Topologie des larmes !

Nous pleurons quand nous sommes tristes. Nous pleurons quand nous rions. Nous pleurons quand nous sommes heureux. Nous pleurons en éminçant des oignons et parfois même, on ne sait pas pourquoi on pleure. Ces émotions sont différentes et sous un microscope, les larmes le sont également !

L’idée de prouver que nos larmes sont différentes les unes des autres en fonction de nos émotions provient tout droit de la tête de la photographe Rose-Lynn Fisher qui a eu comme projet poétique de créer une Topologie des larmes. Pour ce faire, elle a récolté des larmes qu’elle a laissé sécher afin de pouvoir les observer au microscope.

D’une part, il faut savoir qu’il y a trois types de larmes que nous connaissons bien. Les larmes psychiques correspondant par exemple à la joie ou la tristesse et donc causées par des émotions extrêmes. Les larmes basales qui ont pour rôle de lubrifier notre cornée, et enfin, les larmes réflexes qui viennent en réponse à un élément extérieur (oignon, gaz lacrymogène…).

Fisher a constaté que ces trois types de larmes contiennent des molécules différentes. Ce qui n’est pas illogique puisque les émotions – et donc sécrétions – sont bien distinctes. Voici quelques exemples des travaux de cette photographe émue.

no images were found

Tags :Sources :Rose Lynn Fisher
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Exclamatives !
      Comme chacun des titres de ses articles !
      Va savoir pourquoi !
      Je suis en train de manger un sandwich !
      Rosette et cornichon !
      !
      !
      !
      !

    1. Tout à fait.
      A ceci près que Florence n’est pas journaliste mais « blogueuse ». D’après certains, cela l’autoriserai à écrire de la merde sans qu’on ait notre mot à dire.

    2. En fait le terme employé par la photographe est « topographie ». Celle-ci trouvait en effet que les photos de larmes séchées ressemblaient à des vue aériennes. Mais Florence est complètement passé à côté du sujet (comme d’hab), c’est une catastrophe de voir comment son article foireux transforme un projet artistique très intéressant en une bouillie inintéressante et mal écrite…

      « The random compositions I find in magnified tears often evoke a sense of place, like aerial views of emotional terrain. Although the empirical nature of tears is a chemistry of water, proteins, minerals, hormones, antibodies and enzymes, the topography of tears is a momentary landscape, transient as the fingerprint of someone in a dream. This series ls like an ephemeral atlas.

      Roaming microscopic vistas, I marvel at the visual similarities between micro and macro realms, how the patterning of nature seems so consistent, regardless of scale. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité