Messieurs, les scientifiques ont mis une claque à la calvitie !

Implants, perruques, postiches, prenez garde ! Une équipe de chercheurs de Columbia a développé une nouvelle méthode pour faire croître des cheveux humains. Ce n'est pas seulement se contenter de faire pousser des petits cheveux. Ils sont capables de faire grandir votre chevelure.

Le postulat de base est le suivant, nous savons depuis longtemps que les cellules de papilles dermiques humaines forment la base des follicules pileux. Aussi l’idée d’utiliser telles cellules pour régénérer la croissance des cheveux date d’il y a environ 40 ans.

Seulement, la technique reste complexe puisque ces cellules redeviennent des cellules de peau basiques lorsqu’elles sont mises en culture. Peau n’est pas égal à cheveux, et à moins d’aimer la tonsure, pour le plus grand malheur des chauves.

Cependant, les papilles de rongeurs n’ont pas ce problème, simplement car elles s’agrègent et permettent aux cellules de communiquer facilement les unes avec les autres et ainsi de former un cheveu.

S’inspirant de l’exemple des rongeurs, les chercheurs Britanniques ont compris comment encourager les papilles humaines à se regrouper dans les cultures. Après la récolte des échantillons de donneurs humains, les chercheurs ont transplanté des cellules entre le derme et l’épiderme de la peau humaine et ont greffé le tout sur le dos de souris. Après quelques jours, les scientifiques ont constaté que les cheveux se développaient tout à fait normalement.

Remettons les pieds sur Terre, nul ne dit que vous allez pouvoir développer vous-même une nouvelle et splendide chevelure sur le dos d’un bestiau. La recherche n’en est qu’aux premiers stades, mais les chercheurs espèrent commencer les essais cliniques très prochainement.

Un tonique magique pour la croissance des cheveux n’est sans doute pas encore pour tout de suite (voire jamais…). Mais au moins, nous nous dirigeons dans la bonne direction.

Tags :Sources :ColumbiaVia :Science Daily
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. la vie est mal faite : les hommes cherchent à se remettre des cheveux sur la tête tandis que les femmes s’épilent intégralement pour ne plus avoir de poils.

  2. « Peau n’est pas égal à cheveux, et à moins d’aimer la tonsure, pour le plus grand malheur des chauves. » => Ca ne veut strictement rien dire .. :/

    1. C’est pas du Google Translate, juste Florence qui essaie de faire des phrases qui sortent de l’ordinaire mais comme dab ca perd tout son sens.

      1. et à part ça les blaireaux…quelque chose à dire d’interressant sur l’article..?

        Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
        1. Vaut mieux qu’ils ne disent rien sur l’article.. avec une faute par mot pour rager sur Flo, on va arrêter là le massacre.

  3. Il s’agit ici de chercheurs Canadiens de Colombie-Britannique. Juste pour votre information et corriger cette grave erreur de journalisme amateur.

    1. Je suis prêt à parier que tu as tous tes cheveux, toi… Et si c’est pas le cas, tu ne dois pas ressembler à un moine…
      Le problème n’est pas tant l’acceptation de soi que l’image que les autres nous renvoient, souvent avec violence, et à l’importance que notre société donne à cette image. Et finalement, l’acceptation de soi va de paire avec l’acceptation de l’autre.
      Bref, on n’est pas rendu…

        1. Saches que si tu t’acceptes, l’acceptation des autres, tu t’en tapes !
          Un ami a une maladie orpheline, lui, le seul moyen (car cela se voit quand on le regarde) c’est d’accepter et faire avec…. Que devrais-je lui dire si je devrais penser comme toi ?

          – ne sors plus
          – suicides-toi ?

          Car les gens qui le croisent remarquent vraiment son problème.

        2. Je voulais pas dire moine tibétain 😉 je parlais de l’effet tonsure.
          Sinon, le crâne rasé, c’est sûr que c’est une solution. Je sais pas si tu te rases pour cacher une calvitie ou parce que ça te plait comme ça. Mais il y a des chauves à qui le crâne rasé ne va pas.
          J’ai tous mes cheveux, mais ça me ferais chier de les perdre… Et je compatis avec les chauves qui vivent mal leur calvitie…

        3. Mais non, ne déforme pas mon propos… Je ne dis pas que je suis d’accord avec ça… Je fais simplement un constat. C’est plus une critique de la société, si tu préfères. Dans l’absolu, je ne suis pas en désaccord avec toi, je dis que « l’autre » ne rend pas toujours les choses faciles.

        4. Et quand je parle d’acceptation de l’autre, je veux pas dire « être accepté par les autres », je veux dire « accepter les autres ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité