Non, le piratage ne tue pas la création de contenus

Les majors, ayants droit, studios, etc. ont souvent martelé ces dernières années que le piratage de contenus était le nouveau cancer de la société. Quitte à illustrer leur point de vue au travers de vidéos stupides. Faux, répond la London School of Economics.

Et cette dernière n’a d’ailleurs pas manqué de détailler sa thèse au travers d’une étude ultra complète (mais en anglais, les curieux pourront la consulter en suivant ce lien), et d’un graphique qui résume assez bien la situation. Si depuis 1998, les ventes d’enregistrement musicaux ont baissé, il n’en demeure pas moins que les recettes engrangées par le biais des concerts, Internet, smartphones, et par l’édition elle-même, ont permis au secteur de faire grimper ses revenus.

La London School of Economics s’en explique d’ailleurs :

« Contrairement à ce que l’industrie affirme, l’industrie de la musique n’est pas en phase terminale, au contraire, elle tient bon, et affiche d’excellents revenus. Des revenus provenant des ventes digitales, d’abonnements à des services spécialisés, du streaming, des concerts, qui compensent la baisse de revenus tirés par les ventes de CD ou d’albums. »

A côté de ça, si la Motion Picture Association of America (la fameuse MPAA) assène que le piratage sur Internet dévaste l’industrie des films, il faut savoir qu’Hollywood a récemment engrangé des revenus record, de 35 milliards de dollars en 2012, soit une augmentation de 6% par rapport à 2011. Et si l’industrie de la musique stagne, elle n’est en aucun cas prêt à rendre son dernier souffle, loin de là.

Via :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Il faudrait qu’ils se posent la question sur la qualité de la musique qu’ils nous balancent plutôt que de chercher les coupables ailleurs. L’art ne s’accommode pas de malbouffe…

        1. Les majors pointent les mauvaises ventes pour lutter contre le méchant piratage qui leur retire le pain de la bouche.
          Tu leur conseilles de s’intéresser à la qualité de ce qu’ils produisent et affirme que l’art ne s’accommode pas de malbouffe.
          Donc je répète : Tu as déjà écouté ce qui se vend le plus ?
          Ça va, vous parvenez à suivre la conversation ?

      1. Le fait de se vendre le plus n’implique pas que ce soit le mieux, voire même pouvoir s’appeler « art ».
        McDo vend de millions de repas par jour et je préfère quand même aller manger chez les grands chefs.

        1. Comparaison bancale quand même, parce que un menu big mac c’est pas le même prix qu’un repas au gastro, ou alors donne moi l’adresse.

  2. Les secteurs de dépenses se sont tous simplement décalés … la vente de musique sur les supports « standards » de la fin des années 90, les CD, CD 2 titres et DVD de concerts se sont effondrées. Mais les dépenses des consommateurs se sont déplacées vers les festivals, les concerts live et le dématérialisé.
    On a jamais eu autant de festivals de musique que ces dernières années et ils font tous le plein. Les concerts aussi continuent d’engranger des recettes et il n’y a qu’à voir à quelle vitesse se vendent les places à l’annonce des dates de certains artistes.
    Les dinosaures du secteur ont tout simplement pris un gros coup de flippe car trop habitués à un mode de vente statique qui n’évolue pas. Ils se sont fait doublés par les nouvelles technos et n’ont pas su anticiper toutes les évolutions.

  3. Un peu choquant la pub pour leclerc qui passe à la radio avec en message subliminale pas très discret: « Le piratage nuit à la création ludique ». Une affirmation parfaitement arbitraire non-fondée et navrant.

  4. Je constate alors que le problème pour les industriels c’est que pour obtenir de l’argent il faut qu’ils aillent travailler (concerts, festivals, monter une bonne plate-forme de contenus…) au lieu de rester confortablement assis dans leurs fauteuils en cuir une fois le disque enregistré et attendre seulement que le fric arrive dans leur poche.

  5. et c’est pas non plus la faute au piratage si les gens n’aiment pas acheter de la musique ou des films de mauvaise qualité pour ne pas dire autre chose.

  6. Norédine se met a poster avec le pseudo de Ben ou quoi ?
    Enfin un article bien redigé avec une prise de position cohérente et miracle des miracles, il y a même la source.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité