Instant nostalgie : retour dans les années 90 !

Dans La Bouche

Où l'on évoque encore les années 90, ces fameuses années 90 synonymes du "c'était mieux avant" pour certains. A ceux là, nous avons envie de montrer la vidéo qui suit, qui prouve qu'on ne serait pas forcément prêts à revenir 15/20 ans en arrière !

Et c’est le programme court “Dans La Bouche”, diffusé sur Canal+, qui s’est occupé d’évoquer ces années 90, et plus particulièrement, de nous remémorer les phrases types que nous avions tous l’habitude de lancer à tour de bras durant cette décennie.

De “bon j’aimerais bien téléphoner, qui est-ce qui est encore sur Internet là” à “tu penseras à me donner la disquette avec le dossier”, en passant par les inévitables “tu vas voir sur Napster y’a des super bonnes musiques”, “t’as pas un compte Caramail ?”, “128 Mo de RAM ça change quand même” et “tu sais pas où je peux faire installer la puce sur ma Play ?”

Preuve qu’avec le recul, les années 90, ce n’était pas SI BIEN que ça. Et encore, ce ne sont là que quelques exemples. D’ailleurs, quelles sont les limitations techniques/carences de services qui vous ont avec le recul le plus manqué durant cette décennie ? Les smartphones, le jeu en ligne, l’accès instantané à l’information, la musique dans le cloud ? On vous écoute !

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ce programme court est diffusé dans Le Before du Grand Journal et non dans le Supplément (émission politique du dimanche).

    Et on ne peut pas dire que c’était moins bien à l’époque car on privilégiait plus le contact social direct et humain et étions moins monopolisés par ces technologies (quel enfant de 11-12 ans appelle encore ses amis chez eux pour sortir – s’ils sortent toujours – vu que tous a été remplacé par les sms, chat).

    Donc ce n’est pas moins bien mais pas mieux non plus :) juste une question de nostalgie et de génération.

  2. Nostalgie des années 90 ? A partir du moment on on considère que le dépressif et suicidaire Kurt Cobain est une icône des années 90, on a déjà une bonne image de l’esprit de cette époque !

    L’époque était génial pour les geeks. L’apparition et démocratisation d’internet, la monté en puissance délirante de la technologie, de la micro informatique, des jeux vidéo… Mais pour le reste..

  3. Albert Einstein a dit un jour : “I fear the day that technology will surpass our human interaction. The world will have a generation of IDIOTS”
    “Je crains le jour où la technologie dépassera l’homme. Le monde aura une génération d’idiots.”

    Les progrès technologiques ont indéniablement été plus rapides ces quatre-vingt dernières années que durant tout le développement humain. Or, l’intelligence artificielle se développe à une telle vitesse que d’aucuns se demandent si elle ne finira pas par dépasser l’intelligence humaine. Et dès lors, ce serait la fin théorique de la domination du genre humain (ou pas). !!

    1. Albert Einstein a dit un jour : « I fear the day that technology will surpass our human interaction. The world will have a generation of IDIOTS »
      « Je crains le jour où la technologie dépassera l’homme. Le monde aura une génération d’idiots. »

      Citation complètement inventée que tout le monde recopie sans réfléchir.
      Einstein n’a jamais dit ça.

      1. oui c’est comme la légende urbaine qui dit qu’Einstein était nul à l’école, ce qui est complétement faux et qui permet à la “populace” de se croire aussi intelligent (voire plus pour certains^^) que lui.

      2. Mais qui n’est pas fausse pour autant 😉

        Aujourd’hui, on a une génération d’assistés qui y connaissent moins en technologie que leurs parents.

  4. Qu’est-ce qui m’a manqué dans les années 90 ? Rien, parce que je ne savais pas ce qu’on aurait dans les années 2010. Faut-il en conclure qu’on continue à s’entourer de technologies qui ne sont en rien nécessaires (mais finissent par nous devenir indispensables)?
    En tous cas, je n’ai pas la nostalgie du modem 14.400 bauds. Mais je trouvais déjà ça merveilleux à l’époque, même si je m’interrogeais déjà sur l’opportunité de discuter avec des gars de Hongkong, Moscou ou Los Angeles alors que je n’avais déjà pas autant de temps que je l’aurais souhaité pour mes amis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité