Les publicitaires interdits de déclarer leurs véhicules électrique « ecologiques » ou « propres »

Ah, la publicité mensongère... Il est parfois long et difficile d'arriver à faire modifier ou stopper un message. Avec l'électrique, ce sont des dizaines de véhicules électriques "écologiques", "propres", "verts", qui sont apparus sur nos écrans. Le Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) vient de mettre fin à ce genre de message publicitaire.

Le JDP est chargé d’étudier les plaintes du public envers les publicités présumées mensongères. Dans sa délibération du 6 Septembre, suite à une plainte de l’Observatoire du Nucléaire, « une telle allégation ne peut qu’induire en erreur le public sur les propriétés du véhicule et suggérer indûment une absence d’impact négatif sur l’environnement.« 

Parmi les sociétés sommées de modifier leurs messages publicitaires, on citera Renault, Citroën, General Motors et le groupe Bolloré, au motif que « une publicité ne peut se borner à qualifier le produit dont elle fait la promotion d’« écologique » dès lors qu’elle n’est pas en mesure de justifier une telle formulation globale.« 

Si les véhicules électriques sont certes « propres » dans leur fonctionnement, leur production, leur recyclage et très souvent même leur rechargement n’ont eux rien de propre.

Tags :Sources :Bastamag
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Une voiture électrique ou hybride n’a jamais été écologique ni propre.
    Le bilan énergétique global est bien plus mauvais que l’énergie fossile.

  2. Et d’ailleurs les éoliennes ou autres « énergies vertes » ne le sont pas plus quand on prend en compte leur fabrication et leur recyclage (vous pouvez vous renseigner sur les ravages de l’exploitation des terres rares, de leurs déchets radioactifs à l’énergie nécessaire pour les transformer et pour les recycler)

    1. Attention à ne pas confondre énergie verte et énergie renouvelable. On sait que les énergies éoliennes et, encore pire, hydrauliques sont un désastre environnemental, mais on tombera plus vite à court de pétrole que de vent, de marée ou de rivières.

      1. Oh mais je ne nie pas l’utilité en tant que source d’énergie… Mais :

        1 les problèmes écologiques liés à l’exploitation des terres rares, qui ne sont pas renouvellables
        2 il faut les transporter jusqu’en Europe, dans des bateaux fonctionnant au fuel
        3 il faudrait raser la Bretagne pour couvrir la demande en Europe, je sais bien que nous ne seront pas dans « la solution unique » mais ça n’est pas ultime.
        4 il y a des effets secondaires, les panneaux solaires, s’ils ne sont pas placés sur la toiture d’immeubles déjà construits, empêchent la chaleur d’arriver jusqu’au sol, ce qui change l’écologie du sol, ou encore les éoliennes, qui tuent des vautours ou des chauve-souris…. et http://www.lefigaro.fr/sciences/2012/05/04/01008-20120504ARTFIG00706-un-microclimat-sous-les-grandes-eoliennes.php

    2. Entre la fabrication d’un parc éolien qui ne demande pas de transformations aussi polluantes que les panneaux photovoltaïques et qui dure plus longtemps si la maintenance suis bien et le reste de la production énergétique, il y a quand même une sacré différence écologique. Vous êtes en manque d’attention pour justifier de telles déclarations?
      Sinon, une solution préconisée depuis toujours pour enrayer les besoins énergétiques grandissants reste de prendre conscience qu’il ne faut pas gâcher cette énergie, mais la majorité s’en contre balance (parfois par bêtise et très souvent par ignorance). Quand l’on marche en ville après la fermeture des magasins et que nombre de vitrines restent allumées toutes la nuit, c’est démoralisant.

      1. Si tu avais fait attention à tes fautes de français, je n’aurais pas posté ce message visant à te le faire remarquer, et de l’énergie aurait ainsi été épargnée.
        Conclusion : sauvez la planète, apprenez le français.

        1. J’ai laissé UN ‘s’ à « toutes » pour voir si j’étais capable d’attirer un neuneu qui aurait réussi à trouver une faute par la seule force de sa connaissance du français (un pluriel, faut pas en demander trop) et qui aurait voulu en faire part avec une vanité non dissimulée. Faut croire que toi, tu ne t’es pas méfié ^^.

        2. @gtr :
          Ben voyons… Et moi je ne t’avais pas donné le détail de tes fautes pour que tu te vautres en n’en indiquant qu’une seule. Faut croire que tu ne t’es pas méfié non plus.
          « qui dure plus longtemps si la maintenance suis bien » => « qui dure plus longtemps si la maintenance suit bien »
          « une sacré différence écologique » => « une sacrée différence écologique »
          « toutes la nuit » => « toute la nuit »

        3. Cool, maintenant on sait que GROS est un Grammar Nazi. Haha, comme si j’allais m’embêter à laisser une faute pour faire genre… je me suis juste pas relu, faut pas être un génie pour comprendre ça, mais fallait bien que je découvre qui passe son temps à des tâches superflues comme énumérer les fautes d’aurtograf.
          homer dalor en effet.

      2. Les éoliennes* fonctionnent avec des terres rares. Et les terres rares sont une horreur écologique.

        http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/07/19/en-chine-les-terres-rares-tuent-des-villages_1735857_3216.html

        http://www.ambafrance-uk.org/Terres-rares-et-enjeux-economiques

        http://www.ecoinfo.cnrs.fr/article172.html

        *comme toutes les « énergies vertes », je cite le lien de l’ambassade de France :
        Les terres rares sont des métaux particulièrement convoités, car indispensables à la fabrication de nombreux objets de consommation courante (téléphones portables, écrans plats LCD…) mais aussi dans les technologies vertes (cellules photovoltaïques, batteries de véhicules électriques, éclairage basse consommation…). Les terres rares sont indispensables dans des applications électroniques, optiques, magnétiques et catalytiques, dans lesquelles elles jouent un rôle crucial en termes d’amélioration du rendement énergétique et de facilitation des technologies numériques.

      3. Mon commentaire est en attente de validation (probablement à cause des 3 liens) mais je vais donc ainsi résumer. Les éoliennes, ainsi que toutes les énergies « vertes », fonctionnent à partir des « terres rares » qui sont une horreur écologique.

        Bien sûr comme la production des terres rares est basée en Chine, tout le monde ici s’en tape.

        1. Je n’ose comprendre, est-ce parce que la Chine se fiche pas mal de l’environnement en exploitant les terres rares qu’il faudrait décrédibiliser les sources d’énergies comme l’éolien ? J’espère que vous ne raisonnez pas de la sorte.
          Certes, cela est consternant (et ironique aussi) venant d’un pays qui veut dominer un marché pour une énergie plus verte tout en polluant méchamment la planète, mais ça n’en fait pas une raison de ne pas cherchez d’autres voies pour exploiter correctement et recycler les terres rares ou même changer la conception de l’éolien quitte à perdre un peu en rendement.

        2. Non pas que la Chine se moque pas mal, même si c’est le cas, mais parce que le principe même des terres rares est non écologique.

          Ne vous méprenez pas, je n’ai rien contre le développement des éoliennes ou autres mais ce n’est pas plus écolo. Certes ça ne rejette pas de gaz, mais l’exploitation des terres rares et leur transport est horriblement couteux.

          Normalement sur mon prénom, vous verrez un lien vers un texte qui contient plusieurs URL que vous devriez lire.

          Mais je vais vous faire quelques citations :
          « L’activité minière pour extraire des terres rares de type ion engendre la destruction du couvert végétal du site ainsi que le décapage de la couche de terre végétale pour atteindre le minerai et extraire les oxydes de terres rares.  »
          « L’activité minière pour extraire des terres rares de type ion nécessite l’utilisation de grandes quantités de sulfate d’ammonium et d’acide oxalique. Pour produire une tonne d’oxydes de terres rares, il est nécessaire d’employer de 6 à 7 tonnes de sulfate d’ammonium et de 1,2 à 1,5 tonnes d’acide oxalique. Les boues générées par les déchets de cette activité minière absorbant une part importante de ces solutions d’extraction, des eaux acides suintent constamment des sites de stockage des déchets, ce qui modifie le pH, augmente l’oxygène consommée chimiquement et envase des eaux de la rivière voisine, qu’il pleuve ou non. »
          « L’augmentation de la demande en terres rares conduit à l’extraction d’éléments lourds de terres rares à partir de la Bastnaésite et de la Monazite ce qui a pour effet de libérer d’importantes quantités d’éléments radioactifs.  » (pour être honnête, il y a des exploitations qui visiblement n’ont pas ce problème)

          « La purification rejette des métaux lourds comme le plomb, le mercure ou le cadmium. »

          « La mine de Moutain Pass (Californie), est restée active jusqu’en 2002, mais a dû fermer suite à des problèmes environnementaux. » (donc pas de la Chine)

          « Beaucoup de domaines d’applications utilisant des terres rares produisent des ’déchets’ contenant relativement peu de terres rares et rendant par conséquent le recyclage difficile et onéreux. »

          Et par ailleurs, je trouve curieux de se satisfaire d’une technologie qui repose sur l’exploitation de ressources non renouvelables (car si le vent et l’air le sont, les terres rares ne le sont pas). N’a-t-on rien appris du futur manque de pétrole ?

          Je ne dis pas qu’il ne faut pas pousser la recherche mais admettons qu’on trouve une solution au problème des terres rares, ça nous fera une belle jambe une fois qu’on devra démolir toutes les éoliennes ou autres (car n’oublions pas que pour donner assez d’énergie à la France, il faudrait raser environ l’équivalent de la Bretagne autrement dit impossible) pour tout reconstruire derrière. Du coup, si c’est une énergie écolo que vous voulez, pour l’instant ça n’existe pas. Plus tard peut être, on avisera à ce moment là.

          Pour finir je vous ferai remarquer qu’en Allemagne, les éoliennes ont été développées mais que le résultat est que les centrales à charbon (et non celles à gaz pourtant moins polluantes, question de coût) ont été remise en service.

        3. Je vous avais répondu en premier lieu pour faire état d’un écart de proportion entre la pollution générée par l’exploitation de combustibles fossiles comme le pétrole ou le charbon et celle générée par les éoliennes que vous considériez comme pas plus verte (« les éoliennes ou autres « énergies vertes » ne le sont pas plus quand on prend en compte leur fabrication et leur recyclage »).
          Vous avez bien raison quand vous déclarer, articles à l’appui, que l’exploitation/extraction des matériaux non renouvelables comme le néodyme puisque l’on parle d’éolienne n’est pas du tout écolo, bien au contraire. Afin de vous rassurer, je peux vous assurer que je n’ignore pas qu’à notre époque, aucune source d’énergie à haut rendement n’est complètement verte.
          Cependant, il faut peser avec justesse les dégâts causés par une source d’énergie par rapport à une autre en prenant en compte toutes les étapes de l’exploitation jusqu’à l’utilisation de ces énergies.
          Pour ce qui est de l’éolien actuel, on ne peut nier qu’il n’est pas pertinent de l’utiliser pour justifier le remplacement de centrales thermiques qui possèdent de meilleurs rendements.
          Mais si l’on compare avec le pétrole, on peut remarquer que le bilan est assez alourdi par rapport à l’éolien en terme d’écologie.
          – L’éolienne nécessite l’extraction de terres rares pour construire des aimants performants. Cela entraine des conséquences graves sur l’environnement car l’humain d’aujourd’hui préfère le profit à la responsabilité environnementale. Il faut le transporter ce qui consomme, construire l’éolienne et enfin la poser dans un parc relié au réseau en attendant que ça souffle et basta pendant plusieurs années moyennant un peu de maintenance.
          – Le pétrole comme les terres rares, est extrait dans des conditions qui ne sont pas toujours très propres et les risques pour l’environnement sont assez graves, notamment en cas de pépin. Mais il faut aussi le raffiner ce qui consomme pas mal d’énergie. Puis il faut l’acheminer sans cesse au 4 coins du globe et ça consomme encore plus. Puis une fois le réservoir de la voiture/du camion/de l’avion/du bateau/… rempli, la combustion rejette des éléments polluants là où l’éolien ne fait que prendre le vent.
          Dites moi, l’éolien n’est-il pas « un tout petit peu plus vert » que le reste des énergie si on considère que le pétrole est une source d’énergie ?

        4. à rendement équivalent, je ne vois pas vraiment la différence d’un point de vue « quantité »…

          Après tout, l’éolien actuel pour avoir un bon rendement doit être étalé sur une très grande surface, ce qui provoque des bouleversement écologiques (que ce soit des animaux comme les chauve-souris ou les vautours qui en meurent ou le micro climat que ça génère*)
          l’exploitation des terres rares est polluante, on l’a vu…

          Oh bien sûr, si on met quelques éoliennes ici ou là pour faire genre, elles auront un impact bien négligeable, mais en grande quantité, non, elles deviennent problématique. Oh d’une autre façon bien sûr, pas de gaz… mais pas besoin de rejeter du CO2 pour être néfaste.

          Mais je ne reste pas opposé aux éoliennes hein. Le pétrole s’usera avant les terres rares. Il faudra s’adapter à de nouveaux impacts environnementaux, c’est tout.

          *il me semble d’ailleurs qu’augmenter la température d’un ou deux degrés près des éoliennes à cause du vent qui ralentit n’est pas spécialement la meilleure solution pour lutter contre le réchauffement climatique qui doit être d’un ou deux degrés ces trente prochaines années, de mémoire.

        5. Pour le rendement, il faut prendre également en compte qu’une fois l’éolienne placé, plus besoin de matière supplémentaire pour qu’elle produise de l’énergie, juste que le vent souffle. Pour les centrales thermiques, il faut un approvisionnement régulier en combustible et un contrôle plus poussé. Je parlais donc du rendement global et pas purement énergétique (j’aurais dû le préciser, veuillez m’en excuser). De plus, pour conserver un rendement suffisant, il faut utiliser l’énergie localement car le transport induit trop de perte, donc il est évident que ça n’est une solution que pour les zones habitées bien venteuses. Il est vrai qu’il serait bête d’en recouvrir une trop grande surface juste pour augmenter les MW qu’il faudrait redistribuer plus loin au risque d’en perdre une bonne partie.
          « pas de gaz… mais pas besoin de rejeter du CO2 pour être néfaste », certes mais quitte à choisir, ça sera déjà ça de pris.
          Quant à l’impact sur le réchauffement climatique que l’on met un peu à toutes les sauces, permettez moi de rester sceptique puisque ça ne joue pas non plus (voire encore moins) en faveur du pétrole, qui lui est établi depuis plus d’un siècle.

  3. Disons plutôt que si on les produisait en grande série, le bilan énergétique serait plus favorables aux équipements électriques et aux énergies alternatives. Mais vu la production actuelle, ce bilan n’est pas en leur faveur.

    L’erreur qui a été commise c’est d’avoir voulu exploiter des produits non matures … le photo-voltaique par exemple n’en est qu’à ses débuts et vouloir l’utiliser à grande échelle tout de suite était une hérésie. Le rendement des premiers panneaux était clairement merdique. Aujourd’hui seulement on commence à améliorer le rendement des panneaux solaires. Sauf que comme tout le monde s’est bien fait baiser avec les premières versions (et je parle pas des arnaques), ça va être compliqué de les convaincre que maintenant ça marche.

    A part ça, le JDP me parait un peu absent … parce que les pubs qui nous racontent n’importe quoi j’en connait plein… et elles passent quand même à la télé.

  4. J’oubliais : Merci Morgan de rétablir un minimum de vérité sur ce sujet.
    Certains ont tellement de paillettes dans les yeux devant l’électrique qu’ils en perdent toute faculté de discernement élémentaire.
    Pour rappel, et comme je l’ai toujours dit : le véhicule électrique est une complète aberration.

    1. Bonjour

      @GROS
      Tu fais une énorme erreur !!!
      Tu mélanges l’énergie et la manière d’obtenir cette énergie, de la transporter et de la stocker !!!
      L’avenir est sans conteste à l’électricité !!!!
      Avec l’électricité on fait tout rapidement et facilement.
      Si les voitures continuent d’exister dans le futur il est clair qu’elle fonctionneront à l’électricité !
      C’est une évidence :-)
      Par contre ce qui n’est pas évident c’est la façon dont cette cette électricité va être produite.
      Et là ça peut partir dans tous les sens.
      Ce qui est certain c’est que le nucléaire est une industrie qui va décliner !
      Et ça on doit le préparer afin de pouvoir fournir la relève.
      Es-tu certain que les pays producteurs de pétrole ne profiteront pas des surfaces désertiques gigantesques pour fournir autre chose que du pétrole ?
      Je crois que l’on arrêtera d’utiliser le pétrole pour les transports et le chauffage avant que les réserves soient épuisées :-)
      C’est pourquoi la France doit laisser tomber le soutien à Areva ou les forcer à prendre une autre direction afin d’être prêt pour le futur et ne pas rester coincé dans une technologie dépassée et toujours non maitrisée.

      A+

      Olivier

  5. Et les voiture à pédale consomment de la nourriture produit dans une agriculture aux ogm, produits toxiques, pétrole de A à Z. Seule solution: se suicider… ou ne pas naître, Ca c’est écolo!

  6. En ce qui concerne « labération de la voiture électrique » c’est sur tout de suite c’est stupid de produire des véhicules polluants plus sous prétexte qu’ils sont « ecolos » par contre il faut bien trouver un moyen de financer la R&D pour que les alternatives deviennent viable, l’électrique est une des voies à suivre dans ces recherches mais devrait seulement être produit en masse lorsqu’une solution plus réaliste écologiquement existe au lieu de surfer sur la betise et les aides administrative comme il se fait maintenant.

  7. Le VE a bien sur un impact, car il a fallu le construire, au même titre qu’une éolienne. La mobilité électrique est la seule dont l’énergie peut être produite localement et par des moyens dont l’impact sur l’environnement est limité. En tous cas sans commune mesure avec le pétrole, qui en plus de nous intoxiquer, dérègle le climat et agave la balance commerciale de notre pays avec 60M€ par an.

    Alors oui le VE pollue, mais ne nous trompons pas de combat car le VE face aux solutions actuelles est sans commune mesure bien plus salutaire pour notre santé et notre économie.

    A quand la fin de la subvention du gasoil. J’aimerais qu’il y ai une grande mobilisation nationale à ce sujet.
    mobilisons nous pour un litre de gasoil à 6€.

  8. A ce compte là rien n’est ecologique. Tout pollue directement ou indirectement.
    Le recyclage des dechets en est une belle preuve, cela a detruit des emplois fais gagner plus d’argent aux societes qui revendent les matieres et leur traitement fais depenser de l’energie…
    Leur raisonnement est vraiment con !

  9. La moitié de la population mondiale vit en ville. Imaginez demain les villes qu’avec des véhicules électriques, moins de bruits et plus de pollution. Si cela n’est pas « écologique » et « propre » … L’electricité proviendra des capteurs solaires sur kes toits, les rues, les façades . Capteurs incolores ou multicolores, se posant comme un vernis …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité