La lente marche du piratage des livres

Depuis le mois de septembre, le collectif AlexandriZ "n° 1 sur les eBooks FR" a décidé de suspendre ses activités "en raison de sérieux problèmes", sans en préciser la nature. Une victoire pour les ayants droit, qui estiment cependant que le phénomène va se poursuivre et prendre de l’ampleur.

Le Syndicat National de l’Edition (SNE) avait porté plainte contre la team AlexandriZ, qui distribuait des livres numériques qui n’étaient normalement pas disponibles dans ce format. De là à y voir une relation avec l’arrêt des activités d’AlexandriZ, il n’y a qu’un pas que vous pouvez franchir.

Bien que les acteurs du secteur comme le SNE ou la Société Civile des Auteurs Multimédia (SCAM) aient beau vouloir combattre le piratage des œuvres, ils semblent résignés à voir le livre suivre le même chemin que la musique, le cinéma, le jeu vidéo et la télévision. « Le mouvement du piratage est en marche et ne s’arrêtera plus » déclare ainsi Hervé Rony, directeur général de la SCAM.

Le phénomène semble pourtant moindre que ce qu’il est aujourd’hui pour les autres médias. Est-ce parce que les internautes ne s’intéressent pas au livre ? Ou parce que le livre a su apprendre des problèmes des autres biens culturels ?

Hervé Rony évoque un décalage lié aux générations : les jeunes s’intéresseraient en dernier au livre alors que les vieux (pour caricaturer) sont moins portés sur les nouvelles technologies et se dirigent plus facilement vers le livre. Avec les liseuses numériques, l’entrée du livre dans le monde de la piraterie n’est-elle qu’une question de temps ?

Tags :Via :numerama
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est sur qu’en vendant leur epub aussi cher que la version papier (qu’il faut imprimer, relier, stocker, expédier …), ils vont vraiment enrayer le piratage ! Alors si en plus, ils ajoutent des DRM par dessus …

    1. Tout à fait d’accord. Ils sont en train de copier les mêmes erreurs que l’industrie de la musique ou du film, c’est quand même malheureux d’être à ce point aveugle…

      La clé de la lutte contre le piratage est de proposer du contenu de qualité, partout dans le monde en même temps, à un tarif raisonnable et de façon simple… Mettre 20 euros dans le dernier Lévy, non merci. Par contre à 5 euros… Bon, non plus en fait, j’ai choisi le mauvais auteur, mais l’idée est là 😉

      1. Le lobby des taxis suit la même voie sans issue que l’industrie de la musique et du livre pour se « protéger » des VTC : tenter de détruire l’adversaire plutôt que évoluer, s’adapter et innover.

  2. Une bande d’arriérés qui prennent le problème à l’envers… Comme dit plus haut, le ebook serait vendu au vrai prix (hors cout de production, transport, stockage) il y aurait beaucoup moins de piratage. Après que l’on veuille continuer à marger autant un produit virtuel, il ne faut pas s’étonner du piratage.
    Leur peur du moment c’est de ne pas baisser les prix par rapport au modèle physique pour ne pas faire concurrence, et du coup encaisser une sacrée belle marge, surtout. Mais Il y aura toujours des gens comme moi pour préféré l’objet relié au fichier alors ce serait bien de faire des efforts de marge et le piratage sera moindre.

  3. Le problème est double pour le ebook vs papier.

    La différence de prix existe bien sur les nouveaux titres (15 à 20%) moins chèr en version numérique mais le problème se pose pour les titres plus anciens car le livre de poche n’a pas d’équivalent en numérique –> on paye toujours 15€ pour un livre que l’on trouve à 8€ en poche papier.
    Pour le coût du ebook, il est certes moins onéreux à produire mais le coût de stockage est élevé également, étant informaticien je peux vous le confirmer. Les datacenter ne sont pas donnés.

    Le deuxième point bloquant du ebook est également sur son modèle économique. Il est interdit à une personne ayant payé son ebook de le prêter à un proche. Aujourd’hui vous achetez un livre, s’il vous a plu vous le passez immédiatement à votre amie, votre mère, etc. Pour le ebook c’est interdit et bloqué par les drm.

    Que l’industrie pense donc à adapter le prix du ebook à l’ancienneté de l’œuvre
    Qu’elle s’adapte aux usages commun : prêt et revente

    1. Le mythe bien entretenu du prix du stockage… Bien que ça rentre en ligne de compte pour de la vidéo (mais encore, c’est plutôt la bande passante qui coûte), un livre numérique pèse en moyenne 1 Mo. Si on compare à un film HD basse qualité qui pèsera 1 Go (donc mille fois plus), on remarque tout de suite que ça n’a pas de sens. Si les coûts de stockage coutaient 10 centimes, cela voudrait dire que le stockage d’un film coûterait 100 euros… En réalité stocker un film coûte plutôt 10 centimes/mois et stocker un livre 0.01 centimes /mois (enfin avec un certain volume il y a toujours des frais de base, mais quand on compare au coût d’un bail commercial, ça fait quand même sourire).

      La faible différence de prix s’explique d’une part par la frilosité des éditeurs à développer ce commerce (et couper la branche sur laquelle ils sont assis), et d’autre part par la complexité de négociation et d’acquisition des droits pour vendre un livre numérique.

      Mais à terme, si les éditeurs « classiques » ne bougent pas plus, des éditeurs purement « numériques » pourraient voir le jour et leur damer le pion.

  4. Comment peuvent-ils espéré arrêter le piratage quand un même livre est à 5€ sur Amazon US et à 25 en France ??
    En ce qui me concerne, depuis que je suis passée à la liseuse, j’achète les livre grand format qui m’ont plus alors qu’avant je n’achetais que de l’occaz.

  5. « le coût de stockage est élevé également, étant informaticien je peux vous le confirmer. Les datacenter ne sont pas donnés. »

    La blague du siècle, bravo.
    Tu sais combien d’octets pèse un livre?
    Le prix de location d’un server est juste ridicule comparé aux coûts d’impression.

    1. En effet et permet-moi de démontrer pourquoi tu as raison
      Un ebook pèse environ 20 mo pour un ouvrage de 1000 pages ce qui fait sur un disque dur de 4To pas moins de 200000 ebooks. Le tout, admettons, dans un serveur possédant 4 Hdd de 4To mis en RAID 5 (soit 12To d’utilisables sur les 16To des 4 disques). Retirons pour tout 40Go d’espace disque pour l’OS (supposons qu’ils s’agit d’un Windows Server Datacenter 2012 et qu’il y a le site web installé dessus), on peut mettre dessus pas moins de 598000 ebooks différents. Afin d’éviter au mieux les DDOS, il faut un bon CPU (prenons 2 Xeon E5-2660 à 10cores) et pas mal de RAM (prennons 256Go en RDIMM DDR III), ce qui fait environ 16000 Euros TTC par serveur. Disons qu’on en prenne 2 afin de faire une redondance entre les deux serveurs pour ne pas être down en cas de panne de l’un des serveurs. On est donc à 32000Euros de serveurs. Ensuite, l’électricité, voyons large et disons 3000Euros l’EDF par serveur soit 6000 pour les deux.
      Ensuite, il y a l’Admin réseau à rémunérer, comptons 51000 Euros par ans.
      La connexion internet SDSL, 3600 Euros par ans (connexion symétrique 20 Méga)
      La location du local, supposons qu’il s’agit d’un local dans un immeuble de bureaux dans une ville de taille moyenne (env 250000 habitants), voyons large une fois de plus et prenons un loyer mensuel de 2000Euros soit 24000 Euros à l’année
      Ce qui nous fait un total annuel légèrement inférieur à 120000 Euros (pour une base de données de 598000 ebooks).
      En vendant un ebook si ce n’est que 5Euros, il faudrait en vendre 24000 ppur compenser les dépenses en matériel et personnel, ce qui n’est pas grand chose sur un an.

      Maintenant, même excercice mais avec une impressions des livres.
      Reprenons notre cas où il s’agit de 598000 livres de 1000 pages au format 16×34, couverture souple, pages collées au dos qui sont à imprimer et qui sont vendus 20 € dans le commerce.
      Le coût des matières premières est d’environ 5 Euros par livre ce qui fait pour notre volume pas moins de 3000000 d’Euros !!!

      Pas besoin d’aller plus loin dans le raisonnement 120000 € ebooks << 3000000 € livres papier( et encore, pour le livre papier, je n'ai que la matière première donc, dans ce prix il n'y a pas la main d'oeuvre, les locaux et les machines)

      CQFD

      1. Et le pire c’est que dans ton exemple tu n’as fait qu’une seule édition de chaque livre pour 3 000 000 euros en gros si tu édites seulement dix exemplaires de chacun des ebboks t’en a pour 30 000 000 euros alors que sur ton serveur ton ebook égale l’infini de duplication …

      2. Comment tu détermines le coût des matières premières pour un bouquin papier ? ne penses-tu pas qu’avec un volume d’impression de 600.000 livres (j’arrondis hein) , le coût de ces matières va justement fortement baisser ?

        Sinon dans un data center, il y a en général plusieurs serveurs et plusieurs Péta Octets de stockage sur quelques centaines de disques durs (voire beaucoup plus). On ne stocke pas les données d’un seul client, donc le coût global du matériel et du personnel est réparti sur plusieurs contrats.
        Et puis ton Administrateur ne va pas te coûter 51.000 euro mais plutôt 100.000 (oui un employé coûte à sa boîte 2 fois son salaire brut … car sa boîte paye des charges sur les salaires). Et puis tu as oublié tout le personnel administratif qui implique des coûts fixes, la maintenance du matériel, la pub, la com’ …
        ‘fin bref, juste pour dire que c’est plus difficile que ça de déterminer le coût réel de stockage du méga-octet.

        Reste que c’est certainement moins coûteux de stocker des ebooks que de stocker des livres papier, et que la copie d’un livre numérique ne coûte rien (ou presque) tandis que rééditer un vieux livre papier est très coûteux (surtout si c’est un tirage faible).
        Par conséquent, je pense que sur l’ebook, les éditeurs ont très certainement vu là un moyen de s’en mettre plein les poches et de multiplier les recettes.
        Et puis les amoureux de lecture préfèrent souvent (enfin là je prend mon cas particulier) lire sur du papier, avoir le bouquin dans les mains, et plein de petits détails qui jouent dans la balance. Sachant cela, les éditeurs ne vont pas tout miser sur un support qui pourrait facilement être copié (faible poids des fichiers). Je les soupçonne même d’avoir anticipé le phénomène de copie et d’avoir calé leurs prix en conséquence.

        1. T’inquiète, les tarifs grossistes sur le volume sont pris en compte dans le calculs.

          Effectivement, je me suis planté sur le salaire de l’admin mais cela ne change pas grand chose au final.

          Après, pour le reste du matériel, du personnel, pubs et compagnie, je n’ai pas pris tout ça en compte dans mon calcul puisqu’on les trouve dans les deux types d’entreprises.

          Après, dans mon exemple, l’entreprise achète les serveurs, rien ne les empêchent de les louer (le genre de serveur proposé dans mon exemple vaut environ 5000 € TTC à l’année chez OVH)(donc voilà comment diviser par 4 le prix de l’infrastructure (serv+elec+SDSL)

          Après, c’est vrai que je suis un peu comme toi, bien que je sois informaticien de métier, je préfère lire un texte sur un bon vieux livre papier que sur un ebook.

  6. Sans parler des livres introuvables en édition papier.
    J ai pu ainsi lire « Planète Interdite » tiré du film . Introuvable en édition papier.
    J acheté néanmoins certains livres en papier pour pouvoir les conserver, c est plus joli dans une bibliothèque mais je suis passé à l’éBook car c’est bien plus pratique dans les transports en commun.

  7. je viens d’acheter un livre sur Mac OS X… 30 € le livre… même pas la descence de fournir l’édition numérique en meme temps ou sur presentation de la preuve d’achat….

    ca aussi c’est stupide

    1. Oui mais acheter un livre sur OSX ça veut aussi dire que le client possède un mac ….
      Alors ils ne vont pas se gêner pour plumer le pigeon 😉

  8. Pour ma part, je veux bien dépenser 8 euros dans une BD (7€99) sur l’apple store que 14€99 pour un livre qui vient de sortir en sachant que je n’aurai jamais la version « livre » tout en rappelant que ce ne sont que des lignes et non des dessins. Payer un broché aussi cher, no thanks. A quand « Pocket » sur le bookstore?

  9. Certains éditeurs ont quand meme compris l’intérêt du numérique.
    Prenons Bragelonne, qui comme Steam propose régulierement des soldes.
    Souvent des intégrales à 9€ alors que les version papiers en valent 100.
    Mais malgré tout, ils ont aussi cette hérésie d’avoir des livres plus cher en numérique qu’en papier
    ex: Le Poids de son regard
    Edition Bragelonne: 25
    Edition Kindle : 12.99
    Edition poche: 12.00

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité