Les superbes photos du Kawah Ijen !

Il y a beaucoup de trésors cachés dans la nature, parfois situés dans les endroits les plus terrifiants de la Terre. L'un d'eux est une mine de soufre en Indonésie, Kawah Ijen, qui produit une magnifique lave bleue spectrale. 

Kawah Ijen est une partie du complexe de volcan Ijen, un groupe de strato-volcans. Outre un cratère actif à 200 mètres de profondeur, il abrite un lac acide réputé pour être le plus acide de la planète.

“La particularité du Kawah Ijen est la présence d’une solfatare sur le flanc interne sud-est du cratère, à proximité du rivage du lac et produisant de grandes quantité de soufre3. Les vapeurs, dont la composition chimique est caractéristique des volcans de subduction, sont émises à une température d’environ 200 °C et sont principalement composées de dioxyde de soufre, de sulfure d’hydrogène et de vapeur d’eau ainsi que d’acide chlorhydrique ” – Wikipédia

Le photographe Olivier Grunewald et son ami Régis Etienne s’intéressent à ce volcan depuis 2008, cette montagne indonésienne infernale se transforme en un paysage surréaliste quand vient la nuit. Ses images – prises très dangereusement -sont superbes. A couper le souffle. Elles sont destinées à un récent documentaire de 52 minutes.

no images were found

Olivier Grunewald est photographe de nature, Régis Etienne passionné par le film et Président de la SVG (Société de Volcanologie de Genève).

En 2008, ils entendent parler de flammes bleues au cœur du volcan Kawah Ijen en Indonésie, connu pour son lac d’acide et sa mine de soufre à ciel ouvert.
Olivier et Régis reviendront pendant plusieurs années et passeront 30 nuits dans le cratère, au milieu de gaz extrêmement corrosifs, pour tenter de ramener des images de ces manifestations volcaniques uniques.

A la nuit tombée, une incandescence tout à fait inhabituelle pour un volcan, apparaît au fond du cratère. Les gaz sulfuriques à haute température s’enflamment, produisant des torchères d’un bleu électrique, atteignant parfois cinq mètres de hauteur.Ils vont aussi découvrir que des mineurs viennent au cœur de la nuit, pour récolter à la lueur de flambeaux imbibés de pétrole, le sang coagulé du volcan.”

Ils expliquent également,

“Les mineurs extraient des morceaux de soufre, puis remontent sur le flanc du cratère pour les vendre 680 roupies le kilo (environ  0,04 euros). Mais les charges qu’ils transportent, pesant entre 80 et 100 kilos, leur ont coûté la santé et parfois la vie.

Le soufre, parmi les plus pures en Indonésie, est destiné à l’industrie alimentaire et chimique, au prix de leur vigueur et de leur jeunesse, tel est le destin de ces serfs du soufre”

Tags :Sources :oliviergrunewald
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Le plus terrifiant est que des pauvres gars vivent de ce volcan en ramassant le souffre au fond du cratère et le remonte a dos d’homme. Leur espérance de vie est comme vous vous en doutez tres limitée, et leur mort, lente et douloureuse.
    Mais quelque part, un actionnaire s’en fout plein les fouilles, alors on s’en branle hein ?

  2. Incroyable souvenir que ce volcan. On sent vraiment la puissance de la nature. Y voir les porteurs de souffre est à la fois incroyable (une fois que l’on essaie de soulever le panier, on comprend la difficulté) et triste de se dire que ce type de métier existe encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité