TrewGrip, ou comment retourner un clavier physique

TrewGrip est un concept. Ces créateurs américains y croient dur comme fer et tentent aujourd’hui de convaincre le reste du monde en le présentant au CES 2014. Leur idée ? Réintégrer un clavier physique aux smartphones et autres tablettes tactiles qui accompagnent aujourd’hui notre quotidien, en l’installant au dos de nos outils.

Une idée qui peut laisser dubitatif. En raison de la taille du clavier tout d’abord, mais aussi en raison du principe de base du système de TrewGrip. Car l’objectif est de proposer une alternative au tactile, mais en installant le clavier de l’autre côté de l’écran des utilisateurs.

Concrètement, les tablettes et autres smartphones (dont la taille ne devra pas excéder 7 pouces) pourront être installés au centre du clavier grâce à un système de ventouse, face vers l’utilisateur. Les touches du clavier TrewGrip se situeront alors au dos du dispositif, divisées en deux et reparties de chaque côté du support mobile. La connexion entre les appareils s’opère en Bluetooth.

La saisie a ainsi lieu sous l’écran. Mais les créateurs de TrewGrip ont tout de même pensé à installer des repères lumineux sur le devant de l’appareil pour permettre à l’utilisateur de suivre visuellement sa frappe.

Présenté au CES 2014, le TrewGrip l’a d’abord été sur Kickstarter mais il n’a pas récolté le financement nécessaire à son lancement officiel.

Les démonstrations de l’appareil veulent prouver que le TrewGrip est censé apporter un certain confort à la saisie. Après une phase d’entrainement de huit à dix heures, un utilisateur serait ainsi capable de taper en moyenne 60 à 80 mots par minute.

Si tout se passe bien pour le TrewGrip, sa sortie officielle en version QWERTY est prévue pour le milieu d’année. Il sera tout de même proposé à un tarif estimé entre 250 et 350 dollars.

Tags :Via :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. j’ai une idée : on fixe à la tablette par une articulation un clavier. On pose alors le clavier horizontalement sur la table et grâce à la charnière la tablette est verticale. On peut alors aisément taper sur le clavier tout en lisant le résultat de la frappe sur l’écran de la tablette. Afin de faciliter le pointage on n’utilisera pas l’écran tactile au toucher grossier, mais un dispositif optique que l’on déplace sur la table à coté muni de quelques boutons pour indiquer ses choix.
    Et afin de limiter la saturation en ondes hertziennes dont nous sommes victimes, je propose de renoncer au bluetooth et de relier ces composants par une connexion filaire.
    A mon avis ça va être un succès. C’est l’avenir du smartphone cette idée.
    Les gens seront tellement enthousiasmés de surfer avec ce dispositif qu’ils ne l’utiliseront même plus pour téléphoner. Du coup on pourra supprimer la fonction téléphone.
    .
    Je vais aller déposer un brevet.

    1. Putain mec, t’es un visionnaire! Mais moi, j’irai plus loin, en plaçant le téléphone sous le bureau, l’écran dessus, et le tout relié au secteur en permanence.

  2. Ce qu’il y a de bien avec les Ricains c’est qu’ils doutent de rien …

    1) c’est trop gros
    2) c’est affreux
    3) c’est bcp bcp bcp trop cher (un clavier BT à 30 € fait aussi bien l’affaire…)

  3. Quand j’ai lu l’article j’ai pensé à un mini clavier tout fin style surface mais qui se plugerait au téléphone comme les flip cover samsung sur les galaxy s. Et puis ‘ai vu la photo en détail …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité