Démystifier les huit excuses communes de la NSA

PRISM

Nous avons vu un nombre incalculable de personnes passionnément préoccupées par l'espionnage orchestré par la NSA. Hélas l’ensemble de la masse n’est pas consciente des différentes implications de ce programme et se laisse largement berner par des excuses qu'on pourrait qualifier de bidons.

Certes, ils peuvent regarder de complexes vidéos et lire de copieux articles engagés. Seulement, il est indispensable qu’ils comprennent les tenants et les aboutissants pour se rendre compte que le gouvernement outrepasse ses pouvoirs.

Comment ? En les éduquant. Vous devez vous tenir prêt à répondre aux réflexions les plus basiques, avec force de patience. Voici une antisèche pour vous aider à parler espionnage façon NSA, quand vous êtes avec famille et amis.

Je n’ai rien à cacher au gouvernement, alors pourquoi devrais-je m’inquiéter ?

Oui, nous non plus, nous n’avons rien à cacher. Il n’empêche, il existe plusieurs façons d’expliquer les choses, à vous de bien choisir en fonction de la personne qui est en face de vous.

  • Expliquez simplement que la surveillance de masse vous laisse à la merci de la NSA… Mais aussi de la DEA, du FBI et même de l’IRS. Nous savons que le gouvernement prétend que toute preuve d’un « crime » peut être envoyée aux organismes appropriés.
  • Dites-leur que, même s’ils ne pensent être blancs comme neige, il est possible que le gouvernement suppose le contraire, ou de simplement créer une certaine inquiétude autour de vous, voire même de vos proches. Il y a tellement de lois et règlements… Un expert juridique a fait valoir que la personne lambda commet probablement trois crimes par jour, sans jamais s’en rendre compte. Donc, vous risquez d’enfreindre une règle et de vous faire pincer, alors que vous n’étiez même pas au courant de son existence.
  • Nous bénéficions tous d’un système qui nous permet d’avoir une vie privée. Par exemple, les journalistes peuvent parler à des sources sans épée de Damoclès au-dessus de la tête, ce qui permet la libre circulation de l’information. Citons aussi les militants, les organisateurs politiques, les avocats, les personnes qui effectuent des recherches sensibles, les entreprises qui veulent garder leurs stratégies confidentielles, et bien d’autres, comptent sur ​​une communication privée et sécurisée, sans surveillance.

Mais la NSA utilise l’espionnage pour traquer les terroristes ?

Aaaah, il a bon dos le terrorisme… Figurez-vous que même la NSA est incapable de citer un seul attentat terroriste arrêté grâce à son programme de surveillance. Ce qui est somme toute… ballot.

Certes, ils ont annoncé quelques chiffres affirmant que ces informations s’étaient révélées utiles dans une certaine mesure, y compris en affirmant à plusieurs reprises que ces éléments avaient contrarié 54 attaques, mais ces chiffres ont été complètement discrédités.

Le seul exemple connu à ce jour reste l’affaire Zazi. Toutefois, dans ce cas, l’Associated Press a rapporté que le gouvernement aurait pu facilement arrêter tout ce tintouin sans le programme de la NSA… Et en vertu des autorisations conformes à la Constitution.

C’est un point important. Il est possible pour les Etats Unis d’arrêter les terroristes avec les lois que ce pays utilise depuis des décennies. Ils n’ont pas besoin de renverser la Constitution sous couvert de la sécurité nationale, au détriment de ses habitants et accessoirement, du reste du monde.

Mais enfin pupuce, le gouvernement ne va pas abuser de son pouvoir !

Certaines personnes (vivant majoritairement chez les Bisounours) pensent que le gouvernement américain n’outrepassera jamais son pouvoir. Oui, on en rigole encore, mais il est bon de rappeler à ces gens que ce gouvernement a une longue histoire d’abus de pouvoir et qu’il ne s’est jamais gêné pour utiliser des informations pour faire chanter des tiers. Quelques exemples historiques sont là pour rappeler cette évidence à leur bon souvenir, Martin Luther King Jr., Muhammad Ali, et pléthore de sénateurs.

Nous avons déjà des preuves d’abus de pouvoir. Nous savons que les analystes de la NSA ont utilisé leurs pouvoirs pour suivre jusqu’à leurs épouses, ils avaient même un nom pour cela, LOVEINT. Une enquête indépendante pourrait révéler encore plus que quelques cas passés sous silence ou au verdicts bizarrement (et discrètement) en faveur de l’état.

Permettre l’espionnage de masse est patriotique

Et voici LA meilleure vanne de l’année. La cessation de l’espionnage non ciblé de l’information est l’une des principales raisons pour lesquelles les américains ont lutté dans la guerre d’Indépendance et rédigé le quatrième amendement.

Pendant l’époque coloniale, le «crime» était l’évasion fiscale, vous souvenez-vous de la Boston Tea Party ?

« Depuis la promulgation du Stamp Act en 1765, et les Townshend Acts de 1767, la Grande-Bretagne pouvait taxer ses treize colonies américaines. Cette décision était très mal perçue par les habitants des colonies, car ils n’étaient pas représentés au parlement de Westminster et entendaient faire respecter le principe selon lequel un territoire non représenté ne pouvait pas être taxé (« no taxation without representation »).

L’un des protestataires était John Hancock et en 1768, sa petite corvette -le navire de guerre, pas la voiture-, Liberty, fut saisie et il fut accusé de contrebande. Il fut alors défendu par John Adams (qui deviendra plus tard le 2e président des États-Unis) et l’affaire fut classée sans suite.

Le royaume britannique était alors confronté à de lourds problèmes de trésorerie et le roi George III décida d’augmenter fortement les taxes commerciales à l’encontre des colonies. Le thé, l’un des produits dont la taxe était la plus exorbitante, était devenu un point de discorde symbolique entre la métropole et ses colonies. Hancock organisa un boycott du thé de Chine vendu par la Compagnie anglaise des Indes orientales dont les ventes dans les colonies passèrent de 145 000 kg (320 000 livres) à 240 kg (520 livres).

À partir de 1773, la Compagnie avait d’importantes dettes et d’énormes stocks de thé, mais peu de possibilités de les écouler à cause de la contrebande qui échappait aux taxes. Le gouvernement britannique fit alors passer le Tea Act qui autorisait la Compagnie à vendre du thé aux colonies sans payer les taxes, cette mesure lui permettant de vendre son thé moins cher que les autres importateurs et que les contrebandiers. Elle provoqua la ruine des marchands indépendants et la colère des Américains. À New York, des affiches de The Alarm sont placardées : elles critiquent l’East India Company et militent en faveur des libertés américaines»

Depuis ce temps, en cas de prise d’informations, il est indispensable de préciser les personnes et les lieux recherchés. La surveillance de la masse par la NSA ne fait ni l’un, ni l’autre. En bref, l’un des principes fondateurs de ce pays est l’interdiction des recherches de masse et saisies.

Les enfants d’aujourd’hui mettent toute leur vie sur Facebook ou Twitter, pourquoi devrions-nous nous préoccuper si le gouvernement peut le voir aussi ?

Ce que les gens choisissent de mettre sur Facebook ou Twitter (ou Instagram ou Tumblr ou un autre service) est presque toujours volontaire. Les gens mettent les meilleures ou parfois les pires choses qui leur arrivent en ligne, mais ils parviennent encore à garder des informations privées.

Nous connaissons tous quelqu’un qui avance sur Facebook que tout va bien même s’il est en pleine rupture. Le point clef de la vie privée est le contrôle de l’information. Certaines personnes choisissent de partager plus, certains choisissent de partager moins, mais personne ne veut que tout le monde sache tout de leur vie, et encore moins les agents de la NSA.

Google et Facebook ont ​​mes informations, alors pourquoi pas la NSA ?

Il y a beaucoup de problèmes avec vie privée et les géants d’internet qui rassemblent et utilisent beaucoup trop de vos données personnelles. Toutefois, Google et Facebook n’ont pas le pouvoir d’arrêter des gens et, contrairement à la surveillance du gouvernement américain, il y a d’autres choix d’outils de communication. Par exemple, vous pouvez utiliser DuckDuckGo au lieu de Google.

Certes nous n’aimons pas la façon dont les entreprises collectent et utilisent nos données. Les renseignements personnels détenus par les entreprises doivent être protégés, mais la Constitution prévoit une base qui protège les communications du regard indiscret du gouvernement américain.

Ce sont juste quelques métadonnées, alors pourquoi devrais-je m’en préoccuper ?

Pour le programme d’écoute téléphonique, la NSA explique qu’elle n’ »écoute » pas les appels. Au contraire, elle recueille les informations de tous ceux que vous appelez, qui vous appelle, la durée de votre appel, et parfois même votre emplacement.

Ces métadonnées peuvent être aussi envahissantes que le contenu de vos conversations. Elles peuvent révéler vos opinions religieuses et politiques, qui vous fréquentez (et quand vous rompez), qui est votre conjoint et vos enfants, vos mouvements, et même des informations sur vos amis les plus proches.

En outre, le gouvernement américain emprunte plus que quelques métadonnées…. En effet, il ne faut pas oublier qu’ils ont également accès à tout le contenu mis en ligne, y compris les mails, les agendas, etc. Les métadonnées sont seulement une partie du programme d’espionnage de ce gouvernement.

Ça craint, mais il n’y a rien que je peux faire !

En fait, vous pouvez faire beaucoup (notre article est juste ici !) ! Tout d’abord, commencez par rejoindre un demi-million de personne en signant cette pétition stopwatching.us.

Vous pouvez agir pour lutter contre la surveillance de la NSA. Mais l’une des choses les plus importantes est d’expliquer pourquoi cette question est primordiale aux amis et à la famille.

Alors, s’il vous plaît, partagez largement ce guide.

 

Tags :Sources :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Article très intéressant, je l’ai lu un peu rapidement mais il me semble que je suis assez d’accord. Malheureusement, beaucoup trop de personnes sous estiment ce que les gouvernements (et principalement les États-Unis) font et ne voient pas ou ne veulent pas voir ce qu’il se passe dans le monde…

  2. Joli article. Intéressant et plutôt bien traduit à mon sens. Ça m’a donné envie d’en savoir un peu plus sur cette histoire de tea party et je me rend compte qu’aujourd’hui les USA, la France, etc. font un peu la même chose que le roi de l’époque, ils n’acceptent pas que d’autres puissent être plus compétitifs… Du coup, à quand une Paradis fiscal Money party? Ils détruisent tout l’argent de ces gouvernements qui entre chez eux..

  3. Ce qui est bisounours, c’est de penser qu’une pétition va changer quoi que ce soit…

    Vous recevez une tonne de plaintes tous les jours sur Gizmodo (Refresh automatiques des pages ; visionnage des photos pas terrible ; article manquant de bienséance ; Agression de blogueurs)…

    Bref, que ces plaintes soient justifiées ou non , que des pétitions apparaissent ou non, vous continuez à faire comme d’habitude sans vous soucier des « emmerdeurs ». Il en va de même pour la NSA.

  4. Les US c’est bien mais … La même chose a été voté en France hier.
    Avec la même excuse, terrorisme.
    Je sais pas vers ou on va, mais ce monde m’ecoeure de plus en plus.

  5. Article tout à fait intéréssant mais… :
    Pas d’introduction, pas de plan, pas de problématique(s)… Putain bordel vous les pseudo-journalistes, faites un effort, rendez attrayant vos sujets et articles, dans tout ce meltinpot on se pomme…un chat ne pourrait retrouver ses petits! Je vous jure, alors sil vous plait, relisez vous, organisez vous et peut-etre qu’un jour, on aura envie et le courage de lire chaque ligne d’un article JUSQU’AU BOUT! THANK’S

    1. on se pomme..? en jus ou en compote..?

    2. A quoi tu t’attends? Est-ce que tu les paies de quelque manière que ce soit? Rejoins l’équipe de Gizmodo si tu tiens tant que ça à avoir des articles bien écrits!! Ou alors bouge toi le cul, apprend l’anglais et va voir sur le site original. J’en ai marre de tous ces gens qui se plaignent des rédactions des blogs et du contenu, merde! Sur ce, je ne vous dit pas au revoir vieux rabougri..
      Un fan de gizmodo. #CacaNerveuxTerminé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité