Quelle tablette 7″/8″ dispose du meilleure écran ? (non, ce n’est pas l’iPad mini Retina !)

Une nouvelle génération de tablettes de 7 à 8 pouces issue des trois leaders du marché vient de voir le jour. Alors que le Kindle Fire HDX, la Google Nexus 7, et l’iPad Mini Retina ont tous amélioré leurs écrans en comparaison des précédentes générations, un seul se démarque véritablement.

Ces petits appareils sont finalement très convoités par le public et gagnent chaque jour en popularité. De facto, les constructeurs poussent leur technologie d’affichage au sommet, avec des points quantiques, du poly silicium LTPS à basse température, d el’IGZO et du rétro-éclairage à LEDs blanches.

Le format des tablettes 7 pouces a été lancé par l’Amazon Kindle Fire, la Barnes & Noble Nook Color, et la Google Nexus 7. En 2012, après les avoir pourtant dénigrées, Apple a présenté son propre iPad Mini, offrant un écran de 7,9″, de résolution 1 024 x 768 avec une beaucoup plus petite gamme de couleurs et une réflexion de l’écran supérieure aux concurrents précités. Depuis, beaucoup de choses ont changé.

Ces nouveaux appareils ont tous une définition d’environ 325 PPI, soit plus que leurs homologues de 10″. L’intérêt est simple : à une distance normale, une personne avec une vision de 20/20 ne peut pas distinguer les pixels, ainsi, les écrans semblent parfaitement nets.

Pour étudier les performances des affichages de ces joujoux, DisplayMate Technologies a effectué une batterie de tests en laboratoire.

Le tableau comparatif résume les mesures dans les catégories suivantes : reflets de l’écranluminosité et contrasteles couleurs et l’intensitéangles de visionafficher le spectre blancconsommation d’énergie de l’écranautonomie.

Kindle Fire HDX 7

Le Kindle Fire 7 HDX est la troisième génération de tablettes LCD d’Amazon et leurs écrans s’améliorent à pas de géants depuis leur arrivée en 2011. D’ailleurs, la Kindle Fire HDX 8.9 possède le meilleur écran testé, en partie grâce à l’utilisation du poly silicium LTPS à basse température.

Mais la Kindle Fire 7 HDX est aussi très innovante, car elle possède le premier écran à utiliser la haute technologie quantique. Ces points quantiques produisent des couleurs primaires très saturées sur les écrans LCD, comparables à celles produites par les écrans OLED. Par ailleurs, ils obtiennent une gamme de couleurs de 100% et améliorent la puissance et l’efficacité. C’est un affichage très impressionnant.

Google Nexus 7

La Nexus 7, fabriquée pour Google par Asus, dispose d’un écran très impressionnant qui utilise les meilleures performances des écrans LCD grâce à l’utilisation du poly silicium LTPS à basse température. Il s’agit de la même technologie utilisée dans les iPhone 4 et 5. En revanche, sur la Nexus 7, l’écran est plus de 3 fois plus grand. Par ailleurs, la technologie LTPS permet à la Nexus 7 de fournir une gamme complète de couleurs (100%) et en même temps de proposer l’écran le plus lumineux testé.

L’iPad Mini Retina

L’iPad Mini Retina n’est autre que la deuxième génération construite par Apple. Le premier Mini a été décevant, non seulement à cause de sa basse résolution, mais également de sa gamme de couleurs couvrant seulement 62% du spectre.

Le nouveau Mini possède une résolution plus élevée que les deux autres concurrents. Mais, sa gamme de couleurs est toujours aussi faiblarde avec un pauvre 63%. En conséquence de quoi, il prend la dernière place du classement, loin derrière les écrans innovants de Google et d’Amazon.

IGZO et LTPS

Une des révolutions de ces deux dernières années a été l’introduction de l’IGZO (Indium Gallium Zinc Oxide). Pour les deux écrans OLED et LCD, l’IGZO peut être utilisé pour fabriquer des circuits électroniques dans leurs cartes-mères, qui contrôlent l’ensemble des pixels et sous-pixels. La mobilité électronique supérieure de l’IGZO permet aux circuits d’être beaucoup plus petits par rapport au traditionnel a-Si amorphous Silicon, qui est actuellement utilisé dans la plupart des écrans LCD. Cela permet de plus de maximiser la luminosité et de diminuer la consommation d’énergie.

L’introduction de l’IGZO a été retardée à plusieurs reprises à la suite de problèmes de production et de rendement. Bien que tous les grands fabricants d’écrans travaillent dessus, Sharp a été son plus grand défenseur, si bien que la firme fournit ceux des iPads actuels.

Cela a d’ailleurs créé des soucis d’approvisionnement, ce qui fait qu’Apple utilise à la fois l’IGZO et l’a-Si amorphous Silicon pour ses iPads. Bien que l’a-Si amorphous Silicon réclame des batteries plus puissantes, Apple équilibre en le combinant à la technologie de rétro-éclairage à LED blanches (le rendement lumineux des LED blanches de dernière génération est supérieur avec une efficacité énergétique de 30% plus élevée). En conséquence, les deux types d’affichages peuvent être utilisés pour le même appareil, sans différence pour le consommateur. Sans frais supplémentaire pour la pomme.

Seulement, il y a actuellement une technologie d’affichage accessible et qualitative qui offre des performances plus élevées que l’IGZO, le poly silicium LTPS à basse température, utilisé pourtant dans tous les iPhones.

Amazon et Google, ont nettement devancé Apple en introduisant des écrans LTPS pour tablettes qui supplantent l’IGZO de l’iPad Mini. Apple est maintenant à la traîne dans le domaine des écrans, une zone où il était autrefois le leader.

Les points quantiques

Alors que l’IGZO a captivé les experts à son arrivée, les points quantiques sont arrivés par la porte de derrière. Ils ont fini par devenir la nouvelle et véritablement révolutionnaire avancée pour les écrans LCD. Ils font aujourd’hui partie intégrante de la Kindle Fire 7 HDX.

Les points quantiques sont presque magiques, car ils utilisent la physique quantique pour produire des couleurs primaires très saturées rendant les LCD aussi qualitatifs que les OLED.

Ils ont non seulement augmenté considérablement le spectre de la gamme de couleurs de 40 à 50% mais diminué l’énergie consommée d’environ 15 à 20%. Au lieu d’utiliser des LEDs blanches (contenant du phosphore jaune) qui offrent un spectre de lumière mauvais pour les couleurs saturées, les points quantiques convertissent directement la lumière émise par les LEDs bleues en couleurs primaires très intenses pour les LCD. Les points quantiques vont révolutionner les écrans LCD dans les 5 prochaines années.

Félicitations à Amazon d’avoir osé montrer la voie et d’être le premier à intégrer cette nouvelle technologie révolutionnaire au sein d’une tablette.

La netteté

Ces appareils affichent presque tous exactement 326 pixels par pouce. Comme prévu, tous étaient incroyablement impressionnants et dotés d’une netteté remarquable, particulièrement visible avec du texte et des graphiques (et nettement plus grande que les modèles précédents).

Luminosité de l’écran

Toutes ces mini-tablettes possèdent des écrans assez lumineux, avec la Nexus 7 érigée en grande gagnante, avec un maximum de 572 cd / m 2. Le Kindle HDX 7 a reçu un très brillant 494 cd / m 2, et l’iPad mini reste beaucoup plus faible, avec un tout de même très bon 414 cd / m 2 (mais la Nexus 7 est de 38%  plus lumineuse). Notez qu’il est important de régler correctement la luminosité de l’écran afin d’économiser l’énergie de la batterie et aussi pour réduire la fatigue oculaire.

Calibrage d’usine

Tout écran LCD brut doit d’abord être réglé et calibré en usine avec des logiciels spécifiques pour qu’il produise une image toujours plus précise. C’est en fait une science, mais la plupart des fabricants semblent penser qu’il s’agit… d’art moderne. Bref, le tout manque de réalisme.

L’iPad affiche un calibrage précis et excellent compte tenu de sa petite gamme de couleurs, chaque unité reçoit un étalonnage individuel. Chaque Kindle Fire HDX 7 dispose également d’un calibrage individuel pour la gamme de couleurs et le réglage des blancs. Concernant la Nexus 7, Google n’a rien précisé à ce propos.

Échelle d’intensité et précision du contraste de l’image

L’échelle d’intensité (parfois appelée l’échelle de gris) ne contrôle pas seulement le contraste des images affichées, mais elle contrôle également la façon dont les couleurs primaires (rouge, vert et bleu) se mélangent pour produire toutes les nuances de l’écran. Donc, si l’échelle d’intensité ne suit pas la norme qui est utilisée par la quasi-totalité des industriels, les couleurs et leur intensité seront faussées au rendu. Malheureusement, de nombreux fabricants bâclent cette étape cruciale.

L’iPad Mini a une échelle d’intensité pratiquement parfaite, principalement grâce au calibrage d’usine. Celle du Kindle Fire est en revanche un peu sévère, ce qui augmente le contraste de l’image plus qu’il ne devrait être. Ce n’est pas toujours une mauvaise chose, car les violents éclairages ambiants réduisent le contraste de l’image.

D’autre part, la Nexus 7, comme toutes les tablettes Nexus testées, possède une échelle d’intensité non-standard et trop peu profonde. C’est toujours une mauvaise chose, car elle réduit le précieux contraste de l’image, la saturation des couleurs, et introduit des erreurs supplémentaires.

La gamme de couleurs

La gamme de couleurs est tout simplement l’ensemble des couleurs qu’un écran peut afficher. Afin de produire des couleurs précises, l’affichage doit correspondre à la norme sRGB/Rec.709, qui est utilisée pour produire pratiquement tout le contenu dédié au consommateur.

La HDX Kindle Fire 7 et la Nexus 7 ont deux gammes de couleurs proches de la norme sRGB/Rec.709, comprise entre 97 et 100%, ce qui est très bon.

Toutefois, l’iPad Mini n’offre qu’une gamme de couleurs couvrant 63% du spectre. Ce qui est extrêmement décevant car il produit des couleurs nettement adoucies. C’est inexcusable pour une tablette haut de gamme de la génération actuelle. C’est bien en-dessous de la HDX Kindle Fire 7 et 8.9, de l’iPad 3, de l’iPad 4, de l’iPad Air, et d’à peu près toutes les tablettes haut de gamme actuelles.

Précision absolue des couleurs

Obtenir une précision parfaite des couleurs est aussi important que difficile. En effet, l’affichage et l’étalonnage doivent très fins en usine. Les experts ont effectué une série de mesures détaillées par Spectroradiomètre en laboratoire. Il permet de mesurer la pertinence de la reproduction de 21 couleurs de référence, au sein de la gamme de couleurs sRGB/Rec.709.

Les erreurs de précision des couleurs sont examinées en JNCD (Just Noticeable Color Difference). Vous constaterez que l’iPad Mini ne casse pas des briques. Dans le détail, la Kindle propose la meilleure précision globale avec une erreur moyenne de 3,0 JNCD, la Nexus 7 arrive en deuxième position avec 3,1 JNCD, quant à l’iPad Mini, il arrive en troisième position avec 6,6 JNCD.

L’iPad Mini dispose d’une bonne gestion de la couleur qui améliore la précision pour les couleurs de faible saturation, mais il ne peut pas gérer les couleurs hautement saturées.

Réflexion de l’écran et performance sous l’éclairage ambiant

Les écrans de presque toutes les tablettes et Smartphones sont des miroirs de bonne qualité pour les soins personnels. Même en éclairage ambiant modéré, la netteté et les couleurs peuvent sensiblement se dégrader à cause de la lumière réfléchie par l’écran. En particulier la lumière venant de derrière votre tête, d’où l’intérêt des écrans incurvés.Les technologies actuelles permettent une constante diminution de la réflectance de l’écran.

Ces mini-appareils ont environ 6,5% de réflexion. L’iPad Mini possède une réflectance élevée de 6,8%, nettement améliorée par rapport à l’iPad Mini original ( 9%), donc c’est une grande amélioration.

Vision d’angle

Alors que les tablettes sont principalement des dispositifs de visualisation de face, la variation des performances d’affichage en fonction de l’angle de vision est encore très importante. Tout simplement parce que nous les tenons n’importe comment et parce plus les écrans sont grands, plus nous partageons avec d’autres.

Toutes ces tablettes usent de technologies IPS haute performance, PLS ou FFS LCD. Ainsi elles sont censées ne montrer que très peu de changements de couleur avec l’angle de vision, et les mesures en laboratoire ont confirmé leurs excellentes performances. Aucun changement de couleur n’est visuellement perceptible. Cependant, c’est le pendant de tous les écrans LCD, ils subissent les fortes diminutions de la luminosité. Tous ont montré, comme prévu, une baisse de plus de 50% de la luminosité à un modeste angle de 30 degrés.

Tests d’affichage

Les grandes différences de gamme de couleurs entre le Kindle Fire HDX 7, la Nexus 7, et la gamme restreinte de l’iPad Mini Retina étaient tout à fait évidentes et faciles à déceler au cours des tests d’affichage.

Le Kindle Fire a eu la meilleure précision de couleur et qualité globale de l’image, avec une saturation des couleurs un peu trop contrastée. La Nexus 7 est seconde, principalement à cause d’une trop faible échelle d’intensité. L’iPad Mini Retina est bon dernier avec des rouges nettement sous-saturés, particulièrement sensibles qui apparaissent trop orangés. Les verts et les bleus paraissent faibles et délavés.

Efficacité de l’alimentation

Les experts ont mesuré la consommation d’énergie des trois écrans. L’efficacité (pour la même luminance et la même zone de l’écran) est la plus élevée pour la Nexus 7 qui offre la meilleure performance grâce à son LTPS et son LCD Poly Silicon à basse température.

Vient ensuite la Kindle Fire HDX 7 qui dispose d’un rétro-éclairage utilisant des points quantiques qui augmentent le rendement énergétique de 20%, tout en augmentant en même temps la gamme de couleurs jusqu’à 50%.

Bon dernier, l’iPad Mini Retina, qui utilise 30% de ressources supplémentaires en comparaison de l’iPad Mini non Retina. Mais cela signifie qu’il y a eu une amélioration significative de l’efficacité de la gestion de ses besoins énergétiques (soit grâce à l’IGZO ou les LED blanches)

Conclusions : Deux tablettes impressionnantes et une déception.

Ces mini tablettes disposent de technologies d’affichage impressionnantes et innovantes, ce qui n’est pas surprenant au regard de la popularité des appareils mobiles et du besoin des entreprises à rester compétitives.

Tout d’abord, ils ont tous des écrans haute résolution, avec plus de pixels que votre téléviseur HD de 50″, mais dans un écran de 7 à 8″. C’est très impressionnant. Avec près de 325 pixels par pouce, à des distances de vision normales, une personne dotée d’une vision 20/20 ne peut pas distinguer les pixels, les écrans semblent parfaitement nets.

Encore plus impressionnant, le Kindle Fire HDX 7 et la Google Nexus 7 offrent une gamme complète (100% du spectre). Avec une précision des couleurs et une qualité d’image nettement plus pertinentes que la plupart des téléviseurs, des ordinateurs portables et des écrans. Ils font d’ailleurs cela de manières très différentes.

La Google Nexus 7 dispose d’un écran très étonnant qui utilise les meilleures performances du LTPS et son LCD Poly Silicon à basse température. La tablette est la plus lumineuse et prend en charge 100% de la gamme de couleurs.

Le plus impressionnant de tous est le Kindle Fire HDX 7

Il s’agit du premier écran à utiliser les points quantiques qui produisent des couleurs primaires très saturées semblables à celles produites par les écrans OLED. Le spectre de la gamme des couleurs est complet à 100% sans parler de leur gain de puissance et de leur consommation faible d’énergie. Les points quantiques vont révolutionner les écrans LCD pour les 5 prochaines années.

Au lieu d’utiliser des LEDs blanches (contenant du phosphore jaune) qui offrent un spectre de lumière mauvais pour les couleurs saturées, les points quantiques convertissent directement la lumière émise par les LEDs bleues en couleurs primaires très intenses pour les LCD. Félicitations à Amazon !

Il sera intéressant de voir dans combien de temps les autres fabricants prendront le pli. Les consommateurs auront appris à apprécier et vont ensuite exiger ce nouveau niveau d’excellence.

Et enfin, vient l’iPad Mini Retina. Loin derrière les écrans innovants de Google et d’Amazon. Il offre une toute petite gamme de couleurs (63%), comme l’iPad Mini original et même l’ancien iPad 2. De ce fait, les couleurs sont erronées. Apple a choisi de continuer à jouer sur l’IGZO, ce qui s’est traduit par des pénuries de production et des produits de qualité inférieure.

Amazon et Google ont largement supplanté Apple. Si Apple était leader sur le domaine des écrans, il a malheureusement pris énormément de retard. Il est temps de tirer la sonnette d’alarme.

Quelle est la prochaine étape?

Il y a encore beaucoup de place pour l’amélioration et l’innovation dans la technologie d’affichage, pour n’en citer que quelques-unes, super haute densité, écrans incurvés et flexibles, affichages OLED mobiles et écrans TV OLED, etc.

Les innovations les plus importantes des prochaines générations d’écrans mobiles amèneront l’amélioration de la qualité d’image à la lumière ambiante, qui délave les couleurs, ce qui réduit la lisibilité. Citons également un meilleur contraste, saturation des couleurs et précision.

La clé sera de changer la gestion dynamique des couleurs de l’écran et des échelles d’intensité afin de compenser automatiquement l’éblouissement et la réflexion de la lumière ambiante. Quiconque parviendra à mettre en œuvre ces technologies deviendra le roi du monde des écrans.

iPad mini

Cet article a été republié avec la permission de DisplayMate.com , où il peut être lu dans son intégralité.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’ai toujours été PREUM’S pour dire que ce sont des produits pour gros pigeons personnes mal informées.
    Et j’ai manifestement raison.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. « Quelle tablette 7″/8″ dispose du meilleure écran ?  »
    .
    Quel blog dispose du « meilleure » rédacteur ?
    .
    c’est giz-mo-do 😉

  3. Ce n’est pas Samsung qui a sorti la première 7″ a l’époque du tout premier iPad ? A l’époque personne ne croyait a ce format et tout le monde s’y met. Après on lira que Samsung ne sait que copier 😀

  4. On dit « MEILLEUR écran » et pas « MEILLEURE écran ».

    Je vais finir par virer ce site d’imbéciles de mes favoris…

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  5. Je pense pas que je ne suis pas le PREUM’S à penser que mettre des screenshots en basse résolution des tables, c’est quand même un peu naze de nos jours. D’ailleurs, toutes les tables de l’article original sont passées à ta trappe. Florence, il est temps d’apprendre un peu d’HTML; je peux te donner quelques cours si tu veux ?

  6. 7″ C’est trop petit
    Et je fais comment pour jouer à Infinity Blade et l’intégrale des CAVE (tous les DoDonPachi…) sur le Kindle et le Nexus ?
    Trop d’exclus sur IOS et ergonomie inégalée :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité