Pourquoi diable l’alcool coûte-t-il si cher ?

alcool

Le geek est bien loin d’être le dernier à refuser une petite mousse devant une série ou pendant une lan entre amis. Seulement, il est évident que la facture est salée dès que l’on parle d’alcool.

Comme tout client de base et relativement enthousiaste au sujet de tel ou tel produit, nous aimons éprouver les tenants et les aboutissants qui l’entourent, afin sans doute de ne pas nous faire duper. Ce constat est bien souvent à mettre en corrélation avec l’augmentation du tarif d’un bien. Par exemple, même sans s’y intéresser de près, nous avons tous une notion du prix de l’essence.

Connaître le prix d’une chose ne peut pas être négatif, mais le comprendre est encore mieux. C’est toujours réconfortant d’avoir autant d’informations. Si vous savez être économe au quotidien, vous effectuez sans doute beaucoup d’achat dans les bars (si modération est toujours invité aux soirées, même quelques cocktails peuvent avoir raison de votre porte-monnaie).

Si la plupart d’entre nous savent évaluer le prix d’un demi, allez donc savoir si c’est ou non une bonne affaire. Dans sa quête effrénée de répondre à cette (indispensable) question, Will Gordon s’est intéressé aux tarifs de la ville de Boston. Boston est une ville relativement chère, mais les pourcentages et équations fondamentales qui éclairent sur le bienfondé du prix final sont similaires.

La première chose à mettre en lumière, c’est bien que les bars ne se font pas autant de marge que nous pourrions le croire en tant que consommateur et à la vue de la dernière addition. Ce pourcentage varie en fonction des licences qu’importent parfois les quantités commandées ou économies d’échelle. Les plus grands bars vont-ils obtenir les meilleurs prix ? Le tarif exorbitant d’un cocktail est-il justifié ? Attardons-nous sur le sujet.

La bière en bouteille

Un pack de Budweiser coûte au bar quelques 20,55 dollars, ou 85 cents par bouteille. A titre de comparaison, Will précise qu’il faut que le magasin le plus proche débourse 24,99 dollars. Le bar vend ces bouteilles pour 3,75 dollars l’unité, la bouteille représente donc environ 23% du prix payé par le client.

L’objectif de l’industrie est de réduire ce coût aux alentours de 20%, ce qui transforme cette bouteille de Bud en une relativement bonne affaire pour le buveur. Toutefois, le bar n’est pas perdant puisque la bière est l’une des boissons les plus faciles à servir. Elle est livrée dans son propre contenant et ne nécessite pas de mélange ou ajout. Il ne faut que 5 secondes au barman pour finaliser la transaction.

Ici, le bar réalise donc 341% de marge. Oui, c’est conséquent.

La bière pression

La pression ajoute une variable et des complications supplémentaires, sans parler d’une certaine zone d’ombre puisque les magasins n’en vendent pas. A ce titre, il est délicat de comparer. Le bar paie 93 dollars pour un fût de 15,5 gallons (environ 60 litres) de Bud (plus une caution qui dépend du prix des fûts). Ce fût détient théoriquement 124 pintes, mais il convient de prendre en compte la perte engendrée par la mousse à l’ouverture du fût et pendant le service. Sachez que de nombreux bars tentent de limiter cette perte en servant des verres de moins de 500 millilitres. Vous devriez éviter ces bars, la mousse prend environ quatre fois plus de volume que la bière et correctement servie, votre pinte sera bien de 500 ml dans un verre contenant 600 ml et le barman n’aura pas de perte sur les 124 portions contenues dans un fût.

Aussi, pour 124 pintes issues d’un fût à 93 dollars, le bar paye 0.75 dollars par unité. En revanche le consommateur paye toujours 3,75 dollars. La marge est ici de 400% mais nous restons sur la barre magique des 20%.

En revanche côté bistrot, une pression demande un peu plus de travail au barman et elle nécessite des verres, qui sont fragiles, doivent être lavés et sont bien souvent volés. En théorie vous vendrez moins de pression que de bouteilles de Bud, mais du point de vue du bar, ce ne sont que des tracas mineurs. De plus la différence de prix se justifie aux yeux du consommateur puisque une pinte pression demande plus de travail au barman.

Les bières fantaisistes ou artisanales

Lassé de prendre sempiternellement cette même blonde (non ce n’est pas sale) ? Vous vous tâtez à prendre une bière originale ? Le bar paye alors les fûts de 15,5 gallons de bières artisanales pour 150 dollars (plus caution). Nous avons donc du 1,21 dollar pour une pinte qu’ils vendent pour 5,75 dollars, ce qui donne une jolie marge de 375%. La barre magique se situe à 21%. Le compte est bon.

Le vin

Si vous ne buvez pas de bière, eh bien, nous ne savons pas quoi vous dire, mais il reste le vin. Doux nectar… Concernant le vin bas de gamme, le bar tente simplement de payer la bouteille avec un seul verre pour une marge relativement faible de 300% (barre magique ? 25%). En général, cela leur permet de payer des bouteilles plus chères, plus qualitatives où en revanche, les politiques de prix sont un peu plus sombres et aléatoires. Seule constante, des chiffres bruts élevés rendent le pourcentage moins important. Si le bar fait 50% de marge sur une bouteille à 100 dollars, cela revient à 50 dollars le coup de tire-bouchon…

Les spiritueux

Là encore la donne se complexifie, mais il est possible de trouver des bases. Le bar paie 27,50 dollars pour un litre de vodka Stolichnaya. Si l’on considère qu’un shooter a une contenance de 45 millilitres, le bar peut vendre environ 22,5 shoots par bouteille, pour un prix de 1,22 dollars/unité pour le bar. A 6,75 dollars la dose, le coût de l’alcool en lui-même est de  18%.

MAIS. La plupart des consommateurs ne boivent pas de Vodka pure. Toutes les autres fioritures qui vont dans un cocktail comme la glace, les pailles, quartiers de citron ne sont certes pas cher pour le bar mais néanmoins gratuit pour le consommateur. Environ 20 litres de sirop de Coca coûte environ 80 dollars. Le sirop est reconstitué en soda grâce à l’ajout d’eau gazeuse, en proportion 5 pour 1. Prenons un verre de 10 onces (environ 250 ml), cela nous donne 4 onces de Soda à ajouter après l’addition de la glace et de l’alcool. En somme, cela correspond à 8% du cocktail. Aussi, pour le bar, vous êtes à 1,35 dollar d’ingrédients à payer de votre poche pour une vodka coca à 6,75 dollars. Soit une marge de 400% (20% du coût du produit).

La pire affaire pour le consommateur est la vodka bon marché… Le bar peut obtenir un litre de vodka générique pour 7 dollars. Ajoutez à cela les 13 cents que coûte le soda et de non-sens et ils payent 44% pour une boisson qu’ils vendent à 5,75 dollars. C’est une marge de 1 206%, le coût de l’alcool ne représente que 7,6% du prix payé par le client.

Le bar réalise en fait un bénéfice net légèrement inférieur par boisson de cette façon. Ils paient 91% d’ingrédients pour un verre vendu un dollar de moins, mais c’est toujours une bonne affaire pour la maison. De plus, au vue du prix, ils ne perdent pas d’argent en stocks d’invendus et limite l’exposition à la perte, au vol ou casse.

Même si une tonne de marketing est nécessaire dans le milieu des boissons haut-de-gamme, les alcools bon marché sont vraiment immonde. Vous ne gagnez pas vraiment un dollar à prendre si peu de qualité…

Ce qui nous amène aux cocktails, certains montant à 13 dollars. C’est là que les prix des boissons devient plus difficile à calculer, car les ingrédients sont trop nombreux et ésotériques et également parce qu’un client comprend qu’il paye pour l’innovation et l’expertise du barman. On n’ouvre pas aussi facilement une canette qu’on prépare un bon cocktail.

Payer deux chiffres pour un cocktail, c’est comme payer 34 euros pour un plat. Ce n’est pas pour tout le monde, mais cela ne veut pas dire que c’est une arnaque.

En conclusion

Il ne faut pas croire que les bars font volontairement tant de marges, il y a évidemment des frais annexes autres que l’achat de l’alcool. La liste n’est pas exhaustive, citons des tonnes d’autres coûts d’exploitation, comme les conditions de location, de stockage, de salaires, d’entretien du matériel, et les frais généraux de fonctionnement.

Ce sont des facteurs importants, mais aucun d’entre eux n’est la préoccupation du client. Vous ne pouvez relever les prix de la bière à chaque problème. Prost !

alcool

Tags :Via :deadspin
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. En fait je même une traduction Google serait plus réussie que ça.
      Là, Florence nous a encore pondu un collector. Rien qu’en lisant le premier paragraphe, j’ai l’impression de lire la notice d’un produit « Made In China » vendu dans un magasin discount.
      Du grand art…

    1. C’est très très simple, ça n’a aucun rapport avec le fait que ce soit accrocheurs ou que ça provoque la curiosité de l’internaute, c’est du référencement.

      Aujourd’hui les gens utilisent google en posant des questions, je t’invite a taper sur google : « pourquoi l’alcool est cher »

  1. Pour les vrais Français pas ceux comme Florence ( encore bonne à rien je vois ) que en France l’alcool est fortement taxé ( plus de 40% de tête ) et que c’est donc pour cela qu’il coûte aussi cher.

    Mais comme Florence n’a fait qu’un copier coller … Elle n’a pas pris le temps de voir la situations en France !!

  2. Tant mieux plus l’alcool sera chere moin il y aura de mogol sur les route qui zig zag a tous va a pars les vrais alcoollo

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  3. Mais pourquoi diable, Florence, te sens tu obligée d’alambiquer de la sorte tes phrases ?
    Franchement je n’arrive pas à passer le cap des deux premiers paragraphes… un peu légèreté et de grâce, de grâce !

        1. Tu cites Wikipedia avec un article écrit par des Français.

          Tu blagues ou quoi ?

          Au Québec on parle le français, point ! De plus, nous sommes francophone depuis bien avant la France qui ne l’est que depuis le début du XXe siècle où le Breton et l’occitan (et bien d’autres), entre autre, était largement utilisé comme langues.

          Dès le début de la colonie, le Roi de France à exigé que le français soit la seule langue officielle de la Nouvelle France (langue parlée, écrite, documents officiels, etc).

          En plus d’être pourris en géographie, vous êtes pourris en histoire (incapable de pointer la France sur un globe terrestre ou carte monde; données officielles de l’ONU). Alors bouffons vous-même bande d’ignarent ethnocentrique en plus d’être arrogants et suffisants.

          Continuez à massacrer langue avec votre laxisme et l’utilisation d’anglicismes à outrance dont vous ne connaissez jamais les véritables significations d’ailleurs…

        2. Cousin tu te calmes d’abord … ne généralise pas s’il te plaît, il existe encore des français qui savent parler leur langue et situer leur pays sur la mappe monde … et puis nous on ne vous envoie pas nos comiques et nos chanteurs en mal de reconnaissance pour vous pourrir le paysage audiovisuel … 😉
          Ouais c’est un petit troll … on dit « le québécois » histoire de faire référence à votre accent et aux expressions qui vous sont particulières … point.

  4. Contrairement aux râleurs jamais contents ci-dessus, j’ai beaucoup apprécié l’article.
    Merci Florence.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Rassure-moi : tu n’étais plus à jeun quand tu l’as lu ?
      Je pense qu’il faut avoir 2 grammes dans chaque poche pour bien apprécier le prose si particulière de Florence sur cet article.

        1. Quel gaspillage quand on pense à toutes ces années que tu as perdu à l’école, sans parler de l’argent dépensé pour cette entreprise ratée. R.I.P. à ton sens de la répartie.

    2. houlla ! la parti commentaire de Gizmodo devient une espèce de dictature..? si tu apprécis un article de Florence tu es négativement noté, jusqu’à ejection de ton commentaire !?
      alors, pour être poli envers cette espèce de connard qui ne supporte pas que l’on ne pense pas comme eux, je tiens juste à leur dire que j’aimerais leur dévisser la tête et leur chier dans le cou !!!
      allez-y, faites vous plaisir, à font sur la petite flêche rouge ! bande d’hydrocéphales !!!

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  5. Alors pour florence la vie d’un geek c’est:
    Mater des series et jouer, en arrosant ca de biere. Rho le gros stereotype!
    C’est comme si je disais florence, c’est un gros thon, elle doit etre sacrement intelligente!
    Alors qu’il y a exception! Voyez, florence est en meme temps moche et conne comme ses pieds !

  6. et tu ne prends pas en compte dans ton calcul: les charges sociales, l’amortissement des équipements, la TVA, les charges indirectes, les taxes exceptionnelles, les licences, assurances, ni le loyer et j’en passe … ne parle pas de « bénéfices » ni de « marges » quand tu ne sais pas ce que ça signifie .

  7. En même temps si personne n’achetai aussi chère cela se vendrai moins chère et les proprios rouleraient en r19 plutôt qu’une nouvelle Bm tout les 6 mois.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  8. Je lis le titre, je m’attend à une petite explication.
    Et au final je tombe sur un long article insipide, mal écris, et au final sans grand rapport avec le titre.
    Je crois si si ça continu comme ça, gizmodo sera finis pour moi.

      1. Déjà, la florence est pas assez grande pour ramener sa gueule et se défendre toute seule sans que ben le justicier déboule ?
        Et c’est tout ce que tu trouves à répondre devant les torrents d’insultes que VOS articles engendrent ?
        Vous ne vous remettez Jamais en question ?
        Ca fait quoi d’être traiter d’incompétent à longueur d’article ?
        (parce qu’il faut bien avouer que vous êtes 2 gros boulets qui, dans toute entreprise normalement constituée, seraient remerciés à grands coups de pieds au cul !)

  9. @SirShizuka : en quoi ça te gêne qu’un patron qui a pris des risques financiers, qui travaille sûrement 2 fois plus que la moyenne des français et qui n’a pas droit au congés maladie de paie une belle voiture? Tu préfèrerais qu’il roule en r19?

  10. pas pu passer le deuxieme paragraphe… rien que cette phrase:
    Un pack de Budweiser coûte au bar quelques 20,55 dollars, ou 85 cents par bouteille. A titre de comparaison, Will précise qu’il faut que le magasin le plus proche débourse 24,99 dollars…

    Bar / magasin… incomprehensible…

    1. C’est ce que coûte la bière au gérant du bar.
      En gros cet article s’adresse surtout aux gérant de débits de boissons pour leur permettre d’optimiser leurs gains. Problème : cette étude porte sur des tarifs pratiqués aux USA et sur les bières qu’on y trouve.
      Autrement dit, cet article n’a strictement aucun intérêt pour un français (ou même un européen) car tous les prix diffèrent ainsi que les produits proposés.

      Sérieusement et encore une fois, je ne porterais pas d’attaque miteuse et puérile sur la rédactrice mais d’un point de vue professionnel c’est quand même grave de faire ce genre de trucs sans se poser la question « Mais est-ce que je ne devrais pas adapter l’article à mes lecteurs ? ».

  11. « Comme tout client de base et relativement enthousiaste au sujet de tel ou tel produit, nous aimons éprouver les tenants et les aboutissants qui l’entourent, afin sans doute de ne pas nous faire duper. Ce constat est bien souvent à mettre en corrélation avec l’augmentation du tarif d’un bien. »

    MAGIQUE

  12. Je suis tombé sur cet article sans faire attention à la source via l’appli News Republic.
    Et simplement en repérant le nombre de phrases inutiles ou tournées « prétentieusement », j’ai su que c’était du Florence de Gizmodo.

    Dommage, le sujet est intéressant.

  13. Je ne post que très rarement, et dernièrement beaucoup d’articles ont reçu de sacrés critiques, mais là, je suis tout à fait d’accord avec vous, cet article est ennuyant au possible, et n’a pas sa place sur ce site.
    Tout d’abord le titre ne réfère meme pas aux US …. alors qu’au final on ne parle que d’eux.
    Nous sommes en France et buvons nos bieres en france Mademoiselle ! Certes nous pouvons etre considéré comme des Geeks, en faisant des lans ou du online avec des gens du monde entier … et la mondialisation etc…. MAIS de là à aller jusqu au US pour se siroter une binouz ? serieusement ?
    Donc déjà l’article est mal ciblé et ne nous intéresse pas.
    Ensuite, l’article est tout simplement traduit et la rédactrice n a pas su le réécrire à sa facon ce qui rend la lecture illisible et incompréhensible !
    Et pour finir, on a l’impression de lire un exposé d’un enfant au college … bon courage pour la suite surtout par ta carriere journalistique ….

    1. Et en plus l’intro de l’article parle de boissons consommées « lors d’une LAN » ou d’une « soirée entre amis » … ce qui suggère de l’alcool que l’on va consommer à domicile … pas dans un bar !

  14. Un taux de marge ne peux en aucune manière être supérieur ou égal à 100%. En effet, la marge représente la différence entre le prix de vente et le coût. Le taux de marque c’est autre chose
    Je ne sais pas pour Boston, mais à Paris le prix de la pinte est grotesque voire rédhibitoire. 9,90€ en face du Paris Games Week. d’1h de smic pour se payer une bière! Sans doute le poids de l’immobilier sur les verres.

  15. Quand c’est trop, c’est tropico. La Florence elle nous les casse vraiment. Alors je viens de faire une plainte à Gizmodo US, en supposant que durant toutes ces années, ils ignoraient la portée de la médiocrité des articles de Ben et surtout de Florence. J’ai rien contre eux et c’est sûrement (enfin, je suppose) des gens avec des qualités (si, si, j’vous’l’dit) mais niveau rédacteurs, ils sont vraiment pas fait pour ça. Faut que ça cesse ces articles, d’une manière ou d’une autre.
    Si vous voulez faire comme moi, le Editor-in-Chief de Gizmodo US c’est Geoff Manaugh, son email: geoff@gizmodo.com

  16. M’en vais m’abonner directement à Gizmodo.com, au moins je comprends leurs articles !mUne fois « traduits » sur Gizmodo.fr., on n’y comprends plus rien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité