Les réformes bien mystérieuses du programme PRISM

obama conference presse snowden

Dans un important discours fait ce vendredi, le président Obama a revu à la baisse les opérations de surveillance de la NSA et a redéfini la façon dont les Etats-Unis recueillent les renseignements à l'étranger. Bilan.

Pour résumer simplement, le Président des Etats-Unis a ordonné la fin du programme d’espionnage de métadonnées téléphoniques sous sa forme actuelle et également la surveillance des dirigeants étrangers. Au-delà de cela, cependant, l’avenir reste sombre.

Un ensemble de réformes…

Plus qu’une unique mesure, Obama a effectivement abordé plusieurs réformes, dont certaines proviennent des recommandations d’un comité consultatif mis en place pour corriger les pratiques d’espionnage déviantes de l’Amérique. La principale actant que la communauté du renseignement doit obtenir l’approbation du tribunal avant de pomper dans la vaste base de données téléphoniques. Fort de ce point, le gouvernement a également statué sur :

  • Une nouvelle directive présidentielle pour la collecte des renseignements
  • Un ensemble de réformes des programmes et procédures pour assurer une plus grande transparence de la part de la communauté du renseignement
  • De nouvelles réformes visant à limiter la quantité d’informations recueillies sur des cibles étrangères en vertu de l’article 702
  • Un changement de politique de la sécurité nationale pour une période de temps limitée afin d’augmenter la transparence
  • Mettre un terme à l’article 215 traitant de la collecte de métadonnées téléphonique en vrac en faveur d’un « nouveau mécanisme ».

 

… Qui reste particulièrement flou…

Tout cela semble assez vague. Le président ne rentre pas dans les détails et ne précise nullement comment la collecte de renseignements sera effectuée à l’avenir. Il continue d’insister sur l’idée d’accroître la transparence, de procéder à de petites corrections législatives, et sur la nécessité de mettre en place un comité externe pour protéger la vie privée. En ce sens, un haut responsable de la Maison Blanche sera nommé pour mettre en œuvre des mesures de protection des renseignements personnels.

D’autres recommandations du comité consultatif ont été purement et simplement ignorées. A aucun moment n’ont été abordés des thèmes comme la création de « portes dérobées » ou la capacité de forcer le cryptage. En somme, il est impossible de dire ce à quoi ressemblera le système de surveillance de l’agence gouvernementale à l’avenir. Pour l’heure, un mystérieux « procédé » sera mis en place, ce qui en d’autres termes signifie que la collecte massive de données continuera, quoique sous une forme légèrement restreinte.

… Suffira-t-il a regagner la confiance perdue ?

Obama concède que les Etats-Unis doivent désormais rétablir la confiance avec les nations étrangères. Dans son discours, il a réaffirmé que les Etats-Unis « utilisent uniquement ces renseignements à des fins légitimes, pour la sécurité nationale » et non pas « pour supprimer toute critique ou dissidence » ou « désavantager des individus sur la base de leur appartenance ethnique, race, sexe, orientation sexuelle ou conviction religieuse ». Il a ajouté que les Etats-Unis ne « recueillent pas les renseignements pour fournir un avantage concurrentiel aux entreprises américaines, ou aux secteurs commerciaux des États-Unis ». Donc, le gouvernement s’engage à ne plus espionner Angela Merkel ou d’autres dirigeants étrangers.

Ce discours et ces réformes ne sont pourtant pas une fin en soi, c’est désormais aux tribunaux et au Congrès de parfaire les détails des annonces génériques formulées par Obama. Mais surtout, c’est aussi le devoir de chaque individu que de continuer à se battre pour son droit à ne pas être espionné.

Tags :Sources :THE WHITE HOUSEVia :washingtonpost
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité