L’homme qui a évincé Steve Jobs lorgne sur BlackBerry

Il est désormais de notoriété publique que la firme BlackBerry est proche de l'agonie. Sans pour autant se laisser abattre, ils cherchent à se faire racheter pour sauver les meubles. Beaucoup d'appelés mais peu d'élus. Parmi les nombreux prétendants qui lorgnent sur les canadiens, on retrouve un ex PDG d'Apple.

Il y a effectivement un flux régulier d’entreprises privées qui souhaitent remettre BlackBerry à flots. Selon des sources anonymes, un ex d’Apple serait sur les rangs pour prendre le contrôle de la société.

The Globe and Mail rapporte que John Sculley serait en pourparlers avec les dirigeants de BlackBerry pour parfaire « l’exploration d’une offre conjointe ». Plus important, cet homme est bien connu de la sphère high tech puisqu’il a réussi à évincer Steve Jobs d’Apple dans les années 80.

Evidemment, nul n’a osé confirmer ou infirmer cette nouvelle. Tout ce qu’il s’est dit, c’est que Sculley croit avec ferveur aux valeurs et à l’avenir de BlackBerry, et de concéder que des personnes expérimentées et surtout, une stratégie solide, seront des impondérables à la survie de la firme.

Lenovo, Cisco, Google et désormais John Sculley… Allez donc savoir qui remportera le morceau et ce qu’ils feront du mythique BlackBerry.

Tags :Sources :The Globe and Mail
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ce cher M. Sculley qui a presque réussi a faire couler Apple à l’époque.
    Donc pas de doute Blackberry est mort s’il s’occupe de cette firme.

  2. Toute entreprise en difficulté engage d’abord un killer, c’est comme une chimio, ça tue le mauvais mais aussi le bon, les chances de survie ? C’est selon…faut voir à l’usage.

  3. Sauf que si Mr SCULLEY n’avait pas évincé Steve JOBS ce dernier, dans la conjoncture de l’époque ,aurait coulé la société Apple qui aujourd’hui n’existerait plus
    Steve JOBS n’était pas ce « visionnaire » dont certains aiment l’affubler, tout comme son obstination à ne pas vouloir développer iTunes pour Windows, l’iPod aurait il eu ce succès si seulement les possesseurs de Mac avaient pu en bénéficier, car même si le « visionnaire » était persuadé que toute la planète aurait adopté le Mac pour bénéficier de l’iPod puis des iBidules, l’histoire à prouvé que Steve JOBS pouvait dire un grand merci à ceux qui se sont acharné a faire développer iTunes pour Windows.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité