Test : Sony Xperia Z Ultra, la phablette de la fin d’année 2013 ?

La gamme Xperia ne date pas d'hier, déjà à l'époque de Sony Ericsson, ces smartphones arboraient un design aux petits oignons et des capacités media - en particulier photo -, des plus intéressantes. Avec le Xperia Z Ultra, Sony se lance sur le marché des phablettes, ces smartphones offrant une taille démesurée, à mi-chemin de la tablette.

C’est quoi ?

Le Xperia Z Ultra est donc une phablette, avec un écran Full HD (1 920 x 1 080 pixels) de 6,4″. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est grand, très grand. Pour faire tourner la bête, l’appareil est équipé du très récent SoC Snapdragon 800 de Qualcomm (présent dans de nombreux smartphones haut de gamme) quadri-coeur cadencé à 2,2 GHz, épaulé par un GPU Adreno 330 pour la partie graphique, de 2Go de mémoire vive, d’un appareil photo de 8 megapixels à l’arrière et un de 2 en façade et d’une connectivité complète (4G, Bluetooth 4.0 et NFC). Une batterie de 3 050mAh complète le tableau.

Côté logiciel, on retrouve Android dans sa version 4.2.2 Jelly Bean, agrémentée de la légère surcouche propre à Sony, présente sur toute la gamme Xperia. Ce Xperia Z Ultra se monnaie un peu plus de 700€ nu.

Design

Appartenant à la gamme Xperia, le design ressemble donc fort aux appareils plus anciens. Mais bien qu’il soit sorti à la même période que le Xperia Z1, il ressemble davantage à un Xperia Z en plus grand et plus plat. Avec ses dimensions de 179.4 x 92.2 x 6.5 mm, et ses 212 grammes, l’appareil en impose, certes, mais peut tout de même se glisser dans une poche de jean. Couleur unie (blanc, noir ou violet), verre au recto et au verso (les traces de doigts sont de fait impossibles à éviter), et utilisation de matériaux résistants confèrent au Xperia Z Ultra un sentiment de robustesse malgré son impressionnante finesse.

Cerise sur le gâteau, ce grand smartphone est certifié IP55/IP58, résistant donc à la poussière, aux projections de liquide et étanche jusqu’à 1,5m pendant 30 minutes. Et la prise jack 3.5 mm est, elle, étanche, sans nécessiter de cache, pratique !

On termina cela dit à propos du design en évoquant cette impression de « peut faire encore mieux » concernant l’aménagement général de l’appareil. Des marges relativement grandes (un bon centimètre en haut et en bas, un demi sur les côtés) et une sensation de « creux » (notamment sur le dos de l’appareil) donnent le sentiment que Sony aurait encore pu gagner quelques millimètres et quelques grammes, offrant ainsi une meilleure prise en main.

Car, ses 6,4″ imposent une utilisation à deux mains. Si le bouton ON/OFF et le contrôle du volume tombent facilement sous le pouce (ou le majeur), le format phablette requiert malgré tout vos deux mains pour être apprécié.

On a aimé

Commençons tout d’abord par évoquer ce qui saute aux yeux : son design. Le résultat est simple, plat, épuré, et fonctionne parfaitement. L’écran offre une très bonne lisibilité grâce à sa définition de 1 920 x 1 080 pixels, et affiche des couleurs réalistes et bien contrastées, le tout assorti à une très bonne réactivité.

Dès les premières minutes d’utilisation, un sentiment de fluidité à toute épreuve se dégage. Les applications s’ouvrent instantanément, la navigation entre elles est régulière et rapide, aucun freeze n’a d’ailleurs été aperçu. Si les performances, en terme de chiffres bruts, sont en-dessous de certains concurrents, force est de constater que le vitesse et fluidité sont au rendez-vous.

Un sentiment que l’on retrouve en navigation web ou en plein jeu, que celui-ci soit gourmand ou non. Avec son grand écran, le surf est agréable, nul besoin de zoomer en permanence. La lecture vidéo -tout comme la capture de vidéos- domaine d’expertise de Sony, est excellente et toujours aussi fluide. Son écran de 6,4″ fait du Xperia Z Ultra une véritable console portable. En mode paysage comme portrait, on profite à 100% des derniers jeux du Google Play Store.

Android 4.2.2 Jelly Bean et la surcouche propre à Sony sont aussi à citer parmi les points forts de cette phablette. Peu intrusive, elle apporte tout de même quelques modifications bien pensées et des applications Xperia dédiées, généralement bien utiles. Utilisateur de Windows Phone (et anciennement iOS), je n’ai jamais vraiment apprécié les surcouches constructeurs (Sense et TouchWiz en particulier), et pourtant là, on s’y retrouve !

Avec, sur le papier, une batterie de 3 050 mAh (seulement), on pouvait craindre que cet Xperia Z Ultra souffre d’une autonomie aussi courte que son écran est grand. Il n’en est pourtant (presque) rien. Si l’on est friand de vidéos et de jeux, on tiendra à peine la journée, comme tout smartphone en fait. Une belle performance, selon moi.

On n’a pas aimé

Qu’on se le dise, la taille, pour moi, est à mettre du côté des points négatifs. Si certes, elle fait des merveilles lorsque l’on est confortablement posé, elle s’avère problématique dès que l’on est en mouvement, réclamant nos deux mains et une attention de tous les instants. Même pour la porter, la sortir d’une poche, on n’est jamais très rassuré en l’ayant dans la main -et pourtant, j’ai de grandes mains-. 6,4″, c’est définitivement trop grand.

Conséquence directe de sa grande taille, la coque donne l’impression de creux (sans perdre en solidité), ce qui a la fâcheuse tendance de la faire vibrer dès lors que l’on pousse le volume sur des hauts-parleurs qui, pour la peine, saturent relativement vite.

On en arrive au point qui fâche, la photo. Un capteur de 8 megapixels (certes, ce n’est pas la taille qui compte…), un flash LED absent et une interface photo vieillissante (il s’agit de celle de Xperia Z, alors que le Z1 bénéficie d’une version revue et corrigée) pénalisent grandement cette partie du terminal ! A l’utilisation, c’est confirmé. Les photos sont très moyennes, les détails absents, les couleurs pas très réalistes… Espérons que d’éventuelles mises à jour viennent rectifier le tir.

Et alors, j’achète ?

Oui, pour peu que vous ayez une certaine utilisation de votre smartphone. Si vous êtes de ceux qui ne sortez que rarement votre téléphone, appréciez un kit main-libre (Bluetooth ou non) et avez un besoin d’une grand écran, alors oui, sans aucun doute, le Sony Xperia Z Ultra vous satisfera grandement de par la qualité de son écran et sa réactivité.

A l’inverse, si vous avez l’habitude de consulter votre téléphone toutes les deux minutes, que vous faites beaucoup de photos et que vous n’avez pas de sac ou autre endroit pour ranger votre précieux, alors ses (trop grandes) dimensions, vous poseront un gros problème.

Toujours est-il que Sony livre là un bien bel objet, au design soigné et aux performances de très haute volée.

no images were found

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. OK c’est joli, d’un point de vue technologique c’est magnifique.

    Mais quel est l’intérêt d’avoir un téléphone qui ne tient même plus dans une poche, ou qui tient dedans, mais où on prend le risque d’arracher son pantalon à chaque fois qu’on s’asseoit ??

    1. C’est bien ce que je dis, les propriétaires de ce genre d’appareil ne sont pas du genre à le trimbaler dans leur poche.
      C’est réservé à une niche bien précise.

      1. Mon patron et moi-même sommes adeptes des phablet, j’ai un Note 2 et il a récemment acheté ce Sony Xperia Z Ultra. Et franchement pour présenter à des clients des photos des rendus, plans, ou vidéos de produits, c’est au top quand on est en déplacement, ça évite d’avoir un ordi portable. Malgré sa taille il rentre parfaitement dans une poche de pantalon (c’est sur que si vous avez la taille et les gouts vestimentaires de Wolowitz ça risque de poser problème).
        Ptet juste son côté très carré, aussi il faut prévoir une bonne protection (souvent offerte par les vendeurs) style la case avec carte de visite en cuir, sinon le téléphone est trop fin et on aurait trop peur de le casser vu sa taille et sa finesse.

        1. Dans ce cas, pourquoi ne pas prendre une tablette 7″ par exemple? C’est vrai que pour le côté mobilité c’est très intéressant, mais j’ai « peur » de trouver ça encombrant au quotidien.
          C’est vrai que pour Wolowitz ça va être dur, mais bon moi j’ai des troncs d’arbres à la place des jambes donc ça serait pas mon souci 😉

        2. Valren, je pensais qu’avec une tablette 3G (donc avec carte SIM), on pouvait bénéficier des fonctionnalités téléphonie !

  2. A la limite ça peut tenir dans une grande poche de manteau.
    Mettre son mobile dans la poche de pantalon n’est de toutes façons pas très bon pour le téléphone au vu des contraintes que cela lui impose (en pression dans la poche avant et en tension dans la poche arrière) à moins d’avoir une coque de protection. La poche arrière c’est le pire je pense, juste avec le risque de s’asseoir sur son mobile.
    Du coup en été, cette phablet risque surtout d’être encombrante et pas pratique à ranger. C’est dommage car je l’ai vue en vraie et niveau design elle en jette.

    1. Ouais bien vu… C’est vrai que l’hiver ça peut se caser rapido dans un manteau, mais l’été…
      En fait, je trouve que c’est génial comme appareil, mais trop encombrant!

    2. Bonjour,

      Je viens de lire ton commentaire qui est une remarque intéressante, cependant je crois que tu as oublié un point essentiel sur cet appareil. C’est une phablette, et non un pure smartphone, ce qui veut dire tu vas pas te déplacer avec comme un smartphone dans ta poche. Bien qu’il soit légèrement plus petit qu’une tablette 7″ classique, je pense qu’il est plus judicieux de ce déplacer avec dans une belle sacoche adaptée. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité