La K7 audio fête ses 50 ans

La cassette audio que les moins de 20 ans n'ont pas eu la chance de connaitre, fête ses 50 ans. L'occasion de revenir sur ce format marquant.

La descendante de la cassette américaine 8 pistes a très vite supplanté son prédécesseur. Elle est née dans les laboratoires de Philips à Amsterdam en 1963 et a su s’intégrer dans nos voitures et dans les premiers Walkman. La cassette audio avait même dépassé les ventes de vinyles en 1983 !

En déclin avec l’apparition du CD audio, elle conservait quand même un avantage que n’avaient pas les CD à l’époque : la résistance aux chocs et vibrations. Avec la fin des VHS, le support perdit encore plus d’adeptes et l’apparition des lecteurs MP3 l’a définitivement enterrée. Cependant, on peut encore en retrouver dans le commerce, en cherchant bien (si, si, on vous assure !).

Est-ce que vous avez connu cette petite cassette ? Si oui, on imagine que le crayon de papier à côté de cette cassette doit vous dire quelque chose. Sinon, c’est que vous êtes né trop tard !

Via :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ah la nostalgie…
    La cassette avec la bande qui restait coincé dans le Walkman.
    Le son qui se dégradait à force de l’écouter.
    Le souffle persistant dans les hauts parleur.
    Les rembobinages au stylo car ça vidait les piles du baladeur en moins de deux.
    La cassette qui refusait de rentrer ou de sortir de l’autoradio et qu’il fallait taper sur cette p****in de salo***ie de radio de m***e pour que ça daigne a fonctionner.
    La limitation a 90 minutes Max de musique par cassette

    Mais ,les copies pirates faciles sur la chaîne stéréo dans sa chambre. Un scotch sur la  » fente » de protection et on avait les ziques des copains.
    Les « boums » dans le garage….( au collège)

  2. J’étais là, avec le premier Walkman Sony, les premiers Cd, la révolution des iPod et iPod mini, mp3 portables et maintenant les téléphones qui font tout : console de jeux, machine à laver, fer à repasser…
    La k7 n’est juste qu’un enfant de cette grande famille, comme chacun d’entre nous dans celle de l’humanité. Individuellement insignifiant et à la fois indispensable pour son évolution.

  3. Personnellement, j’utilisais les stylos BIC (modèle Cristal) car je me souviens que la largeur des crayons était souvent insuffisante. 😛

    Je me souviens des TDK SA-90 que j’achetais pour enregistrer tous les tubes qui passaient à la radio !
    Ça restait beaucoup plus économique que d’acheter les 45 T…

    Époque révolue où on savait se contenter du système D, surtout quand on n’avait pas un rond.

  4. Moi je faisais de savants calculs :-) pour remplir parfaitement chaque face.
    Il y avait les 60 min, 90 min et 120 min.
    Les premières avaient une durée trop faible, et les dernière étaient en effet trop fragiles.
    Donc j’utilisai que de 90 min, et je pestai contre les vinyles qui faisaient plus de 45 min :-)
    On faisait des copies entre potes; ça ne s’appelait pas encore du piratage (pourtant cela en était !!!).
    J’avais même investi dans une platine double K7 avec possibilité d’enregistrement super rapide (on perdait un peu en qualité).
    Quand le CD est arrivé j’avais acheté un Discman. Quel horreur : encombrant, sensible au chocs et bouffeur de pile.
    Du coup la K7 et mon walkman m’ont encore accompagné longtemps jusqu’en 1999 ou 2000 ou j’ai acheté mon premier lecteur mp3, un Diamond Rio 500 avec 64 Mo de mémoire :-) extensible à 128 Mo 😀
    Ce fut la fin de la K7 en ce qui me concerne.

  5. Perso j’utilisais les stylos reynolds la dimension était parfaite. Et je tournais le truc à la maniere d’un moulin à prière tibétain pour rembobiner.Et j’ai même eu pour 10 francs un petit rembobineur à manivelle. Ça ce calait sur la cassette , on tournait un peu la manivelle, les engrenages demultipliaient les tours effectués et c’était fait .par contre fallait faire gaffe à pas casser la bande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité