’en mettre plein les poches, non mais Iphone quoi!

  3. Mais c’est normal, faut être sous LSD pour comprendre le film, sinon c’est sur c’est pas terrible, ils auraient dû le préciser 😉

  4. …. d’accord avec Pirates of Silicon Valley 1999 -et de tres bonnes choses dans le zuckerberg, sur le declin de la silicon valley spirit & Intelligence, avec l’argent pourri des fonds de la cote est, a travers les business angels du web 2.0,… là, s’est finit leur cycle d’Intelligence,… depuis, la sv n’est plus consummerisme, fric à 2 balles bling-plafond de verre tres bas, et plus rien de transcendant,… dommage que Shenzen, Seoul-Inchon ou quelque part en Europe n’est pas senti la faille, mis le paquet sur ce qui avait fait les annees magifiques de la vallee liee a palo alto, stanford et berkeley,… et n’est pas fait la suite tangentielle de cette epoque, en profitant des ratés de sf, envahie par ces abrutis de new york, avec leur plafond bas d’Intelligence, qui pensaient y faire de l’argent facile et a bon compte, et ont cassé tous les « modeles nouveaux et en gestation », et les outils de mesure aussi nouveau qui allaient avec a l’epoque, pour ceux mediocre de new york et de son fric a deux balles,… depuis, un steve jobs 3eme epoque -quand meme, un iphone et un ipad, mais ou sont les 12″, 15″, 17″ au poids du mini?, ou est la transcendance de ces nouveaux outils vs. les anciens -la plupart des softs sont boring « Intelligeamment » parlant, les depassements et enterrements reels et profonds d’une Generation sur les autres precedentes,…
    peut-etre, « ca » redemarrera un jour… quelque part, mais a mon avis, dans un pays avec Intelligence et Culture, en revolution etudiante, ce qui ne pourra plus etre la cas d’ici longtemps des Etats-Unis du Nord Amerique,… un Steve Jobs-Steve Worzniack -SJ n’est rien sans Woz, comme microsoft autrement qu’avec paul allen en numero 1, n’aurait jamais ete qu’un producteur de produits encore plus pitoyable et verreux -Immagine, apres avec vu pirates of sv, microsoft avec que gates et balmer!? :-)) -, que ceux qu’ils ont pu fournir, avec la mentalité bas de gamme qui allait avec,…
    bref, quelques annees, extremement magique, mais elles sont loins -pour en avoir vecu au bon endroit certaines, et avoir ete desespere il y a deux ans en me reballadant tranquillement pendant 8 jours a velo sur les campus de ce qui fut la Vallee des merveilles,…

    so long, Steve!,…
    -tant mieux que ce film soit un raté, comme le dit le commentaire precedent, pirates etait excellent sur la paire sj/sw,… il etait difficile de faire un proto-zuckermann d’un steve jobs, c’etait un mec -un chef?!- de bande, pas un solo mal dans sa peau comme un zuck., un gates ou un allen!,…

    bonne chance pour les futurs,
    qu’ils/elles commencent petit,
    qu’ils deviennent grand,
    -en emmerdant toujours les sacs de platre,
    qui se prennent pour des grands-,…

    FD. Apple follower depuis 1979,…

  5. Je pense aller le voir surtout pour la prestation de Kutsher dont la transformation à l’air impressionnante.
    Après c’est une biographie, la vie d’une personnalité publique vu sous l’angle d’un réalisateur. Je trouve cela bien qu’il ne se soit pas basé sur le livre, cela permet d’avoir différent point de vue.
    Mais c’est sur que je ne m’attends pas à un blockbuster ni à un franc succès en salle car je vois mal comment il pourrait séduire le « grand public »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité