La science l’affirme, les hommes sont monotâches !

Pourquoi les hommes excellent dans certaines tâches et les femmes dans d'autres ? Si l'on en croit cette étude, la connectivité interne de nos cerveaux serait différente.

Une fois n’est pas coutume, cette étude se base sur pas moins de 949 individus âgés de 8 à 22 ans. En l’occurrence, les chercheurs ont utilisé une technique d’imagerie qui permet de « tracer et mettre en évidence les fibres reliant les différentes régions du cerveau, ce qui fait apparaître la structure de l’ensemble du cerveau, son réseau ».

En utilisant les données capturées, le docteur Ragini Verma et ses collègues de l’Université de la Pennsylvania School Perelman ont constaté que les hommes ont une connectivité neuronale plus dense entre l’avant et l’arrière du cerveau, tandis que les femmes ont une plus grande connectivité entre l’hémisphère gauche et droit. Les écarts s’accentuent d’ailleurs avec l’âge.

Selon leurs conclusions, ce ‘sens’ de connectivité et cette densité expliquent pourquoi les hommes peuvent mieux coordonner leurs perceptions et leurs actions, tandis que les femmes sont plus promptes à la connexion entre leurs fonctions d’analyse et d’intuition.

« En moyenne, les hommes sont plus susceptibles d’exécuter une seule tâche, comme le vélo ou la navigation, alors que les femmes ont une mémoire supérieure et des compétences de cognition sociale, ce qui les rend plus équipées pour le multitâche et la création de solutions fonctionnant pour un groupe »

En d’autres termes ? Les femmes sont meilleures en leadership et recherche de solutions pour l’humanité alors que les hommes sont bons à réaliser des tâches simples et rapides. Ce qui explique effectivement beaucoup de choses (No offense).

Nous rigolons !! Un peu de second degré… Le plus frappant de cette étude, en réalité, c’est sans doute la complémentarité des cerveaux des hommes et des femmes.

Tags :Sources :uphs
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Des études par ci, des études par là, en voici, en voilà, des études sur tout et n’importe quoi.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Nan pour le coup ils ont raison.
      Quand je sodomise ma copine et que je vois sa petite chatte rose et humide j’ejacule immediatement.
      C’est monotache ça?

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
        1. Pas qu’une en effet.
          Sinon on avait pas dit TA GUEULE?

          Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
        2. Prouve le !
          C’est vulgaire dans ta tete.

          Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
        3. Bon allez je te laisse tranquille je t’ai pris pour cible de manière arbitraire c’est vrai.

          Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Boah, c’est darwinien tout ça je pense. L’homme a été sélectionné pour être capable d’exécuter la tache « chasser » le mieux possible pendant que la femme a été sélectionnée pour exécuter les multiples taches sociales, éducatives et domestiques à la tanière.

      1. Pour preuve que ça ne concerne pas que nos microprocesseur mais aussi nos fonctionnaires cette révolution , après tout si l’administration se numérise il faut bien des êtres vivant qui soit capable de rivaliser avec un ordinateur , pour cela ( faute d’avoir un nombre suffisant d’autistes d’asperger ) il n’ y a pas mieux qu’une femme :

        http://minilien.fr/a0o6tk

  3. « Les femmes sont meilleures en leadership et recherche de solutions pour l’humanité  »

    Lepen, Dati, Morano, Duflot, ….. ouais c’est vrai c’est toutes des championnes hors catégorie,

    et puis quand j’aie vu Sarah Palin tirer au M16 en maillots de bains aux couleurs du drapeau US je me suis tout de suite dit : « ca y’est on est sauvé »

  4. « Les écarts s’accentuent d’ailleurs avec l’âge. » ; Il s’agit là de différences dîtes « physiologiques » mais qui ne sont que l’écho d’un modelage social.

    La différence homme-femme n’existe pas.
    On la créé, ensuite on l’étudie pour se rendre compte qu’elle existe.

    De quelle couleur est le cheval blanc d’Henri IV, ça vous parle ?

  5. Comment peut-on tirer la moindre conclusion d’une étude réalisée sur un échantillon microscopique d’enfants et d’adolescents : 949 individus âgés de 8 à 22 ans – y a quand-même en gros 7 milliards d’individus sur terre et y en a quand-même quelques uns qui ont plus de 22 ans, si, si, je vous jure, j’en ai vu un l’autre jour.

  6. Ouais. Sauf que non.
    Il y a une petite chose qui existe. Cette petite chose s’appelle la plasticité cérébrale. Concrètement, le cerveau se construit en fonction de ses expériences, de son environnement, de sa sollicitation (take note), de ce qu’on apprend. Ce qui explique les différences trouvables sur des cerveaux d’hommes et de femmes : on a absolument pas la même éducation, on nous pousse depuis l’enfance à poursuivre des choses différentes. En l’occurrence, si on te répète que t’es plus multitâche, tu as plus de chances d’y croire et de t’y mettre. Si on te dit que tu l’es pas, tu vas pas faire l’effort.
    Si vous aviez lu quelques articles, Florence, vous auriez constaté que l’échantillon est pas varié du tout et que l’étude est totalement biaisée. Les analyses n’ont pas été faites dans tous les sens. Il y a, en effet, parfois beaucoup plus de différences entre deux femmes qu’un homme et une femme, et parfois de grosses différences en fonction de l’âge…
    Il y a également des gens qui sont capables de fonctionner tout à fait correctement malgré des parties du cerveau absentes, compressées par des tumeurs, ou méchamment abîmées. Parce que le cerveau est un organe particulièrement complexe. C’est pas un foie. On ne le comprend pas encore entièrement, et on va mettre encore longtemps si on continue de croire ce genre de conneries.
    Faut également prendre en compte le fait que les chercheurs ET les participants à l’étude sont pétés de stéréotypes, ce qui influence méchamment les résultats.
    Bref.
    Le cerveau ne définit pas la personne. La preuve ? On apprend. Chacun apprend différemment, et l’apprentissage modifie notre cerveau (allez zou, exemple des jeux vidéos, je peux améliorer mes réflexes avec, je crée des connexions qui n’existaient pas, mon cerveau se forge via mes expériences).
    On se tait, on fait des recherches sur la plasticité cérébrale, et on apprend avant de dire d’autres bêtises, merci…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité