Qui veut du fromage de pieds et d’aisselles humaines ?

Ah, le fromage qui pue les pieds ! Un régal ! Mais que diriez-vous de manger un fromage réellement fabriquée à partir de pieds, ou plutôt, avec la bactérie qui rend vos pieds si inapprochables ? 2 artistes bio-hackers ont décidé d’explorer cette possibilité et ce qu’ils ont fait va vous donner des haut-le-cœur.

Demain, Christina Agapakis et Sissel Tolaas vont présenter leur projet de fromage humain puant au sein de l’exposition Grow Your Own… Life after Nature (Faites pousser… la vie imite la nature) qui se tient au Trinity College de Dublin. Leur installation va présenter plusieurs meules de fromage.

Chacun de ces fromages a été fabriqué en récupérant des échantillons de bactéries prélevées sur des pieds et des aisselles de différentes personnes. Les artistes veulent mettre le doigt (les coquins) sur l’obsession de notre société à tout vouloir aseptiser. Ils expliquent que « l’intersection  de nos intérêts dans les communautés microbiennes et olfactive nous a conduit à nous concentrer sur le fromage comme organisme modèle. » Par contre, il y a un truc qui n’est pas clair. On ne sait pas si le public pourra goûter des petits bouts de fromage d’aisselles.

Et le pire dans cette histoire ? Ces fromages ne sont pas l’installation la plus étrange de l’exposition.  Comme l’expo se concentre sur la biologie synthétique, les projets présentés vont d’organes hybride à la Frankenstein jusqu’à des portraits réalisés en analysant l’ADN humain trouvé sur des mégots de cigarette jetés dans la rue.

dauphin

Cet autre projet devrait aussi vous faire froncer les sourcils puisqu’il suggère que des humains puissent incuber un dauphin afin de lui donner naissance pour que nous puissions le manger

Il est important de comprendre que les idées présentées à cette exposition sont conceptuelles et certainement arty. D’une certaine manière, de nombreux projets soulignent le côté absurde et grotesque des possibilités offertes par les dernières avancées en biologie et en technologie.

Pour Alexandra Daisy Ginsberg, la curatrice principale de l’expo, « la biologie synthétique est une nouvelle approche pour la modification génétique, appliquant les idéaux d’ingénierie à la complexité des systèmes vivants. C’est à la fois une évolution et une révolution car la biologie peut être utilisée pour concevoir des matériaux comme nous en avons jamais connu auparavant : une technologie auto-réplicante qui est tout, du hardware au software, ainsi que l’usine et le produit. »

Tout ça pour vous dire que vous ne trouverez pas de fromage fabriqué à partir de bactéries humaines chez votre fromager. Mais certains projets pourraient bien voir le jour, puisque si nous avons déjà des cœurs artificiels, pourquoi ne pas fabriquer un cœur hybride à partir de l’ADN d’une anguille électrique qui fonctionnerait comme un défibrillateur intégré ?

organes

Tags :Sources :Science Gallery
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ca pousse a réfléchir a notre futur c’est intéressant.
    Et ces questions sont d’actualité d’ailleurs.biotechnologie+nanotechno+informatique ya moyen de faire des dégâts et de superbes choses.

  2. tout ça me fait penser à ce documentaire sur la biotechnologie, passé sur Arte ou France 5 … tranquillement et sans faire de vagues, ce domaine a énormément progressé.
    Il est possible de commandé sur internet des séquences ADN à volonté … pour par exemple tenté d’attribué une caractéristique génétique à un organisme vivant (certes un organisme encore relativement simple mais déjà …).

    Ils expliquaient par exemple qu’on avait frôlé la pénurie de pénicilline il y a quelques années car la plante qui permet d’en fabriquer était de moins en moins facile à trouver. En prélevant l’ADN de cette plante et en l’injectant dans une cellule d’une autre plante, « vidée » de son ADN, ils ont réussi à créer une espèce hybride, mieux adaptée à divers environnements et qui permet également la production de pénicilline.

    « L’élevage » d’organes est pour très bientôt je pense … et on pourra enfin répondre à toutes les demandes de greffes. Et bientôt aussi les organes bio-électroniques (des yeux, des tympans etc … pour réparer les déficiences humaines)

    1. Transgénèse … c’est le mot que je cherchais. J’ai aussi appris dans ce document qu’on savait fabriquer du plastique sans pétrole (non polluant et 100% biodégradable rapidement).

  3. peut de chance que ce soit la pebicilline en effet puisqu’on en fait grâce à des cultures de moisissures, et qu’il y a d’autres procedes de desinfection plus simples et efficaces aujourd’hui comme la javel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité