Trop de vent : un Boeing 777 ne peut atterrir… et redécolle !

aterrissage vent

Les avions ont parfois du mal à atterrir, particulièrement lorsque le vent souffle trop fort. La solution des pilotes dans ces moments ? Le redécollage. Joe Hanson, à l’origine d’une chaîne de vulgarisation scientifique sur YouTube "it’s okay to be smart " explique le phénomène.

Le dernier exemple d’atterrissage raté d’un avion date de la semaine dernière. Il concerne le vol EK39 d’un Boeing 777 de la compagnie Emirates, en approche sur l’aéroport de Birmingham. Plus qu’en approche d’ailleurs, puisqu’une vidéo présente le moment de l’atterrissage de cet avion.

Sauf qu’il ne touche jamais le sol, poussé par des vents violents l’empêchant de rester parallèle à la piste et donc de se poser autrement qu’en faisant le crabe, une manœuvre un peu trop délicate pour être tentée en avion. Le pilote fait donc un choix « classique » dans le milieu, redécoller.

La procédure veut en effet que les pilotes confrontés à ce type de situation utilisent la force de leur gouvernail et ajustent leur vitesse pour permettre à leur avion de lutter contre les éléments extérieurs. Or les gouvernails sont testés pour résister à une certaine puissance du vent, et pour le 777, cette vitesse est fixée à 70 km/h.

Or sur cette vidéo, selon Joe Hanson, le vent de travers qui frappe l’avion en atterrissage atteint les 80 km/h. Un poil trop pour lui permettre de se déposer en douceur et surtout, sur la piste…

L’histoire se termine bien, après deux essais infructueux qui ont obligé le pilote à remettre les gaz pour redécoller, l’avion a finalement été dérouté sur l’aéroport de Gatwick où il a finalement pu se poser.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. je vais apprendre a Marie quelque chose , re décoller n existe pas dans ce texte pour re décoller il faut être retourner au sol pas en plein air … Mais bon gizmodo toujours aussi sérieux

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. quand gizmodo n’a rien à dire…

    ce genre d'”évenement” , ça se passe tout les jours ! on est très loin de la ligne éditoriale du site là !

  3. Rien a rajouter, approche non stabilisée, piste qui fuit, vent traversier hors tolérance, bref trop dangereux de tenter le toucher pour finir hors piste… Remise des gaz ou go around! Tout simplement!!! Mais redecollage, celle la on me l’avait jamais faite!!!

  4. Le sensationnalisme et le “reecrivage” (ou reecrivitude c’est selon) d’articles pour rien. C’est beau, j’aurais du etudier le jourgnalisme et googletrad tiens …

  5. Et dire que vous aviez écrit Airbus 777 au début. Mais sérieusement, ayez honte. Un articulé comme ça n’a rien à faire ni sur votre site, ni sur internet d’ailleurs. C’est pas de l’information ou du journalisme ça !

  6. Et dire que vous aviez écrit Airbus 777 au
    début. Mais sérieusement , ayez honte. Un
    article comme ça n’ a rien à faire ni sur
    votre site , ni sur internet d’ ailleurs. C ’ est pas
    de l ’ information ou du journalisme ça !

  7. Y’a quelqu’un qui m’explique pourquoi un phénomène qui arrive tout les jours et qui est parfaitement compréhensible ce retrouve sur ce site ? La sérieux je comprend pas du tout c’est aberrant !

  8. Ca y est , gizmodo se prend pour le gorafi …
    Je vois directement le prochain titre de news “alors qu’il tentait d’acheter une baguette, la pénurie momentanée l’obligera à se diriger vers un pain au céréales” …

    NON MAIS SERIEUSEMENT C’EST UNE PROCEDURE TOUT CE QU IL Y A DE PLUS STANDARD ET COURANTE …….. (je suis contrôleur aérien…..), heureusement qu’on est un peu plus professionnels que vous gizmodo, sinon on passerait nos journées à compter les morts…….

    1. Tu devrais poser ton cul dans un cockpit de temps en temps … avec un capteur de pression dans l’arrêt de toncuq (ou même dans le sien) quand le pilote entreprend cette procédure “standard”.

  9. J’étais sur que ce serait un article de Ben ou de Florence qui aurait ma peau et bien non, finalement c’est cet article (qui raconte de la merde) qui a fini de m’achever !
    J’ai jamais vu une telle concentration de rédacteurs tous aussi pourris les uns que les autres.
    Sans déconner Norédine, casse toi d’ici, c’est ta crédibilité qui est en jeu là.
    En tous cas bravo Gizmodo, vous m’avez eu à l’usure…

  10. Veuillez excuser mon intrusion, mais pour les RARES personnes qui, comme moi, ne sont ni contrôleur aérien, ni pilote, cette procédure (peut-être banale, peu importe !) semble très impressionnante !!!
    Par ailleus le terme “redécollage” est très joli :) et surtout très parlant (mais c’est vrai que cette Marie aurait pu se rappeler qu’elle s’adressait à un public absolument irréprochable en ce qui concerne la langue française…)
    Allez, aimez-vous <3 <3 <3

    1. moi je n’aime que toi, les autres sont trop méchants.
      Plus sérieusement, c’est affligeant tous ces commentaires. On se demanderait presque comment ça peut être la crise en ce moment étant donné tous les cerveaux qu’il y a sur Guizmodo.

  11. Non mais ne prenez pas leur défense. Quand on fait un sujet, on se renseigne. L’article part d’une vulgarisation, pour au final arriver à un ramassis de conneries. Redecollage, la force de leur gouvernail, Airbus 777 (maintenant modifié), faire le crabe. A la limite, postez la vidéo, mettez que c’est impressionnant parce que c’est le bi réacteur le plus gros et le plus puissant, que c’est beau quand ça fait vroum et c’est marre !!
    Bande de journaleux.

      1. Non mais il a complètement raison Quentin.
        Dis toi John que décoller viens de la situation où l’avion “décolle” du sol alors pourquoi elle dis que l’avions redécolle en plein vol (“l’avion décolle de l’air” c’est presque philosophique). C’est juste débile ! Et puis comme j’ai dis précédemment ça n’a absolument rien d’impressionnant c’est juste un bouche trou cet article.

  12. Note à tous les pros du forum : quand un zinc est obligé de mettre 100% de sa puissance pour faire un truc qu’il n’a pas le droit de manquer, j’appelle pas ça une procédure de routine. J’ose espérer que vous faites encore la différence entre le coup de booster mis avant le décollage, avec possibilité d’arrêt si les réacteurs ne suivent pas, et le coup de boost qu’il faut donner pour repartir quand on se ravise suite à un atterrissage abandonné.
    Je rappelle quand même que dans ce cas, le zinc est en fin de trajet et qu’il n’a pas dépassé les 30% de poussée depuis plusieurs heures. Ceux qui n’ont jamais vécu cette “autre procédure standard” qu’est l’abandon de décollage pour manque de poussée ou poussée asymétrique (le vrai décollage cette fois-ci) peuvent me jeter la première pierre.

  13. ” qu’ il n ’a pas
    dépassé les 30% de poussée depuis plusieurs
    heures”.
    En finale, les moteurs d’un avion sont généralement à 60% de leur puissance.
    Le mieux quand on essaye de contredire un “pro”, c’est de l’être autant que lui.
    A bon entendeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité