Un logiciel de reconnaissance faciale dans les mains des policiers

Quand les policiers de San Diego en Californie retiennent un suspect, ils ne se contentent pas de la séance de questions/réponses (Interrogatoire ? Qui a parlé d’interrogatoire?) pour obtenir des informations de la personne menottée.

A l’aide des nouvelles technologies en matière de reconnaissance faciale, la police de San Diego peut maintenant comparer des images prises sur le terrain avec les photos de plus de 348 000 arrestations dans le comté de San Diego. Seul un smartphone ou une tablette sont nécessaires.

Selon un rapport du CIR (« Center for Investigative Reporting », une organisation de journalistes) qui a étudié la technologie employée et ses implications, « Ce programme peu connu peut s’étendre et devenir une technologie de reconnaissance faciale utilisée à travers tout le pays. […] Parmi les débats internationaux sur la collecte et le partage de nombreuses informations sur les citoyens, ce programme pilote pousse l’utilisation des métadonnées sur le champs d’action, en temps réel. »

Comme le CIR le fait remarquer, la technologie de reconnaissance faciale n’a pas encore été testée par les tribunaux. Ce qui n’empêche pas les forces de police de San Diego et d’autres forces de maintient de l’ordre d’utiliser le programme à fond. 133 tablettes et smartphones ont ainsi été distribués dans 25 commissariats de la ville depuis le début de l’année.

Un officier interrogé par le CIR assure que la technologie est uniquement utilisée pour identifier « les personnes blessées inconscientes ne disposant pas de documents d’identification ». Un autre officier ajoute « Si vous n’êtes pas dans la base de données des criminels, vous n’avez rien à cacher ».

La fondation Electronic Frontier (EFF), qui recueillait déjà des informations sur le projet, bien avant l’enquête et le rapport du CIR, prend une position différente. Selon les documents obtenus par EFF, la reconnaissance faciale échoue 20% du temps. Ce qui peut mener à la détention de personnes innocentes, sans motifs valables. Un communiqué de l’EFF résume la position du groupe sur ce programme : « Il n’y a pas si longtemps, notre société aurait fait machine arrière sur le système « arrêter puis chercher ». Comme la cours suprême de l’Arizona le notait en 1983, « l’idée qu’un Américain puisse être contraint à montrer ses papiers avant de pouvoir exercer son droit à marcher dans les rues, conduire sur les autoroutes ou embarquer dans un train est répugnant, une insulte aux institutions et aux idéaux américains ». En 1990, la cours suprême de Floride indiquait qu’une interpellation ne reposant pas sur un fait précis était « étranger à toute lecture juste de la constitution » et comparait cette pratique au « Berlin d’Hitler », au « Moscou de Staline » et à la « suprématie blanche en Afrique du Sud ».

C’est un crève cœur de réaliser à quel point les choses ont changées dans les 23 dernières années, surtout depuis le 11 septembre.

On rappellera cette différence culturelle et policière entre les Etats-Unis et la France : outre-Atlantique, les policiers ne peuvent pas vous arrêter dans la rue pour vous contrôler, comme ils ne peuvent pas vous faire vous ranger sur le bord de la route pour un contrôle de routine. Ils ne vous feront vous arrêter que s’ils suspectent une transgression de la loi.

Tags :Via :theverge
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « On rappellera cette différence culturelle et policière entre les Etats-Unis et la France : outre-Atlantique, les policiers ne peuvent pas vous arrêter dans la rue pour vous contrôler, comme ils ne peuvent pas vous faire vous ranger sur le bord de la route pour un contrôle de routine. Ils ne vous feront vous arrêter que s’ils suspectent une transgression de la loi. »

    Dans les faits c’est exactement pareil, l’appréciation étant très personnelle.

  2. J adore quand un article est porté par un mec qui connaît rien au sujet.

    Déjà la reconnaissance faciale est utilisée depuis plusieurs années en Europe (et même la france). Suffit d un appareil pouvant transmettre la photo par mail.

    Pour le contrôle dans la rue, c’est interdit aussi en France sauf réquisition du proc ou suspicion d avoir commis ou se préparant à commettre un délit.

    Pour le contrôle routier, tout policier peut et se doit de contrôler le bon fonctionnement d’un véhicule en circulation ainsi que la situation administrative vl et du conducteur. Ça se passe plutôt bien en France. Allez faire un tour ailleurs. Impossibilité totale de dialogue et usage de la force de rigueur.

  3. Les policiers ne peuvent pas contrôler les identités à leur guise, même si le cadre légal actuel – bien trop large – ne permet pas d’éviter des pratiques discriminatoires que le Syndicat de la magistrature dénonce, avec d’autres, depuis de nombreuses années. L’article 78-2 du code de procédure pénale prévoit qu’un « contrôle d’identité est possible sur une personne à l’égard de laquelle existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner :

    qu’elle a commis ou a tenté de commettre une infraction ou se prépare à commettre un crime ou un délit ;
    qu’elle est susceptible de fournir des renseignements sur une enquête pénale en cours ;
    qu’elle fait l’objet de recherches judiciaires.

    ldh-toulon.net/spip.php?article5403

    on ne voit plus très bien la différence entre les 2 cotés de l’atlantique, maintenant… la prochaine fois que la volaille vous contrôle, vous savez quoi répondre…

  4. Il est étonnant que l’image face apparaître de façon filaire le « Bouc de Mendès » , le pentagramme inversé, signe de la Bête. Et ce n’est bien sûr pas un hasard…

    Voyez ces images, pour mieux le voir :

    http://www.google.ca/search?safe=active&q=pentagramme%20invers%C3%A9&ie=UTF-8&hl=fr&tbm=isch&sa=N&tab=wi

    Signe donc que cette technologie sert la Bête, dans un but de contrôle et de domination totale de l’Humanité.

    Pauvre monde…

  5. bonsoir j ai vu votre logiciel et cela m intéresse. donc j aimerai savoir si vous n avez pas un logiciel de reconnaissance faciale pour ordinateur?merci et j attends votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité