Jouet de Noël : télécommandez un cafard vivant avec votre smartphone

Ce n’est pas une blague. La société Backyard Brains va vendre un kit à monter sur un cafard vivant. Ce kit permet de contrôler les mouvements du cafard avec des impulsions électriques commandées depuis une application smartphone. Bien sûr, la mise en vente d’un tel jouet pose des problèmes éthiques. Mais avant d’hurler, regardez la vidéo…

Backyard Brains avait déjà joué avec des cafards lors d’une conférence TEDx. Son fondateur Greg Gage avait présenté une version allégée de son jouet. Il avait relié une enceinte audio à la patte d’un cafard pour qu’il bouge la patte au rythme de la musique.

Avec le kit qui sera disponible d’ici la fin de l’année, les enfants pourront « piloter » un cafard en utilisant un appareil Bluetooth implanté dans le cerveau de l’insecte. Gage affirme que les insectes ne souffrent pas pendant ces expériences, et qu’ils peuvent continuer à envahir nos canalisations une fois que les implants cybernétiques ont été retirés. Mais certains pensent que les enfants jouant avec ce kit vont apprendre à dévaluer la vie et à traiter les animaux comme des machines.

RoboRoach est présenté comme une expérience de neuroscience à faire chez soi qui permet aux enfants de créer leur propre insecte « cyborg ». Après une campagne estivale sur Kickstarter, Backyard Brains a levé assez d’argent pour produire leur kit.

RoboRoach iPodEn novembre, Backyard Brains devraient envoyer ses premiers kits aux États-Unis. Pour 99$, vous avez un cafard vivant, du matériel microélectronique, et des kits chirurgicaux manipulables par des enfants à partir de 10 ans.

Forcément, tout le monde n’a pas sauté de joie en apprenant la nouvelle. Gage et Marzullo, les co-fondateurs de Backyard Brains, sont tous les deux des neuroscientifiques et des ingénieurs. Ils affirment que le but de leur projet est de déclencher une « neuro-révolution » pour inspirer les enfants et qu’ils en fassent leur métier plus tard. Seulement, pour d’autres, comme Michael Allen Fox, professeur de philosophie à l’Université de  Kingston, au Canada, ce projet véhicule un autre message : « il encourage les amateurs à opérer de manière invasive sur des organismes vivants » et « laisse à penser que les organismes vivants complexes sont de simples machines ou des outils. »

Ce jouet a au moins le mérite d’ouvrir le débat et de poser des questions d’ordre éthique sur la biologie augmentée. Si aujourd’hui nous parlons de cafards, demain nous parlerons de poissons, et après-demain d’humains. Mais à ce moment là, il sera trop tard pour se poser ce genre de questions. Est-ce un bien ou un mal de mettre à la disposition de tous ce genre d’expérience ? Personnellement, je n’en sais rien. Mais si vous avez un avis, je veux bien l’entendre.

Tags :Sources :Backyard BrainsVia :Science
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Heuuu… Hors de question d’avoir ça a la maison…
    Si tu remplaces le cafard par un être humain,ça donne juste envie de vomir.
    Certes, on peut pas comparer,mais ça commence comme ça,puis on diras, qu’avec des Roms, des Juifs,des roux, des blacks, c’est pas pareil,ils sont pas comme nous.
    Je suis hyper ouvert, j’AIME la science. Mais dans un laboratoire,et pour faire avancer. Pas pour assouvir les désirs pervers enfouis.
    Si ça se vend en France,ce qui est peu probable,dans 20 ans on aura une flopée de serial killer :-)

  2. J’ai horreur de ces bestioles la, je les trouve répugnante, et l’idée m’a fait rire avant de voir cette vidéo, et la… J’ai éprouvé de la peine pour ces pauvres cafards ! C’est cruel et malsain !!

    Ça fait d’autant plus de peine quand on pense que des scientifiques ont fait ça… Allé, à leur tour :) !

  3. Je trouve l’idée vraiment intéressante, il y a de nombreuses études qui sont faites sur les cafards, ce sont des petits être certes répugnant pour le plus grand nombre mais qui sont tout a fait passionnant pour bien des raisons ( vie en communauté, hiérarchie dans la horde, s’adapte rapidement a son environnement et j’en passe mais rien ne vous empêche de vous renseigner, google est ton ami ).

    Après contrôler un être vivant via une application pose certains problèmes éthiques, mais faire avancer la recherche dans ce domaine peut ouvrir des portes a beaucoup de bonnes choses, comme de mauvaises.
    Mais pourquoi cracher sur un projet intéressant et potentiellement utile a la science ? Car après tout, la question d’éthique n’existe que par ce qu’il existe des gens qui ne voient que le mal dans les choses, des gens qui ne voient que des bénéfices a engendrer, et des gens qui sont dérangés ou simplement mauvais.

    Le problème c’est pas tant le fait de manipuler une vie, c’est plutôt la nature humaine qui veut que la majorité des gens n’envisagent que le pire, et qu’une toute petite minorité sont la pour réaliser le pire…

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Je ne vois pas en quoi la commercialisation de ce « jouet » va faire avancer la science.
      C’est une expérience qui existe depuis longtemps en laboratoire.

  4. Expérience de neuroscience mon cul ouais, expérience de neurotorture surtout, c’est encore plus malsain de destiner ça aux enfants et leur faire croire que la vie sous quelque forme que ce soit n’est pas plus évolué qu’un pokémon.
    Ils vont trouver ça amusant 1 jour avant d’écraser/abandonner le cafard.
    Il y a dans la nature des parasites qui font exactement la même chose, ils forcent les grillons à aller se noyer dans un point d’eau afin qu’il puissent sortir se reproduire dans ledit point d’eau.
    Vous trouvez ça ignoble? Pourtant c’est un moyen de survie pour ce parasite, il a besoin de son hôte.
    Ici on joue le rôle du parasite dans le simple but de s’amuser.
    Je déteste les cafards mais la portée inhumaine -ou justement bien trop humaine- de la chose me fait froid dans le dos.
    D’abord des cafards puis des chats/chiens puis des singes puis des vieux?
    L’enfant va surtout retenir qu’il existe un dispositif pour plier le monde à sa volonté.
    Je crois que tant qu’à faire, ils auraient dû fournir un reportage en DVD des expériences similaires réalisées sur les animaux où on les voit avec le cerveau à l’air, à l’état de légume avec des électrodes partout, on est en plein dans le concept, très adapté aux enfants.

  5. « mais faire avancer la recherche dans ce domaine peut ouvrir des portes a beaucoup de bonnes choses, comme de mauvaises. Mais pourquoi cracher sur un projet intéressant et potentiellement utile a la science ? »

    hmmm je sais pas peut etre que parce qu’a ce stade la c’est plus de la science mais du sadisme ?
    la science a deja evolué, la preuve on arrive a diriger des cafards.
    Où se trouve l’avancee scientifique dans le fait de 1) vendre un objet, de 2)le faire passer pour un jouet et de 3) à destination des enfants a qui on apprend dés le plus jeune age a arreter de massacrer des insectes puisqu’on dirait que c’est instinctif chez ces jeunes humains.
    bref c’est du commerce et plus de la science a ce stade

      1. Bonjour

        @ppfff
        Et oui !!!
        Pourquoi n pas s’en servir sur des ROMs ???
        L’idée de pouvoir les raccompagner à la frontière me ravi :-)
        Ça donnerait un peu de boulot aux français et nous débarrasserait de personnes que je n’aime pas !

        A+

        Olivier

    1. Je crois qu’il faut vraiment arrêter d’appeler cet appareil « un jouet », c’est tout sauf un jouet et ce n’est vraiment pas à destiner aux enfants.
      Comme le dit picton juste au-dessus, c’est plus du sadisme que de la science.
      Perso ça m’horrifie.
      Par contre à utiliser sur les fondateurs de Backyard Brains qui font d’une vieille expérience scientifique un amusement d’un être vivant, là, pourquoi pas tiens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité