Pourquoi la pilule pour homme n’existe-t-elle pas ?

Si la pilule est aujourd'hui bien ancrée dans les mœurs, on pourrait facilement s'étonner de la non-existence de son pendant masculin. Vendredi dernier avait lieu la Journée Mondiale de la Vasectomie, l'occasion de se pencher sur le pourquoi du comment d'une telle situation.

Depuis les années 1950 et les premières recherches sur les contraceptifs, les scientifiques pensent être proches d’une solution viable. Seulement, si la pilule est aujourd’hui aussi efficiente pour les femmes, nous sommes encore loin et pourtant si proches de pouvoir profiter de son équivalent masculin.

Une solution basée sur les hormones semble très difficile à trouver, « il y a eu de nombreux effets secondaires insurmontables dans chaque composant testé », « le plus important étant l’impuissance – et personne ne veut prendre un moyen de contraception qui rend impuissant » déclare le Docteur Elaine Tyler May, auteure de L’Amérique et la Pilule: Histoire de Promesse, Péril et Libération. Pourtant, il existe bel et bien une « solution » hormonale. Sauf que celle-ci ne fonctionne que sur 80 à 90% des hommes, les autres y étant résistants pour on ne sait quelle raison, et que sa durée de fonctionnement est très variable.

Physiologiquement parlant, le défi est aussi immense. Là où il « suffit » de contrôler un œuf par mois, il faut ici maitriser la production de 1 000 spermatozoïdes par seconde. Et la femme a naturellement une période où elle est infertile, pendant sa grossesse. L’homme, lui, ne s’arrête jamais de produire des spermatozoïdes.

Que nous propose donc le futur ? Certains scientifiques travaillent à injecter des nanoparticules d’or dans les testicules, puis à les chauffer au LASER pour tuer les spermatozoïdes sans endommager les tissus environnants. Prometteur mais uniquement testé sur des souris à l’heure actuelle. D’autres tentent de bloquer les mécanismes-même de production des spermatozoïdes. Là encore, prometteur, mais il faudra encore de nombreuses années de recherche.

Et puis il y a la « vasectomie réversible », en place et effective semble-t-il en Inde, mais qui peine à être autorisée dans nos contrées – des tests sur l’homme devraient cela dit débuter en 2014 -. En résumé, pour l’heure, il ne reste vraiment que la vasectomie pure et simple, pour les plus décidés.

Tags :Sources :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. J’irai même plus loin, je déteste quand certains gays se sentent obliger de le faire savoir à tout le monde en publique.
      J’ai des amis gays et ça les énervent aussi, tout simplement parce ça donne des stéréotypes débiles… En fait je déteste les stéréotypes ^^.

      1. C’est toi le kikoo/lol/fail, va chercher la définition de contraceptif et tu verras que les capotes rentrent dedans (hum … pas fait exprès celle-là)
        Allez, un peu d’éthymologie basique : Contraception = contre la conception
        Pour finir, le préservatif ne sert pas QUE à protéger contre des maladies sexuellement transmissible, c’est aussi un moyen de pas tomber enceinte sans gaver son corps d’hormones, comme avec la pillule par exemple.

  1. vasectomie réversible : elle n’existe pas. Si vous désirez subir l’opération inverse (recanalisation) au cours des 3 années qui suivent l’intervention, les chances de succès seront d’environ 70 %, ceci tombe considérablement après 10 ans. Cette situation s’explique facilement. Il serait possible de reconnecter les deux extrémités des canaux déférents, mais les spermatozoïdes qui y passeraient seraient peut-être stériles. En effet, chez beaucoup d’hommes qui subissent une vasectomie, il se forme des anticorps antispermatozoïdes. Il n’y a aucun danger pour la santé, mais cela signifie que l’organisme désactive les spermatozoïdes à mesure qu’ils sont produits, rendant ainsi très aléatoire le succès de l’intervention à rebours.

    1. Ah oui ? Et pourquoi la production d’Ac anti spermatozoides après la vaséctomie ?
      Est-ce parce que ils ne sont du coup plus expulsés, et que le corps pour éliminer le trop pleins, s’en débarrasse de cette façon ?

  2. Il est vrai que la pilule féminine n’a aucun effet secondaire et aucune baisse de désir…
    Prise de poids, risque d’embolie, perte du désir… tout ça, c’est juste pour faire joli que les fabricants doivent l’écrire sur la notice à la ligne « effets secondaires ».

    C’est encore un grand moment de journalisme, à ce que je vois Gizmodo…

    1. Il n’a pas été dit que la pilule féminine n’a pas d’effets secondaires mais que la pilule masculine en a de nombreux pour une efficacité non garantie alors que la pilule féminine est efficace.

      1. Y’en a déjà qui fonctionnent correctement, mais à cause des effets secondaires, elles vont pas être vendues. Mêmes effets secondaires qui sont royalement ignorés dans le cas de la contraception féminine, parce que c’est bien connu, une fille qui a pas de libido c’est pas grave.

        1. N’importe quoi !
          Lors de l’étude d’AMM, le bénéfice-risque du médicament, est soumis à des études cliniques.
          Alors merci aux affaires du Mediator, de faire aussi le ménage, mais là non tout faux !

    1. Etant donné le nombres de préoccupations liées à la surpopulation, sans doute que oui.
      « Faites un geste pour la planète, optez pour la vasectomie ! »

  3. Digital lifestyle? J’ai hâte de voir une news sur le prochain congrès de proctologie! Au moins on saurait pourquoi c’est « digital » ce site…

  4. Pourquoi la pilule pour homme n’existe-elle pas ? Mais c’est évident, les hommes oublieraient tous les soirs de la prendre, alors inutile de l’inventer… CQFD.

  5. « Pourquoi la pilule pour homme n’existe-t-elle pas ? »

    parce que c’est elle qui féconde le spermatozoïde, comment on tue les spermatozoïdes déjà ? en fait il n’y a pas de solution à par la vasectomie !

  6. « Physiologiquement parlant, le défi est aussi immense. Là où il « suffit » de contrôler un œuf par mois, il faut ici maitriser la production de 1 000 spermatozoïdes par seconde. »

    Voila tout est dit !

  7. parce que l’Homme est l’essence de la reproduction, la femme n’est que le réceptacle, En plus de ça, il n’y a aucune raison de bouder son plaisir, si elle ne veut pas de gosse la morue, elle peut garder les genoux serrés.
    Et tant que j’y suis les femmes en enceintent ne sont pas radieuse, elles sont bouffi, grosses, et nauséeuses. C’est juste parfait pour donner l’envie d’aller voir ailleurs.

    C’est comme couper le prépuce, c’est une ignominie inventé par les femmes pour se venger du fait qu’elles mûrissent et donc vieillisse plus vite.
    …fait du bien tiens!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité