Dacia pourrait se mettre à l’électrique

Si les grands constructeurs automobiles ont presque tous décidé de mettre un pied, ou deux, dans le véhicule électrique, les plus modestes, eux, y réfléchissent encore sérieusement tant l'investissement est conséquent. Dacia, la filiale du groupe Renault-Nissan, pourrait s'y mettre si la demande est présente.

L’annonce a fait sensation au salon de Francfort mercredi. Carlos Ghosn, président du groupe Renault-Nissan, a déclaré que Dacia pourrait sortir un véhicule 100% électrique si tant est qu’il y ait de la demande:

Lorsque la demande sera présente, nous serons là (…) rien n’interdira à Dacia de produire une voiture électrique. Croyez-moi, nous y viendrons tous. Vous ne pouvez pas prospérer dans cette industrie automobile sans véhicule électrique et sans hybride rechargeable.

Si, pour l’heure, les véhicules électriques peinent à trouver leur place, l’arrivée d’une Dacia électrique ou hybride – à un tarif « habituel » pour la marque – pourrait bousculer le marché, d’autant plus si les prévisions de l’industriel franco-libano-brésilien se respectent : « en 2020, 10% des voitures vendues en Europe seront électriques. »

Tags :Sources :Medias 24
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. GROS ne peut pas répondre, il est en train de lire de lire une rétrospective sur l’évolution des voitures électriques de 1899 à nos jours (sans y voir d’amélioration mais c’est un autre débat)

  1. Saviez-vous que la voiture ELECTRIQUE est une totale ABERRATION ? Eh bien, sachez-le !

    L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.
    A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).
    Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.

    En clair, si on regarde les choses globalement, les véhicules électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un véhicule électrique, ça n’a absolument rien d’écolo ! Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant.

    (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger…).

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité