Remplacer les policiers par des robots pourrait être une bonne chose

Dans le dernier trailer du film RoboCop, Samuel L. Jackson prétend que la population n'acceptera jamais d'être surveillée par des policiers-robots. Mais aujourd'hui dans la vraie vie, en 2013, la donne pourrait être différente, surtout étant donné que des drones survolent déjà les États-Unis à longueur de temps.

Il est certain que l’idée de voir des robots réguler le traffic et arrêter les délinquants n’est pas rassurante. Pour différentes raisons, parmi lesquelles un probable abus des personnes en charge de ces robots, mais aussi la peur de ces machines inconnues et indépendantes de nos relation humaines, ou encore par peur des défaillances informatiques qui pourraient mener à une rébellion de ces policiers faits de métal (ça n’arrive pas que dans les films).

Mais après tout, en se référant strictement aux trois lois d’Asimov, et en appliquant le principe de transparence sur les missions et actions des machines, nous serions sûrement bien plus en sécurité qu’avec de vrais policiers, mentalement influençable et pas toujours à même d’exercer leur métier dans des conditions optimales.

Tags :Via :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Sans parler de la population mondiale en expension et on veut réduire le travail des humains ?

      Oh la belle fracture qui va nous péter dans la tronche dans quelques décennies (hyper riche pauvre)

  1. un probable abus des personnes en charge de ces robots…de toute facon les abus qui soi des robot ou des policier qui use pas mal trop de leur titre ça ne changera rien. en tout cas a montréal les police aime bien leur poste.

  2. Le film Irobot ne reflète en rien les idées d’asimov , et la « révolte » des robots est de toute façon contraire à la première loi et la deuxième loi

    Pour info
    Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.
    Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.
    Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.

  3. Avant de s’occuper de remplacer les policiers par des robots, on ferait mieux de gérer ceux qu’ils arrêtent.
    Et c’est pas un hypothétique problème des prochaines décennies, mais un soucis on ne peut plus actuel !

  4. « nous serions sûrement bien plus en sécurité qu’avec de vrais policiers, mentalement influençable »

    Déjà, les policiers corrompus sont une minuscule minorité. Faut pas oublier que ce sont des gens qui se mettent en danger pour te protéger donc je trouve cette phrase un peu limite.
    Et puis, le jour où les robots seront assez intelligents pour faire un métier de police, on aura atteint un niveau d’intelligence artificielle qui aura son propre libre arbitre avec sa propre vision manichéenne.

  5. Seul les humains ont le pouvoir d’intuition, d’instinct, de compréhension et d’écoute. j’imagine un contrevenant voilant expliquer le pourquoi de sa faute. zéro tolérance pour le robot. et en terme de rebellion, le robot explose la.personne ? pour moi et me regarde, c’est pas une bonne chose. et noublions pas que ça crée de l’emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité