Apple l’affirme : il n’était pas au courant des agissements de la NSA

L'année 2014 démarre sur les chapeaux de roues pour Apple, qui s'est récemment vu embarqué dans une affaire de surveillance : certains voyaient même une connivence entre la firme à la pomme et la NSA. Gênant.

Apple n’a pas mis de temps à réagir, après qu’ait été sortie du bois une nouvelle affaire d’espionnage de la part de la NSA : il semblerait en effet que l’agence gouvernementale ait été en mesure d’avoir accès à une porte dérobée sur l’iPhone, lui permettant d’avoir accès à toutes les communications ou presque émises ou arrivant sur le mobile. Plus encore : selon le chercheur en sécurité Jacob Appelbaum, Apple aurait pu se saborder lui-même et saborder ses produits pour rentre la tâche de surveillance de la NSA plus aisée.

Faux, rétorque la firme de Cupertino, qui a depuis publié un communiqué :

“Apple n’a jamais travaillé avec la NSA afin de créer une porte dérobée sur aucun de nos produits, iPhone inclus, rendant leur surveillance plus aisée. De plus, nous n’étions pas informé de ce programme de la NSA visant nos produits. […] Nous allons mener une enquête approfondie, et prendre les mesures adaptées afin de protéger nos clients.”

Le programme en question, DROPOUTJEEP, est décrit dans un document datant de 2008 comme étant capable d’intercepter les SMS du mobile, avoir accès à sa liste de contacts, et même activer son micro et sa caméra sans que son propriétaire ne s’en aperçoive. Son taux de réussite serait de 100%, et une version injectable à distance serait même à l’étude. A l’heure actuelle, un contact physique avec l’iPhone désirant être espionné est requis.

DROPOUTJEEP

Tags :Via :theverge
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. En même temps Apple va pas se risquer à dire que c’est vrai, sous peine de voir ces produits interdit sur pas mal de territoire en dehors des Etats Unis, et j’ai quand même de grand doute sur le fait qu’Apple n’est connu ce backdoor sans corriger la faille…

  2. Ben, c’est quoi l’accent que tu prends dans ton article ?
    “Apple aurait pu se saborder lui-même et saborder ses produits pour rentre la tâche de surveillance de la NSA plus aisée.”
    On dit “rendre” pas “rentre”.

    Et comme le dit Insomnia, soit il avoue et voit chuter ses ventes dans le monde, soit il refuse de laisser une back-door et se voit accuser de ne pas obéir au Patriot-Acte.
    Le problème n’est donc pas Apple, mais l’état qui autorise de tel chose au niveau de ses lois.

  3. En fait ce sont les chinois de Foxconn qui ont implanté les backdoors et la NSA curieuse, les a testées pour vérifier de quoi il s’agissait.
    Apple ne savait rien, ils sont innocents.
    La NSA ne savait rien, ils sont innocents.
    .
    Les coupables sont les enfants chinois. Salauds de gosses !

  4. En même temps le document date de 2008 à l’époque c’était iPhone OS 1, rien ne dit que les versions suivantes sont aussi touchées ni même que le programme est encore efficace. Je pense qu’il faut arrêter d’essayer de faire du sensationnel avec des infos obsolètes. Vous gagnerez en crédibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité