Elles existent ! Découverte d’une planète solitaire à la dérive dans l’espace !

Des astronomes de l’Université d’Hawaï ont annoncé la découverte d’une planète solitaire qui dérive seule dans l’espace sans être en orbite autour d’une étoile. Une première ! Même si l’existence d’une telle exoplanète était supposée, cette découverte va changer notre manière de comprendre le monde.

C’est en utilisant le télescope Pan-STARRS1 qui se trouve en haut d’un volcan à Hawaï que les astronomes ont découvert cette exoplanète solitaire. Ils cherchaient des naines brunes, des objets trop petits pour être une étoile et trop gros pour être des géantes gazeuses. Sauf qu’en cherchant ces naines brunes, ils ont trouvé une faible signature thermique correspondant à une planète.

planète solitaire errante

Cette planète est 100 milliards de fois moins brillante que Vénus !  Comme il fallait la nommer, ils lui ont poétiquement donné un nom caractéristique des âmes errantes, je voulais bien sûr parler de PSO J318.5-22.

Ainsi, PSO J318.5-22 se situe à 84 années lumière de la Terre, ne serait âgée que de 12 millions d’années (un bébé au niveau astronomique) mais elle aurait une masse 6 fois plus importante que celle de Jupiter (Jupiter étant la plus grosse planète du système solaire, on peut dire que nous sommes en face d’un beau bébé).

Comme PSO J318.5-22 n’orbite autour d’aucune étoile, elle sera une des premières exoplanètes à pouvoir être observées directement ! Les autres exoplanètes qui peuvent être observées en lumière directe se trouvent généralement autour d’une étoile jeune très brillante ce qui limite grandement les observations.

Maintenant, si on trouve d’autres planètes errantes, peut-être qu’un jour on en trouvera une passant à proximité du système solaire. On pourrait alors la rejoindre et s’en servir comme d’un vaisseau spatial à destination d’un système stellaire lointain qui se trouverait alors sur son trajet. Ou alors, on pourrait changer de planète en cours de route et faire du planète-stop pour aller où on veut. Ce serait infiniment plus confortable que les boites de conserve dans lesquelles les films de science-fiction veulent faire voyager l’humanité.

Sources :Journal of AstrophysicsArvixVia :Sciences-Mag.fr
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. 1) Ce n’est pas du tout une premiere ….
    2) Définition d’une « planéte » claire pour personne donc on peut publier n’importe quelle decouverte ….

    3) Article super mal écrit mais bon sur Gizmodo c’est aussi courant que les planètes solitaire sont rares …

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
        1. Norédine a raison quand il dit PSO J318.5-22 est la première planète errante visible directement.

          Car si CFBDSIR 2149-0403 a bien été découverte avant, il s’agit néanmoins d’une naine brune (une étoile), et non d’une planète gazeuse comme ici.

    1. Faudrait arrêter de critiquer Gmodo …
      Si vous n’êtes pas content du contenu, allez voir ailleurs. Ce ne sont pas les sites qui manquent.

  2. On vient de la découvrir et on sait déjà qu’elle n’a que 12 millions d’années ? Comment procèdent ils pour estimer son âge ? Si quelqu’un sait merci de m’éclairer svp

    1. Bonne question. Normalement, ils déterminent l’âge d’un planète par rapport à l’âge de son étoile. Mais comme cette planète n’a pas d’étoile, j’aimerais bien aussi savoir comment ils ont procédé. ça tombe bien puisque je vais rencontrer la semaine prochaine des planétologues. Ce sera l’occasion d’en faire un article si ça vous intéresse

      1. Merci pour l’info… C’est quand même fou de se dire qu’une planète erre toute seule. Si mes souvenirs sont bons il y a de quelques méthodes pour dater une étoile ou planète comme l’analyse infrarouge du spectre autour de celle-ci.

      2. Oui, je pense que ça nous intéressera.
        Au passage, merci pour cet article .
        HS : Je me demande si ce n’est pas la Lune qui errerait ainsi … Il faudrait contacter John Koenig sur Alpha ?

      3. Salut Norédine et merci pour la qualité de tes articles.

        Les causes de la présence de cette planète solitaire pourraient être multiples … soit c’est le résidu d’une petite étoile éteinte, soit elle a été éjectée du champ gravitationnel de son étoile par l’explosion d’une super nova trop proche … il y a certainement d’autres causes que ces planétologues pourront te donner.

        Sinon pour déterminer l’âge d’une planète, je crois qu’on se base sur les émissions de radiations (longueurs d’ondes ?) … j’imagine qu’on procède comme avec les étoiles (si la méthode marche pour un type de corps céleste, pourquoi pas pour un autre ?)

  3. Si tu peux tanner les planetologues avec des milliers de question : une planète peut elle être expulsé d’un système solaire ? Peut elle naître sans faire partie d’un système solaire et comment ? Peut elle avoir une orbite de plusieurs milliers d’année lumière se qui pourrait nous laisser penser qu’elle n’a justement pas d’orbite et être une planète solitaire ?

    1. Les systèmes de planètes et d’étoiles, c’est plusieurs corps denses qui se mettent à tourner les uns autour des autres (gravité) avec le plus massif qui s’allume. C’est pas le soleil qui a fabriqué la terre. Le soleil a emprisonné la terre dans une orbite. La terre avait de plus, un déplacement propre avant de se faire capturer, ce qui l’a empêché d’être purement et simplement absorbée par le soleil. On modélise ça très facilement à partir d’un nuage de poussières en expansion qui s’agglomère : formation de grumeaux dans un milieu sans frottements doté d’une force attirant les particules.
      Une concentration de matière n’ayant pas atteint la masse/densité/composition nécessaire à son allumage, mais qui n’était en même temps pas assez proche d’une autre concentration, plus importante et susceptible de l’attirer. Les hasards de forme des nébuleuses peuvent donner naissance à ce genre d’objets isolés. Une telle planète peut surement avoir des lunes.

      1. Il me semble surtout que l' »allumage » d’une étoile est dû à des réactions de fusion thermonucléaire, faisant intervenir l’élément hydrogène.
        Or la Terre n’est pas majoritairement composée d’hydrogène, et son « allumage » n’est pas une histoire de masse / concentration.
        Au risque de paraître un peu rugueux (et je m’en excuse par avance), ce que tu nous racontes manque un peu de sérieux.

        1. L’hydrogène se barre vers le corps le plus lourd. Le soleil n’est pas fait « que d’hydrogène et d’hélium » : des composés plus lourds y sont présents en grande quantité (sa métallicité de 2%, représente tout de même 6660 fois la masse de la terre, et celle-ci ne peut pas s’expliquer par la fusion opérée en interne, qui ne génère que de l’hélium).
          « Le Soleil représente à lui seul 99,86 % de la masse du Système solaire (les planètes + le soleil), Jupiter représentant plus des deux tiers de tout le reste. » (wikipedia)
          La terre pouvait très bien avoir une composition plus gazeuse au départ, ce gaz a rapidement été « volé » par le soleil pendant les premières révolution (alors que la terre finissait de se condenser, et que les gaz formaient une atmosphère beaucoup plus épaisse qu’aujourd’hui autour d’elle).
          Pour la terre, la condensation sous l’effet de la gravité est plausible. Pour un astéroide de petite taille, elle est impossible. La différence de genèse fait le distingo entre ces deux types de corps (planètes et non-planètes). Les astéroïdes, c’est des débris résultant de collisions (agglomérantes, partiellement agglomérantes ou carrément désintégrantes).

        2. Pourquoi les gaz ne sont-ils pas restés autour d’une planète comme la terre (mais plus facilement autour de Jupiter) ? La gravité. Une planète a plus de chances d’être tellurique si elle s’est fait « dépouiller » de ses composés légers du fait d’une orbite de faible diamètre autour de son étoile (la masse joue aussi : plus elle est grosse, plus elle sera apte à garder ses gaz)
          Tous les types de planètes ne sont pas équiprobables. En fonction de la composition/masse du soleil, et de la masse/distance de la planète, la composition et l’aspect d’une planète n’est pas « libre ».

        3. Pour toutes les raisons que je viens de donner, les chances pour qu’une planète errante soit tellurique … sont infimes.

    2. La vraie question est : se balade-t-elle « en ligne droite » ou pas.
      En théorie, le truc qui se balade en ligne droite dans l’espace, ça ne peut exister à un endroit ou tles forces gravitationnelles environnantes s’annulent : ce genre d’endroit (de « point » plus exactement), s’il existe, n’est pas très grand, ni très statique … or cette planète se balade (et ça ne peut pas être sur la trajectoire d’un tel point d’équilibre, qui n’est pas attracteur).
      Donc non, elle n’est pas « totalement libre ». La question subsidiaire est donc : est-elle prisonnière d’un seul corps attracteur ou, telle une bille de roulette en décélération, est-elle en train de baguenauder entre plusieurs étoiles ?
      C’est vrai que l’orbite, c’est stochastiquement pratique : ça « cantonne » les planètes à un espace « plus délimité » ou on risque moins de rencontrer plus gros que soi (le plus gros étant alors gobé par son étoile ou mis en orbite).
      En fait, l’orbite est un peu le « destin in fine » de ces planètes errantes, de même que la bille de roulette finit par entrer dans un trou.
      On va donc « réfléchir à l’envers » et se demander comment cette planète a pu rester errante aussi longtemps (quelles sont les caractéristiques susceptibles de favoriser cette situation).
      D’abord, on nous dit déjà qu’elle est très jeune : 12 millions d’années, c’est pas grand chose. Rien que ça, ça explique déjà pas mal de choses (c’est presque décevant).
      Pour un age aussi faible, une faible vitesse de déplacement suffit à expliquer l’existence : si elle se balade lentement, à un endroit où il n’y a pas d’étoiles proches, elle peut être là depuis un moment sans rien avoir rencontré de plus gros qu’elle.
      0) Une planète errante est très certainement une planète gazeuse (sa composition précise peut être intéressante à analyser)
      1) Moins grande (i.e. moins attractives) qu’une étoile et n’ayant pas passé de temps dans le voisinage d’une étoile, ce genre de planète ne peut avoir comme lune que des corps capturés pendant son périple inter-sidéral. Ces corps n’ont presque aucune chance d’être le résultat de collisions de planètes. Bref, les chances pour que ce genre de planète ait une lune sont beaucoup plus faibles que pour les planètes en orbite.
      2) Quand elle se fera capturer par un système, elle pourra se transformer en planète tellurique ou non : il s’agit donc d’une proto-planète. On peut donc parier que des dieux sans monde surveillent cette planète en ce moment.
      3) Néanmoins, arrivée sur le tard dans un système destination « sans doute déjà mature », elle ne bénéficiera pas forcément des conditions « habituelles » : les collisions avec d’autres corps célestes seront moindres (les autres planètes auront déjà fait le ménage).
      4) Je suis persuadé (certes, on s’en fiche un peu) que la présence d’eau et d’une atmosphère azotée sur une planète est liée à la transition entre une orbite elliptique et une orbite plus circulaire, à un moment précis de sa tellurisation (tellurisation interrompue) et qu’une telle transition ne peut avoir lieu que dans un système en formation (par collision avec d’autres corps en orbite aussi). Cette planète errante, qui arrivera forcément sur le tard, ne me parait donc pas être un bon plan pour un dieu.
      5) Ce qui m’intéresse, c’est d’où elle vient : quelles conditions ont permis sa genèse aussi proche et aussi récente, où sont ses planètes et étoiles sœurs.

  4. Très bon article, avec à la fois plus d’humour et plus d’infos pertinentes que ce que j’avais lu hier dans des journaux classiques !

  5. Ce qui m’intéresse bcp plus, c’est la matière noire (ou matière sombre) invisible pour notre spectre de vision même avec des instruments spéciaux.

  6. C’est une première dans le sens ou on arrive a la voir, mais pas dans le sens ou ce n’est surement pas un cas isolé, les planètes expulsées de leur orbite doivent surement être aussi nombreuses que les autres.

  7. ohh quelle bonne idée, faire du planète stop.. et sinon niveau soleil et chaleur on ferait comment? (en supposant qu’elle le nécessaire vital pour nous)

  8. Étant donné sa masse (6x Jupiter) ne s’agirait il pas d’une étoile « ratée » qui n’a pas pût enclencher les processus de fussion de l’hydrogène en son sein (comme une étoile normale) du fait de sa trop faible masse ? à l’image des naines brunes justement. Ceci pourrait expliquer cela.

  9. Puis-je aussi connaître la nature de cette planète , gazeuse comme Jupiter ou tellurique comme la terre.
    Quelle est ça vitesse de déplacement si elle se déplace ?
    Peut elle avoir un ou plusieurs satellites ?
    Et aussi j’aimerais savoir si cette planète errante  » entre » en « collision » avec un système solaire , va t’elle s’y  » greffer » et faire partie de ce système ?
    Et si pas envie de répondre, ou puis je trouver ces info ?

    Merci Norédine.

    1. La planète serait une géante gazeuse.
      J’ignore la vitesse à laquelle elle se déplace exactement.
      Comme toutes planètes, elle peut avoir un ou plusieurs satellites. D’ailleurs, il y a même des astéroïdes avec des Lunes, comme celui ci (j’adore la photo) : http://www.gizmodo.fr/2013/05/31/direct-asteroide-1998-qe2.html
      Pour la partie sur la collision, il y a trop de facteurs à prendre en compte pour répondre comme la vitesse de la planète, sa distance par rapport aux autres, elle va certainement perturber l’orbite des autres planètes, mais elle peut aussi bien se faire éjecter ou s’accrocher.
      Pour la vitesse de déplacement, il faudra attendre que l’article soit publié mais il y a des indications ici : http://arxiv.org/pdf/1310.0457v1.pdf

  10. Sommes nous sûrs que sa trajectoire est linéaire ? Ne pourrait elle pas être en orbite autour d’un trou noir qu’on n’aurait pas décelé ?

    1. En sciences, on ne peut jamais être sûr de rien à 100%.
      On ne peut que concevoir des modèles (forcément approchés) et émettre des hypothèses sur la base des observations.
      Si les observations sont incomplètes, et elles le sont toujours à un certain degré, la pertinence des modèles et hypothèses s’en trouve nécessairement affectés.
      En tout cas, en l’état actuel des choses, c’est ce qu’on a de mieux à disposition.

  11. @Noredine, si tu lis ce commentaire :
    il y a un asteroïde composé a 26% d’eau qui a ete decouvert il y a quelques jours, ce qui relance enormement la possibilité de vie ailleurs et d’exoplanetes où l’eau liquide serait en quantité gigantesque (la masse de la terre ne comprend que 0,02 ou 0,002% d’eau).
    Si le sujet t’interesse ça serait excellent que tu nous fasse un de tes articles bien ficelé car ce que j’ai trouvé jusque là se resumait a quelques lignes sans explications.

  12. Bonjour,
    Je ne suis pas mécanicien céleste, mais qui dit planète errante ne dit-il pas « course folle » au gré des attractions gravitationnelles rencontrées et, du coup :
    – risque de colision avec des (?) planètes habitées (dont au moins la nôtre…) ?
    – de ce fait, non-viabilité de « pouvoir » nous-mêmes nous y réfugier en tant que vaisseau (bis) de secours ?
    Merci.
    Patrick R. (31)

    1. Oui certainement, mais nous ne sommes pas dans son axe. Elle est en plus à 84 années lumières. On a le temps de la voir venir.
      Nous avons beaucoup plus de risque de nous prendre un gros astéroïde qu’une planète, mais dans un futur très lointain à l’échelle humaine, c’est possible.

  13. Merci pour l’article, comme toujours Norédine lui au moins sait nous prendre dans la lecture de ses articles !

    En espérant que la prochaine planète qu’ils découvriront ne sera pas une étoile noir à la dérive 😉

  14. Il paraît que l’analyse spectrale de la lumière émise par un objet céleste permet de définir son âge . Mais sa température ainsi que sa composition chimique modifient la donne. Avec ma petite cervelle j’ai du mal à imaginer le comment du pourquoi !

  15. Planète : mot grec qui signifie « astre errant ». Pour une fois cest bien vu lol.

    Sinon à par ca…. Étoile avortée ?… Fort possible. Suffit de connaître ca composition. On pensait la même chose de Jupiter mais tout compte fait, non. Ca composition est relativement différente du soleil.

    Bref toute façon cest quand même assez exceptionnel d’être tombé dessus. Quand on connaît les difficultés à trouver des exoplanètes en orbites autour d’une étoile…. Celle-ci ne tourne autour de rien !! Jusqu’à preuve du contraire…… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité