Des sphères design pour récolter l’énergie solaire

Si les panneaux solaires sont à la mode, force est de constater qu'ils ne sont pas si efficients que cela, et encore moins agréables à la vue. Bien cachés sur un toit, à la limite... Et si l'avenir de cette technologie passait par des équipements bien plus performants, certes, mais aussi design ? Dites bonjour à Rawlemon, une bille solaire impressionnante.

Une grosse sphère de verre remplie d’eau. Simple, mais diablement efficace. Les rayons du soleil, et de la lune, sont concentrés 10 000 fois sur une toute petite surface, laquelle est recouverte de panneaux solaires. Mais le soleil et la lune sont en mouvement, vous dites-vous. C’est pour cette raison que Rawlemon embarque un petit traqueur dont la tâche est de suivre le soleil ou la lune pour positionner au mieux les panneaux solaires. Efficacité ? 70% de plus que des panneaux solaires conventionnels.

Rawlemon

Ce concept est l’œuvre de l’architecte allemand André Broessel, il lui aura fallu trois ans pour imaginer ce concentrateur. Malheureusement, le chemin sera encore long avant une éventuelle commercialisation à plus grande échelle. Reste encore à convaincre le grand public de l’efficacité d’un tel système, à obtenir les certifications nécessaires et les fonds pour lancer la production.

L’équipe du projet a donc lancé une campagne Indiegogo, non pas pour la “version à grande échelle” de Rawlemon mais pour une version de poche, Beta.ey, conçue pour recharger nos appareils électroniques.

Beta.ey

S’il vous fallait une vision à plus long terme, André Broessel imagine ses Rawlemon sur des grattes-ciel comme le Burj Khalifa. Un quart de la surface de la façade Sud pourrait par exemple générer 16,4 Gigawatts-heure par an, suffisant pour alimenter la tour entière tout en ayant 60% d’énergie à disposition. Impressionnant, non ?

Rawlemon

Tags :Sources :GizmodoCampagne Indiegogo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Bien l’information qui a tournée il y a déjà plus d’un mois ? Légèrement en retard j’ai envie de dire…..

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Reste à obtenir plus de précisons mais cela semble tout bonnement génial comme idée histoire de booster la faible rentabilité des panneaux solaires ( en termes de production d’électricité ). Eh oui, il suffisait d’y penser.

  3. Donc pour produire autant avec des panneaux solaire, il faudrait couvrir 70% de surface en plus c’est bien ça ?
    Vu le design de la boule au-dessus, on ne peut placer des panneaux que sur une petite surface sous la boule … du coup on perd de la place.
    En gros si je couvrais l’équivalent de la surface “masquée” par la boule au sol par des panneaux classiques, j’arriverai à générer autant sinon plus d’énergie.
    L’eau ne fait que concentrer les rayons de lumière, elle ne permet pas d’en tirer plus d’énergie … ne tombez pas dans le panneau (mwahaha)

    1. l’intérêt et non des moindre est d’avoir besoin de moins de matériaux pour la fabrication, ce qui doit réduire considérablement le cout.
      Apres 70% par rapport à quoi plus exactement ? par rapport à la même surface qu’occupe la boule pour une même surface de panneaux solaire ou juste par rapport au petit carré sous la boule qui capte les rayons ?
      parce que bon, si le petit carré produit juste 70% de plus que un panneau de même surface c’est pas top vu la taille de la boule qu’il faut mettre à côté…

  4. Alors ce n’est pas nouveau, et ça s’appelle du photovoltaïque à concentration. Ca se fait habituellement avec des lentilles de Fresnel et des systèmes de tracking 2 axes..

    Augmenter le rayonnement incident améliore les performances du panneau photovoltaïque ? Non.
    Sur un module classique on est entre 15% et 20% d’efficacité dans les conditions standards. (Qui ressemblent à : Dans les pyrénées, un jours d’hiver avec un ciel parfaitement dégagé… Donc des conditions “parfaites” qu’on n’a jamais dans la vie réelle…)
    Plus on chauffe le module, moins il est efficace. Donc plus on concentre le rayonnement solaire, plus il faut prévoir un système de refroidissement efficace…
    L’efficacité est ici une limite physique, elle ne peut pas grimper de 70% par magie. Le facteur 70% est donc clairement à préciser…

    Existe-t-il un avantage à la concentration ? Oui
    On peut utiliser des modules photovoltaïque multi-couche qui coutent horriblement cher mais qui ont un rendement au delà de 30% (45% max en laboratoire). Comme la surface est plus petite, on peut se permettre d’investir dans ces modules à haut rendement. Et on peut investir dans un refroidissement efficace aussi pour conserver un super rendement…

    L’inconvénient de la concentration ?
    Seul le rayonnement direct est utilisable. S’il y a des nuages, on ne produit plus rien, si on est dans une région très lumineuse (pierre blanche, neige, etc à proximité), ça ne sert à rien. La puissance générée par ce système est donc encore plus météo-dépendante que le photovoltaïque classique.

    L’avantage de la technologie présentée ?
    La résistance face au vent, évidente par rapport aux systèmes de tracking 1 ou 2 axes actuellement utilisés.

    Note : pour avoir un facteur 10000 dans le cas de la technologie décrite ici, il faut environ un rayon de sphère valant 57 fois la taille du module photovoltaïque. Que ce soit une sphère ou une lentille, cela ne change rien à ce rapport…

    Merci pour l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité