Voiture à hydrogène et France, je t’aime… moi non plus !

Si les véhicules électriques peinent à entrer sur le marché, la prochaine génération commence, elle, à se dévoiler. Certains grands constructeurs ont déjà dévoilé leurs prototypes et Toyota a choisi le CES pour annoncer une telle version de sa Prius dès 2015. Petit état des lieux de la technologie et des difficultés françaises.

Guillaume Porcher livre pour Automobile Propre sa vision des choses, de la technologie en elle-même à sa possible future implantation sur le territoire.

La voiture, tout d’abord, repose sur une recette relativement classique. Moteur électrique, batterie tampon, pile à combustible, réservoir d’hydrogène à très haute pression. Depuis des dizaines d’années, les constructeurs dévoilent des prototypes prometteurs. L’innovation principale vient de la pile à combustible, elle est aujourd’hui, plus compacte, plus efficiente et moins chère. Reste maintenant à faire accepter au grand public que l’hydrogène liquide ne représente aucune menace.

Car c’est bien de lui dont il s’agit. Au-delà du facteur risque, sa provenance pose aussi quelques problèmes : que l’hydrogène soit issu de ressources fossiles ou d’énergies renouvelables, le tarif au final est extrêmement élevé. Il faudra de nombreuses années avant de pouvoir utiliser de l’hydrogène totalement “propre”. D’ailleurs, pourquoi avoir choisi ce gaz liquéfié plutôt qu’un carburant déjà liquide comme le méthanol ou l’éthanol ? Avec eux, nul besoin de stations de distribution ni de réservoirs de transport extrêmement coûteux. Par contre, il faudrait réussir à les produire à grande échelle proprement… Va pour l’hydrogène donc…

Et c’est là que le bât blesse. Les stations de distribution et de stockage ne seraient viables que dans les grandes métropoles, malheureusement, la répartition de la population française en a décidé autrement. Autre frein majeur en France, la part de production d’énergie propre est bien trop faible, contrairement à l’Allemagne. Le réseau électrique, lui, est extrêmement développé et disponible, de quoi miser davantage sur l’électrique à batterie que sur l’hydrogène.

Quel avenir pour la France, alors ? La diversité semble la réponse clef. Il y a ceci dit fort à parier que l’électrique à batterie ait de nombreuses années devant lui, l’hydrogène, lui, pourrait s’imposer lorsque les véhicules qui roulent le plus – transports publics, marchandises, etc – seront contraints d’être davantage écologique…

Tags :Sources :Automobile Propre
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. “la part de production d’énergie propre est bien trop faible, contrairement à l’Allemagne”
    Mais vous avez fumé quoi, au juste?
    Si par “propre” on entend “économe en CO2”, l’Allemagne est LOIN derrière la France. La raison est que le nucléaire produit le moins de CO2 par kWh, et que comme les Allemands boudent cette énergie, ils se retrouvent à devoir faire du solaire et de l’éolien (plus cher en CO2 par kWh) voire même de redémarrer des centrales à gaz ou à charbon (!).
    Alors après on peut dire “oui mais le nucléaire c’est risqué”, là ça dépend de si c’est bien fait ou pas… Si vous négligez la sécurité, oui, ça peut être dangereux. Mais en France c’est bien encadré et on est pas trop mal.
    Donc les écolos ils sont gentils, mais s’ils veulent effectivement sauver la planète ça passe par émettre moins de CO2, et pas par des solutions super poétiques qui en fait ne font qu’empirer le problème.

  2. Par pitié ! !Travaillez votre sujet ! Les voitures a hydrogène qui “fabriquent” l’hydrogène a bord sont au point depuis longtemps. Faire le “plein” dans des stations pour remplir des réservoirs “haute pression” C’EST POUR VOUS FAIRE PAYER. car le gros problème de ces messieurs du capital est que l’eau peut encore etre gratuite (c’est par électrolyse de l’eau que l’on obtient l’hydrogène , et le meilleur résultat est obtenu avec des plaques de platine, metal rare qui est gâché pour faire des montres, des bijoux et autres cochonneries. …)

    1. Je ne comprends vraiment pas de quoi tu parles
      Si tu parles de la pile à combustible alors il faut recharger le véhicule et si tu parles de voiture à hydrogène alors il faut mettre de l’hydrogène dedans…
      A ma connaissance la voiture auto alimentée n’existe pas x)

      1. L’hydrogène provient de l’eau, je pense qu’il serai possible de remplir son réservoir d’eau, et la voiture “fabrique” l’hydrogène à partir de cet eau, donc aucun dispositif “haute pression” donc plus de limite (parking et autre)

        Je pense que c’est ce qu’il voulais dire, et je pense que ce ne serai pas trop compliqué à faire (enfin, aujourd’hui, si, vu que le monde tourne autour du pétrole…….

        Si les avancés avais été aussi fulgurantes au niveau electrique que pétrole, sa ferai 40 ans minimum qu’on ne “polluerai plus”

        1. On vient de redécouvrir le mouvement perpétuel.
          Je fabrique de l’hydrogène et de l’oxygène avec de l’électricité et je refabrique de l’électricité en brûlant l’hydrogène avec l’oxygène. Et en plus j’arrive à faire avancer ma caisse entre temps.
          Merci Yann pour cette contribution historique :)

        1. Je sais que la production d’hydrogène demande énormément d’électricité, mais bon avec un moteur surnuméraire (ou toute autre énergie libre qui existe, mais qui son “bloqué”
          Enfin en gros, on aurai pas besoin d’hydrogène si l’on “débloque” les énergies libre…

          Ou alors (pour être con) Batterie qui alimente le système de production d’hydrogène qui alimente le moteur qui alimente un générateur qui alimente la batterie.. etc, etc

        2. L’énergie libre est une énergie intrinsèque de l’objet en question et c’est une énergie inexploitable.
          Et pour ta deuxième idée c’est totalement impossible car ce cycle que tu décris va s’épuiser de lui même du fait d’un rendement < 1 pour chaque étape par perte d'énergie par effet joule entre autres.

        3. @Yann: Vous êtes libre mercredi soir ? Parce que j’organise un repas avec des amis, et j’aimerais BEAUCOUP que vous veniez ! On va parler de thermodynamique et de magie, aussi.

        1. Que ne comprenez vous pas dans “pour être con” j’aurai pu le remplacer par “en rêvant”, “dans un monde imaginaire”…

          Pas gros, désolé mais j’ai déjà un dîner à préparer…

        2. @yann
          j’ai pas eu besoin d’aller jusqu’à “pour être con”, je me suis simplement arrêté à “énergie surnuméraire”, c’était amplement suffisant.
          PS : Essaie de préparer du poisson, c’est bon pour le cerveau…

    2. La production d’hydrogène demande de l’énergie … il n’existe pas encore sur cette planète un système capable de faire passer la matière d’un état à un autre sans consommer (perdre) de l’énergie.
      Par exemple, pour la production d’hydrogène par électrolyse (ce à quoi tu sembles faire référence en parlant d’eau), l’énergie générée par l’hydrogène produit, correspond environ à 30% de l’énergie consommée pour produire cet hydrogène.
      Donc l’électrolyse offre un rendement d’environ 30%.
      Oui mais ensuite il faut utiliser cet hydrogène dans un moteur à combustion qui à lui aussi un rendement inférieur à 1. Donc à nouveau perte d’énergie.
      Au final utiliser directement l’électricité dans le moteur permet de perdre moins d’énergie que de passer par un cycle de production d’hydrogène.

      Autre problème : l’hydrogène est le plus petit atome existant … par conséquent, il arrive à traverser doucement toute structure de molécules plus grosses que lui. En d’autres termes, l’hydrogène arrive à se diffuser au travers de la matière et il est très difficile à conserver sur du long terme (ou alors il faut une pression externe au réservoir plus importante qu’à l’intérieur).

  3. Quand il y aura un accident nucléaire grave en France, ce qui est inéluctable, on se mettra a la recherche de GROS pour nettoyer les zones contaminées. …

    1. Alors ça c’est vraiment discutable.
      Si on fait comme au japon où l’état délègue tout contrôle des centrales à des sociétés qui ne cherchent que le profit et se foutent des règles de sécurité les plus simples alors oui, un accident peut arriver. Mais si on maintient un contrôle strict sur la sécurité au travers d’agences officielles et compétentes alors il n’y a aucune raison que ça foire.
      De plus il existe aujourd’hui des technologies de réacteurs beaucoup plus sûres que les générations actuelles et je ne vois pas en quoi ce serait un problème de les utiliser en attendant le fusion.

        1. Tout allais bien au Japon avant Fukushima, ils se disait que tout était sous controle, bla bla bla, on connait la suite.
          Si vous croyez un seul instant que le prestataire qui sous traite a pas cher tout et n’importe quoi dans les centrales pour s’en foutre plein les fouilles a comme priorité la sécurité, vous vous plantez complétement.

          Enfin, on voit tout de suite que vous n’étiez pas dans le train de Brétigny sur Orge pour constatez les dégats de la lutte sans merci de la sécurité contre le profit…

        2. @??
          Documente-toi un peu sur le déroulement de la catastrophe. Tu verras que c’est à cause d’un enchaînement ininterrompu de sécurités successives qui auraient du marcher et qui ne l’ont pas fait parce que Tepco se foutait éperdument de la sécurité. A mille endroits différents s’ils avaient fait leur boulot correctement la catastrophe aurait pu être évitée. C’est à pleurer. C’est pas pour rien que le directeur est resté dans la centrale. C’est un peu sa manière de reconnaître son erreur et se faire un seppuku nucléaire.

    2. Les 44% de la production d’élec des Allemand faite au charbon participe à faire des dizaines de milliers de morts par an. En plus il nous achète de notre électricité nucléaire…
      Depuis que les centrales nucléaire existe, combien d’accident ?
      Et depuis, combien de millions de tonnes de pollution on fait les centrales à charbon ?

  4. Alors pourquoi l’hydrogène ? Plusieurs raisons :
    – Parce que son pouvoir calorifique est nettement supérieur à celui des hydrocarbures que sont l’éthanol, ou le méthanol par exemple (de plus le méthanol est assez toxique)
    – Parce que la combustion des hydrocarbures va dégager du CO2 alors que la combustion de l’hydrogène va donner de l’H2O
    – Parce que les réserves en hydrogène sont en théorie casi infinies du fait qu’il est produit à partir de l’électrolyse de l’eau
    – Le seul réel inconvénient vient de l’électrolyse elle-même qui nécessite de grandes quantités d’électricité qui doit donc être produite de façon propre

    1. Sauf erreur de ma part, à l’heure actuelle la grande majorité de l’Hydrogène “produite” est récupérée dans l’air. Pour Ariane par exemple il me semble que c’est “Air Liquide” (cf CAC40) qui fournir Oxygène/Hydrogène et qui les produits en les récupérant dans l’air (comme l’azote, argon etc…). Cette façon de faire consomme tout de même énormément d’énergie.

      1. Possible, je n’en sais rien, en revanche cela me surprend car l’hydrogène est un gaz assez réactif qui s’oxyde très facilement donc il y a vraiment peu de chance de le retrouver à l’air libre sous forme exploitable. S’il est présent ça va être à l’état de trace ; ça peut être à la limite suffisant pour remplir qques fusées mais à mon avis les capacités de production de cette technique seraient bien trop inférieures à la demande s’il advenait que ça se démocratise comme carburant automobile.
        Mais tt cela n’est que pure spéculation de ma part

      2. Té, moi aussi je vais spéculer, mais peut-être qu’ils ont besoin d’isotopes précis, et qu’on les trouve plus facilement dans l’air que dans l’eau ?
        J’aimerais bien savoir en fait…

      3. Non les isotopes de l’hydrogène que sont le deutérium et le tritium n’ont d’intérêt que dans la fusion nucléaire comme dans le réacteur ITER

    2. L’eau potable ne me semble pas être une denrée inépuisable, et la désalinisation une connerie écologique.
      On vous a donné que la moitié des infos…

  5. D’ailleurs pour tous ceux qui sont plus ou moins intéressé / concerné vous pouvez vous faire vous même votre générateur d’hydrogène appeler générateur HHO ou réacteur / moteur pentone afin d’économiser du carburant s

  6. Toutes ces nouvelles voitures écolos n’arriveront pas tant qu’il y a du pétrole à vendre.
    De plus ça obligerait de gouvernement à rendre visible une sorte de TIPP sur l’électricité et autres !

  7. J’allais donner la recette du moteur a eau qui allait révolutionner le monde, mais je me suis fait avoir par le refresh automatique de giz.
    Tant pis…

  8. Attention a ne pas confondre énergie “propre” et “renouvelable” deux concept compatible mais différent.
    Pour le nucléaire et le cas du Japon en particulier, je pense que notre annonce national de sécurité Nucléaire n’aurai pas non plus anticipée la catastrophe. Mais il est vrai que cette énergie reste la plus propres mais pas assez chère, un prix plus élevé devrai permettre de renouveler le parc nucléaire pas des centrale nouvelle génération plus sûre et a investir dans le recyclage propre des déchets.
    L’hydrogène est aussi une bonne chose mais chère et le loby pétrolier n’aide pas à essayer.

  9. ” D’ailleurs, pourquoi avoir choisi ce gaz liquéfié plutôt qu’un carburant déjà liquide comme le méthanol ”

    Parce que le méthanal n’existe quasiment pas à l’état naturel et que sa synthèse à grande échelle est tout aussi problématique, qu’il est hautement toxique et lui aussi inflammable.

    1. ne pas confondre méthanol et méthanal, l’un appartient à la famille des alcool et l’autre des aldéhydes, d’autant que le méthanal n’est pas spécialement inflammable
      Apres que se soit l’un ou l’autre, je suis d’accord qu’ils sont tt les deux toxiques même si ce n’est pas tt pour les même raisons

  10. Ce qu’il ne faut pas entendre! Ces quoi c’est la discussion des chimiste du dimanche!!! C’est sur que le méthanol est toxiques tous comme l éthanol ou même l’eau!!!! Tous est question de dosage! Après on ne ta pas demandé de boire le contenu du réservoir!

  11. À titre personnel, la voiture à hydrogène, c’est juste le remplacement de l’essence par de l’hydrogène liquide. Certes, ceci est une alternative à l’essence, mais on ne trouve pas ce genre de distributeur en rase campagne. De plus, le tarif de l’hydrogène liquide est probablement proche de l’essence, alors quel intérêt ? Je mise beaucoup plus sur les super-batteries au graphite, c’est à dire ces piles qui se rechargent en 10-15 minutes sur une simple prise secteur. Que les constructeurs fabriquent des voitures électriques confortables et capables de tenir à 140 km/h pendant toute une journée (12 heures) avec ce genre de batterie, et je considérerai l’achat d’une voiture comme un bel investissement. Autrement…

    1. Oui les batteries graphène sont très prometteuses pour le côté “recharge rapide” mais au final cela ne fera que déplacer le problème de production d’énergie. Au lieu de produire cette énergie avec l’essence, il faudra la produire avec autre chose (du nucléaire dans ce cas précis).
      Déjà que les centrales actuelles peinent à répondre à la demande en électricité de la population, si on se met tous à rouler à l’électrique, il va falloir construire 15 centrales de plus. Les écolos vont faire la gueule …
      Sinon pour l’hydrogène, il me semblait qu’on avait découvert un gisement d’Hydrogène liquide en Alaska ou en Sibérie je sais plus… ça pourrait convenir pour être utilisé en remplacement du pétrole, mais reste à savoir quelle quantité est exploitable, à quel coût, et pour combien de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité