De la beauté des virus DOS

Les virus informatiques ne sont plus ce qu'ils étaient. Soit ils pourrissent nos ordinateurs, obligeant même parfois à la réinstallation, soit ils volent nos données. Il y a quelques années encore, certains virus sous DOS servaient davantage de démonstration technique, donnant parfois l'impression que l'on jouait avec vos fichiers.

Lorsque, en 2004, Sasser infecte des millions d’ordinateurs, Daniel White, âgé alors de 16 ans, se débat pour éradiquer le ver. Neuf ans plus tard, l’homme est resté passionné par les virus, ceux sous DOS plus particulièrement, à tel point qu’il anime une chaîne Youtube depuis 2008 où il dévoile les « prouesses » de ces virus.

Un peu de réorganisation dans vos fichiers

Parties de Tetris ou de billard avec les lettres des noms de fichiers, coulée de lave pixelisée des plus dramatiques, chute de neige, etc, les concepteurs de virus prenaient un malin plaisir à montrer de quoi ils étaient capables, y intégrant alors une véritable signature. Originalité, beauté, on se retrouverait presque à vouloir être infecté par un tel virus.

Tags :Sources :The VergeLa chaîne Youtube de Daniel White
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Morgan, pourquoi tu utilises « de la » ou « du » de cette façon en début de titre..? Vu que c’est pas la première fois, j’imagine qu’il y a une raison…

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Chronique …de la beauté des virus, une tournure pour le moins littéraire, qui est un peu étrange sur giz, Morgan a du lire dernièrement, un livre plus éclairé que la chronique des chiens écrasés de Gala.

      Mais on ne peut pas lui reprocher son utilisation, tout juste sa répétition, qui commence à se voir.

      (un peu comme « ivre, il assomme Ben à coup de pomme ».)

      1. Tu traduis l’intonation d’une réponse cynique verbale par un point d’interrogation. Du coup, tu exprimes littéralement l’opposé de ce que tu as en tête… Alors en lisant ton commentaire, je suis tenté de dire qu’il n’y a rien d’étonnant à ce que tu ne voies pas le problème… De plus, « je ne vois pas le problème » n’est pas une explication…
        Je doute qu’on puisse sous-entendre « chronique » de cette façon (parce que qui dit chronique dit plusieurs volets), mais Vortex a au moins le mérite de faire une réponse constructive.
        Cette tournure, certainement littéraire, me semble étrange et j’aimerais connaître son origine et les contextes justifiant son utilisation. Alors ok, au vu des votes négatifs, ça n’intéresse que moi, mais je ne vais pas m’excuser de vouloir me coucher moins bête…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité