Nos futures batteries pourraient ne plus s’user

Si nos batteries actuelles sont bien pratiques, et tendent à devenir toujours plus performantes, elles souffrent pourtant d'un problème très handicapant. Plus elles réalisent de cycles charge/décharge, moins elles sont capables d'emmagasiner d'énergie. Des chercheurs pourraient avoir trouvé la solution: des batteries qui se réparent d'elles-mêmes.

Une batterie de type lithium-ion, le type le plus répandu actuellement, est constituée de deux électrodes (anode et cathode) plongées dans des solutions bien particulières. Problème, elle s’affaiblit avec les cycles de charge/décharge, l’anode devenant moins capable de retenir les électrons. En intégrant du silicium dans la cathode, il est possible d’augmenter la quantité d’électrons. Malheureusement, le silicium gonfle jusqu’à 300% et se rétrécit dans le processus. Celui-ci finit par craquer et se briser en éclats.

Chao Wang de l’Université de Stanford et Hui Wu de l’Université de Tsinghua à Pékin sont parvenus à empêcher ce craquement en enveloppant les électrodes d’un polymère étonnant, et mieux encore à faire réparer de lui-même l’ensemble. Pour ce faire, ils ont volontairement affaibli les liens moléculaires du polymère pour qu’ils se rompent et que les molécules se rattachent d’elles-mêmes.

Résultat des courses, des électrodes qui durent dix fois plus longtemps que les actuelles et se réparent en quelques heures seulement. Aujourd’hui, nos batteries peuvent subir une centaine de cycles complets avant de se détériorer. Ces chercheurs espèrent bien porter ce chiffre à 500 pour nos batteries de téléphone et 3 000 pour les batteries de véhicules électriques.

Tags :Sources :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Ben franchement, plus que dommage, je trouve même ça pitoyable de la part d’un site qui se « high tech », ‘digital lifestyle » ou que sais-je encore, de pas être foutu d’afficher une simple image correctement.
      Si on regarde la source (Gizmodo US, pour info) l’interface est pas trop différente, mais au moins, tout est affiché correctement.

  1. « Pourraient ne plus s’user », « des batteries qui se réparent d’elles-mêmes. » ça me paraissait plus prometteur au début de l’article pour finalement arriver à cette conclusion: « Aujourd’hui, nos batteries peuvent subir une centaine de cycles complets avant de se détériorer. Ces chercheurs espèrent bien porter ce chiffre à 500 pour nos batteries de téléphone et 3 000 pour les batteries de véhicules électriques. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité