Non compter les moutons n’aide pas à trouver le sommeil

mouton

Dans le monde d'aujourd'hui, il n'est pas toujours aisé de trouver le sommeil. Certains privilégient la tisane, tandis que d'autres préfèrent les somnifères... Restent ces incorruptibles, ces vieux de la vieille, qui ne comptent que sur les méthodes traditionnelles aka "compter les moutons". Manque de pot, ça ne fonctionne pas.

Cet escroc de Morphée a encore fait des siennes et il vous est impossible de trouver le sommeil ? Solution, se rendre mentalement dans le champs d’à côté et compter les moutons.

Les amateurs du combo sommeil/moutons ont déterré une étude de 2001 tout droit sortie de l’Université d’Oxford. Le concept est simple comme bonjour, les chercheurs ont divisé 50 insomniaques en trois groupes et leur ont demandé de visualiser différentes choses avant de se coucher.

Un groupe a imaginé des scènes tranquilles comme des cascades, l’autre un saut de mouton par dessus une clôture, et le groupe témoin, ce qu’ils voulaient. Grâce aux scènes calmes, les sujets se sont endormis avec 20 minutes d’avance par rapport au groupe témoin, alors que ceux qui comptaient les moutons ont même tardé à s’endormir. Pourquoi ?

« Les images d’une scène engagée prennent plus de place dans le cerveau que le même vieux mouton sale. De plus, il est plus facile de rester concentré car c’est plus intéressant. »

il y a donc une erreur dans cette technique de visualisation, ce qui explique peut-être vos années d’insomnie. La prochaine fois que quelqu’un vous dit qu’il connait un excellent moyen de trouver le sommeil, exigez une étude.

 

Tags :Sources :Modernfarmer
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. … ou sinon vous lisez l’intégrale des articles de Florence ? (mwahaha c’était trop tentant je m’excuse).

    Homer, il faudrait lancer une étude sur les études …

  2. « Les images d’une scène engagée prennent plus de place dans le cerveau que le même vieux mouton sale. De plus, il est plus facile de rester concentré car c’est plus intéressant. »

    Ces phrases sont tellement étranges que je suis allé vérifier sur la source, ai lu l’article et ne comprends toujours pas d’où vient cette traduction… Florence? Une explication? parce que là je sèche…

      1. Ha ben merci, je saisis mieux l’étendue du grand n’importe quoi ambiant.
        Ce n’est pas un article, ça ne se base pas sur la source citée, c’est de la vulgaire traduction. Pas un contenu « original ». Encore.

        1. Je soupçonne même fortement Florence de ne pas comprendre un traître mot d’anglais et de tout « rédiger » avec comme base les traductions automatiques.
          Sans trop comprendre ce qu’elle écrit.
          Mais c’est qu’un soupçon, hein ! Rien qu’un soupçon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité