Ecouter les bruits du CPU pour craquer des chiffrements sécurisés !

Le bruit du CPU pour craquer un chiffrement

En informatique comme dans la vie, il y a ceux qui font et ceux qui défont. La sécurité a ses experts, dans un camp comme dans l'autre. Pour mettre à mal les méthodes de chiffrement actuelles, il faut souvent une énorme puissance de calcul et/ou du temps à revendre. Qui aurait pu penser qu'un microphone pouvait suffire ?

Pour pénétrer une défense, il faut comprendre comment elle marche. Pour s’attaquer à l’algorithme RSA 4096 bits – l’un des plus puissants à l’heure actuelle -, qui de mieux que l’un de ses créateurs, Adi Shamir, assisté de Daniel Genkin et Eran Tromer. Leur approche est fort peu ordinaire : écouter les bruits émis par le CPU en décryptant les données. Ces sons proviennent en réalité du processeur qui régule son voltage, et chacun d’eux représentent, pendant le déchiffrage, une clef RSA. Grâce à leur parfaite connaissance du mécanisme de chiffrement RSA, les trois chercheurs sont parvenus à récupérer la clef et, par conséquent, déchiffrer les données.

Bien évidemment, cette technique requiert la parfaite connaissance de chaque mécanisme de chiffrement, mais avec un peu de temps, on pourrait bien imaginer craquer tous les mécanismes existants de la même manière.

Si cette prouesse ne vous étonne pas plus que ça, si vous vous dites “Pas grave, jamais personne ne s’approche si près de ma tour”, sachez que démonstration a été faite en enregistrant le son du CPU via un simple smartphone à une distance de 30 cm. Vous ne laisserez plus vos “amis” s’approcher de votre PC…

A quand l’option “isolation phonique complète” dans nos tours d’ordinateur ?

Tags :Sources :Dvice
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Vu la vitesse des processeurs actuels je doute grandement que ce soit un “son” … même un ultra-son. Donc dans la théorie, pourquoi pas, avec un micro qui capte une bande de fréquences trèèèèèèès large.
    Mais vu les micros qu’on dispose sur les smartphones, je reste des plus sceptiques. Vu aussi qu’en “ambiant” le bruit descend rarement sous les 50 dB … il y aurait beaucoup trop de bruit parasites à 30 cm du processeur (ne serait-ce que les ventilos). Et il n’y a pas que le processeurs dans une tour … il y a aussi le GPU, les chipsets etc … ça fait beaucoup d’autres composants qui pourraient eux aussi venir parasiter l’expérience.
    Je demande une démonstration en vidéo.

    1. Et en plus, si le CPU est refroidit par eau, c’est pas gagné pour écouter son bruit, puisqu’il est isolé, au pire on captera les bruits de la pompe …

  2. Si on remonte les différentes sources, on a un peu plus de détails… Le plus gros succès a eu lieu à 4 mètres avec un micro parabole de haute qualité, et ils ont réussi à le faire à 30cm avec un ordinateur portable, apparemment le résultat varie beaucoup selon l’ordinateur.

    J’imagine qu’en mettant un processeur 8 cores/16 threads avec un disque dur qui gratte tout le temps, une clé 3G ou un accès WiFi, les parasites doivent être nombreux sur ce genre d’analyse !

  3. Donc il faut manger des fayots, comme ça le bruit des pets couvrira le bruit des microprocesseurs et ils ne pourront plus rien espionner.
    En prime l’odeur ça tue les moustiques.
    .
    ça sera juste un peu plus difficile pour pécho, mais c’est trois fois rien vous verrez …

  4. “Ces sons proviennent en réalité du processeur qui régule son voltage”

    C’est pas le proc qui régule mais le régulateur de tension juste à côté. Et le “son voltage” m’a choqué, pourtant je n’ai pas fait des études d’élec…

  5. BBon article malgré l’énorme erreur. Et oui, Voltage employé tel qu’il est employé ici est un mot anglais. Le Voltage n’existe pas, on parle de tension. Une correction s’impose pour que l’article paraisse toujours sérieux car là ce n’est pas le cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité