Un mathématicien dévoile la formule de la parfaite pizza

Cuisiner une pizza maison peut se révéler moins cher et surtout plus sain que de se faire livrer, sans parler de la concevoir totalement en accord avec vos goûts. Seulement il est délicat de jauger les proportions de pâte versus garniture. Enfin... C'était délicat.

La science et ses méandres… Un mathématicien de l’Université de Sheffield a développé une formule qui vous garantit une pizza idéalement proportionnée. 

Après avoir effectué ce qui devait être les expériences les plus agréables et savoureuses de la science, le Docteur Eugenia Cheng a découvert qu’une bouchée sur une pizza de 11 pouces (environ 28 centimètres) contient en moyenne 10% de garnitures supplémentaires que sur une pizza de 14 pouces. Voilà qui règle la question ? Pas tout à fait.

Si les chefs tentent de surcharger une pizza de onze pouces, ils risquent de servir une croûte détrempée au sortir du four. Aussi, Cheng a créé une formule qui permet aux chefs de déterminer le volume idéal de garnitures en fonction de la taille de la pizza.

Pour les matheux… Voici. Pour les gourmands, c’est ici !

pizza

Yummi !

Tags :Sources :Food Beast
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. toi tu devrais sortir un peu prendre l’air ou trouver un boulot… pathétique..

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  1. On a retrouvé la FEMEN perdue, béatrice tu peux sortir maintenant… 😀

    Pour en revenir au sujet, je pense que les scientifiques devraient arrêter de vouloir faire du buzz avec n’importe quoi et revenir à des recherches un peu plus sèrieuses, genre la lutte contre les maladies, toussa…!

    Chaque personne à des goûts différents, certains aiment quand il y a moins de garniture, d’autres quand la pâte est molle, etc…

  2. Ce qui me fait peur dans la cuisine c’est quand des personnes hors profession commencent des trucs comme ça… on voit ce que cela donne avec l’industrie agroalimentaire.. on remplace l’huile d’olive extra vierge par de l’huile de palme pour faire péter les bénéfices….

    De plus, un pizzaiolo, si tant soit peu qu’il aime son métier, n’a aucunement besoin de peser ses ingrédients et c’est exactement comment son four chauffe pour adapter sa pizza…

    useless quoi.

    1. l’Université de Sheffield … ça doit se situer de l’autre côté de l’Atlantique … ça me rassure c’est pas mon pognon. Cela dit quand on voit les sujets de certaines recherches du CNRS, on a pas à faire les marioles.

      1. Je te rassure ton pognon ne finance pratiquement pas la recherche, puisque ces bureaucrates de m*** nous ont coupé les 2/3 des financements, et donc on répond beaucoup plus aux demandes des labos pharmaceutiques qu’avant.

        Parce que faut pas se leurrer, ce sont eux les maîtres du monde. Ce sont eux qui vous « soignent ». Bref, tes impôts financent plutôt le fonctionnement de la justice, de l’éducation, de la police de toutes les administrations, et recouvrent à reculons la dette.

        Petite astuce, quand vous lisez une nouvelle étude formidable, avec une panacée, regardez tout en bas dans les petites lignes, pour voir les financeurs, ou les directeurs logistics, et avec leurs noms, vous googolisez, et paf ! Des chocapics.

        1. Oui je sais … Chirac avait déjà pété le budget en deux. Ils pleurent parce qu’on a pas d’industrie en France et ils défoncent un des moteurs de cette industrie, à savoir la recherche.
          J’ai fait mes études à Orsay, tous mes profs étaient (ou sont encore d’ailleurs) chercheurs, donc j’ai été sensibilisé à ça et de toutes façons, les projets farfelus du CNRS sont heureusement une minorité dans la quantité de projets en cours.
          Et je suis bien d’accord avec toi, avant de bouffer le budget public de la recherche, il serait bon de faire un grand ménage dans nos administrations.
          Exemple :
          Beaucoup de fonctionnaires estiment que les 40 jours d’arrêt maladie autorisés chaque année sont un dû et les gèrent comme des congés (et donc les prennent systématiquement).
          En prenant 83% des effectifs (soit 5 des 6 millions de fonctionnaires) cela fait 200 millions de jours de congés maladie posés chaque année … avec un salaire brut moyen de 2.000 euro (soit 100 euro la journée) ça représente 20 milliards d’Euro … débités sur le compte de la Sécu.

  3. Certains « scientifiques » n’ont-ils vraiment que ca à foutre ?????
    N’y a-t-il pas des sujets autrement plus intéressants, et IMPORTANTS ?????

    PATHETIQUE !!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité