Le soutien-gorge, outil de lutte contre l’obésité ?

Des chercheurs Microsoft se sont intéressés aux causes de la suralimentation. Ils ont mis en évidence le fait que des personnes stressées au moment des repas avaient tendance à trop se nourrir. Afin de prévenir les femmes de ce risque, ils ont créés le premier soutien gorge diététicien.

Le terme est à peine exagéré. A l’image d’un coach, le soutien gorge sera capable de prévenir son utilisatrice lorsqu’il captera une augmentation de leur stress au moment des repas.

Un microprocesseur et une batterie de 3 à 7 volts ont ainsi été installés dans un soutien gorge, permettant à des capteurs de relever la respiration et le rythme cardiaque de son porteur, tout en prenant en considération des données liées à son activité physique grâce à un gyroscope. Il peut ainsi reconnaitre si les fluctuations du rythme cardiaque sont liées à un effort physique par exemple ou au stress.

Une application mobile fait ensuite remontée les informations captées à la porteuse du soutien gorge et lui envoie un signal lorsque son niveau de stress est trop élevé afin de l’inviter à se détendre et à manger tranquillement.

Pourquoi un soutien gorge ? Parce que les femmes seraient apparemment plus sujettes à ce type de stress lié à la nourriture.

« Ceux sont les femmes qui sont plus sensibles aux problèmes de la suralimentation lié au stress, ce qui fait de ce soutien gorge un parfait outil de mesure électrocardiogramme », précise une chercheuse Microsoft ayant travaillé sur le projet, avant de faire un peu d’humour :
« Nous avons essayé de faire la même chose avec les sous-vêtements masculins, mais les capteurs étaient trop loin du cœur. »

Tags :Via :mashable
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ou alors, au lieu de faire un soutif qui te dit de déstresser, on pourrait faire en sorte d’arrêter d’afficher des images de femmes photoshoppées de façon à ne plus ressembler à des humaines de partout, et montrer de vrais gens avec des proportions non retouchées, que ces personnes soient fines ou non. Et arrêter de stigmatiser sans arrêt les femmes qui osent dépasser le 38, arrêter d’essayer de leur vendre des produits de régime, arrêter de glorifier le régime, arrêter de produire des vêtements pour 5% de la population, arrêter de considérer 50% de la population féminine comme « grande taille »…
    Mais ça ferait sans doute moins de fric.

      1. Oh oui, vas-y homme, donne moi ta validation. Sérieusement, on s’en branle. On parle ici de troubles alimentaires, aka potentiellement MALADIES MENTALES. Oui, l’anorexie et la boulimie sont considérées comme des maladies mentales. Tu viendrais pas dire ça en parlant de schizophrène alors tais-toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité