Les scientifiques veulent créer un préservatif en graphène

Le préservatif est généralement le sujet de débats houleux et surtout une préoccupation légitime en termes de contraceptionAlors, comment pouvez-vous convaincre les gens de les utiliser plus souvent ? En faisant un meilleur préservatif, bien sûr.

Dans le monde du design du préservatif (si, si), « mieux » signifie à la fois plus solide et plus mince (pour obtenir une sensation naturelle). Devinez quel matériau est justement aussi fin que résistant ? Nous vous le donnons en mille, le graphène et c’est exactement ce que les scientifiques espèrent utiliser pour l’avenir des préservatifs.

Non seulement le graphène est pratiquement indestructible et d’un seul atome d’épaisseur, mais il est aussi hautement conducteur, ce qui signifie que la chaleur générée par le corps pendant les rapports sexuels se transmettrait parfaitement bien.

La Fondation Gates vient d’allouer une subvention de 100 000 dollars à une équipe de l’Université de Manchester qui essaie de développer les premiers prototypes. 

« Actuellement, les gens imaginent qu’on utilise le graphène uniquement dans les écrans de téléphones portables, les emballages alimentaires et les capteurs chimiques », explique le Docteur Aravind Vijayaraghavan, spécialiste des matériaux à la tête de la recherche. « Si ce projet est couronné de succès, nous pourrions avoir une utilisation du graphène qui va toucher notre vie quotidienne de la manière la plus intime possible. »

Certes, le graphène pourrait vous toucher de manière intime très bientôt, mais ce n’est pas le seul matériau ou technique à l’étude. En effet, la fondation Gates a alloué cette subvention à 11 équipes de scientifiques de par le monde. Par exemple, une conception sud-africaine permettrait d’ouvrir et d’appliquer le préservatif en un seul mouvement. Une équipe de l’Université de l’Oregon promet dans son cas, un matériau à mémoire de forme ! Les possibilités sont sans fin, nous verrons ce que nous réserve l’avenir !

 

Tags :Sources :Fast Coexist
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Le graphène est une forme particulière du carbone.
    Le diamant est aussi une forme particulière du carbone.
    Du coup, ce sera très glamour de dire à sa dulcinée que c’est « presque du diamant » qu’on porte sur cette partie précise de l’anatomie.
    .
    On ne sait jamais sur un malentendu ça peut aider à conclure.

  2. Cette fondation Gates est géniale : elle crée les chiottes du futur en alimentaire et des capotes en diamant. C’est à dire que dans les pays pauvres et affamés où sa fondation oeuvre, ils vont chier dans leur agriculture, et éjaculer dans leur matière précieuse.
    Et bien entendu, Monsento les aide.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  3. Cette fondation Gates est géniale : elle crée les chiottes du futur en alimentaire et des capotes en diamant. C’est à dire que dans les pays pauvres et affamés où sa fondation oeuvre, ils vont chier dans leur agriculture, et éjaculer dans leur matière précieuse.
    Et bien entendu, Monsanto les aide.

    Ca fait réver !

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  4. Début d’article incompréhensible. Expression de camionneurs « Nous vous le donnons en mille ».

    « nous verrons ce que nous réserve l’avenir ! » L’expression ne s’utilise pas dans ce sens…..

  5. « Alors, comment pouvez-vous convaincre les gens de les utiliser plus souvent ?  »

    En le faisan si mince qu’il disparaîtra, c’est une question de perte de sensation actuellement avec des préservatif en cauchuc (pétrole) mais c’est toujours mieux qu’au début, avec des sacs en plastique…(si, si ce n’est pas une blague c’est comme ça qu’on faisait avant l’invention de la capote dédiée, bande de chanceux)

    1. Non l’usage du préservatif remonte à l’égypte. Ils utilisaient des boyaux de mouton ou des vessies de porcs. C’est vachement bien, comme ça on avait l’impression d’enculer un mouton tout en baisant madame.
      Et c’est la société GoodYear (qui existe toujours) qui a réalisé au 19ème siècle le premier préservatif « moderne ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité