Pourquoi la sonde Rosetta court-elle après la comète ?

En envoyant un faible bip depuis le fond de l’espace, la sonde Rosetta a donné le sourire à toute la communauté scientifique. Car cette petite sonde porte sur ses frêles épaules photovoltaïques la plus ambitieuse mission européenne de cette année : poser un mini-laboratoire sur une comète !

Pour bien comprendre pourquoi cette mission est digne d’un film de science fiction, il faut faire preuve d’imagination. En 2004, l’Agence spatiale européenne et les scientifiques du CNES envoient après plus de 10 ans de travail la sonde Rosetta et son atterrisseur Philae en orbite.

Pour le coût d’un milliard d’euros, le plus lourd budget pour une mission européenne, la sonde Rosetta s’est envolée et a pris de la vitesse en passant à proximité de la Terre, puis de Mars, puis de la Terre, puis d’un astéroïde, puis de la Terre encore, puis d’un astéroïde avant d’entrer en hibernation en juin 2011 et de foncer à proximité de l’orbite de Jupiter.

Imaginez un peu la tonne de calcul qu’il a fallu faire pour que la trajectoire de la sonde soit parfaite. Même si la sonde mesure près de 32 mètres d’envergure avec ses panneaux solaires déployés, il ne faut pas oublier qu’elle doit viser une comète perdue à 673 millions de kilomètres de sa maison natale. La moindre erreur de virgule pourrait projeter la sonde très loin de son but.

Mais le plus dingue est encore à venir. Si tout se passe bien, Rosetta va poursuivre la comète Churyumov-Gerasimenko et l’étudier pendant plus de 18 mois en se tenant à une distance de 100 kilomètres seulement. C’est le rendez-vous le plus folklorique de la galaxie. Surtout que Rosetta va lui envoyer un baiser sous la forme d’un petit laboratoire qui s’appelle Philae. Cet atterrisseur a pour mission de se poser en novembre sur le noyau de la comète qui mesure 3 km sur 5 km, et tourne sur lui-même en 12 heures environ.

rosetta-philea

C’est la première fois que des données seront directement prélevées et analysées sur une comète. Pour les scientifiques, les comètes sont les vestiges des éléments qui ont permis la naissance des planètes. Étudier une comète, c’est mieux comprendre comment s’est formé la Terre, mais aussi l’univers. C’est selon Philippe Gaudon, le chef du projet Rosetta au CNES à Toulouse, de “l’archéologie spatiale”.

Maintenant que vous visualisez bien la complexité de cette mission et ses enjeux, vous imaginez un peu le soulagement des équipes quand la sonde a envoyé un faible bip pour confirmer qu’elle était bien réveillée. Aujourd’hui, la mission continue. Et franchement, il y avait de quoi retenir son souffle. La sonde a passé plus de 30 mois en hibernation, seule et sans pile nucléaire pour la réchauffer dans le froid spatial. Maintenant qu’elle se réchauffe, nous lui souhaitons bonne chasse à la comète !

Tags :Sources :Mission Rosetta
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. “Pourquoi la sonde Rosetta COURT ELLE après…” Il me semble non ? C’est ça de rédiger les articles tard la nuit 😉

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Ce n’est pas une histoire nuit avancé… Mais plutôt un problème de maîtrise de la langue. N’est pas journaliste qui veux. Dommage pour le CFJ.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Quand vous essayez de reprendre quelqu’un, il faut s’assurer de la pertinence de votre remarque.

      Chusky: « Pourquoi la sonde Rosetta COURT ELLE après… » Il me semble non ?

      Je ne comprends pas votre phrase, la sonde est courte? Petite?
      Pour info le verbe courir ne se conjugue jamais de la manière dont vous l’avez orthographié.

      Pas glop, vous n’avez aucun avis sur la question. Vous ne vous êtes posé aucune question concernant l’orthographe, vous vous êtes empressé de crier au loup comme tout bon mouton qui se respecte.

      1. Bonjour à toi,
        Bah si justement, sans vouloir être désagréable cela s’appelle le présent.
        Et les 2 formes de conjugaison sont valables.
        Dans le cas de Norédine c’est du subjonctif => il est pas trop sure! 😉
        Dans le cas ennoncé par Chusky => il en est sure.

        Un petit lien de conjugaison
        http://www.ortholud.com/conjugaison/verbes/3groupe/courir.php

        Et pour illustrer mes propos sur l’utilisation du subjonctif
        http://www.etudes-litteraires.com/forum/topic2489-nuances-entre-le-subjonctif-et-lindicatif-dans-une-question.html

        Et pour une fois qu’on a un article qui sort de l’ordinaire(autre que Apple ou Samsung), nous n’allons pas faire les fines bouches.

        Cordialement et bonne journée

        Yaya

  3. @Yves : je suis d’accord avec votre première phrase mais je reste encore septique : je cours, tu cours, il court… Pourquoi cours-je ? Pourquoi cours tu ? Pourquoi court-il/elle ? Je n’invente rien je vous assure… L’un de nous deux doit être mal réveillé :)

  4. Bonjour,

    Euh… courir, au présent de l’indicatif : “elle court”, donc en forme interrogative : “court-elle ?”

    Il y a bien le subjonctif pour vous donner raison (“qu’elle coure”), mais ça n’est pas adapté ici.

    Chusky et Pas glop ont donc raison, tout mouton qu’ils soient…

    frz

  5. Chusky a raison, pas glop aussi… On ecrit : ” court-elle ” du verbe courir, 3 ème groupe… Indicatif présent. Le journaliste a utilisé le subjonctif à tort… Votre médiocrité me consterne… Quand on est ignorant ou analphabète, il faut avoir l’intelligence de se faire discret… Au mieux de se taire…

    1. Et sinon, plutôt que de critiquer l’auteur, peu importe son niveau en orthographe, si on commentait le billet, ou ne venait pas ici tout simplement si c’est pour critiquer systématiquement.
      Sinon, je ne crois pas qu’aucun des membres de Gizmodo ne prétende être journaliste. Ils relayent des infos point barre, et si vous n’êtes pas contents, cassez vous.

      1. aucun des commentateurs ici ne prétend être aimable.
        si tu n’es pas content des commentaires trop critiques : casse toi pov’ C…ulé

        Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    2. “il faut avoir l’intelligence de se faire discret” malheureusement, les abrutis dans votre genre ont du mal avec la discrétion et c’est bien dommage !
      il y a des façons de dire les choses, et votre ton digne d’un gamin capricieux est totalement inapproprié !

  6. Bonjour,
    c’est bien “court-elle” et c’est corrigé.
    Désolé pour cette grosse “fôte” ! ça m’apprendra à rédiger si tard, mon correcteur orthographique modifie des mots à la volée et d’habitude je surveille son zèle un peu mieux.
    Sinon, c’est plutôt cool que cette sonde fonctionne encore, non ?

    1. Mais c’est carrément cool ouais. D’une part c’est une grande première que d’aller poser un objet sur une comète, et de deux ce ne sont ni les américains ni les russes, mais bien les européens qui vont le faire.
      Ca me fait penser à Deep Impact.

      Sinon, pour l’orthographe ou les commentaires inutiles, oublie, ce sont des frustrés qui ne savent faire autre chose que critiquer.

    2. C’est sur, à plus d’un milliard le morceau c’est plutôt cool que ça marche :)
      Le mathématicien en charge des calculs devait être en grosse dépression !

      1. C’est clair que calculer sa trajectoire n’a pas du être de tout repos.
        Passer x fois à proximité de la terre pour accélérer et être dans le bon timing surtout pour s’approcher de la comète à la bonne vitesse. Y a pas à chier, ils sont bons nos astronomes.

        Par contre, quand l’atterrisseur (acométisseur !) va se trouver en phase d’approche, il va faire comment pour naviguer au milieu des débris de la queue de la comète, sans s’en prendre un en travers de la tronche ?

    3. (Mode sarcasme) Sapristi, vous les rédacteurs de Gizmodo êtes vraiment des incompétents du journalisme avec votre orthographe faillible. Je suis indigné. Moi pendant ce temps, je clique…dans le vide…désespérément…Ma vie est nulle.

  7. Pour le coût d’un milliard d’euros, les mots me monque quand je voit tout c’ette argents qui peut servire a aidé des gens qui sont dans le besoin sur notre planet meme si demain on trouve une vie extra terreste nous allons leur dire qua si il sont plus inteligent que nous que on a bien niké la planet polué exterminé pluseur espece animeaux vegeteaux que on laisse mourire de faim nous somblabe et que on ce fait la geurre depuis la nuit des temps .je pense que le plus urgent c’est vraiment pas ca

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Effectivement, le plus urgent serait que tu reprennes des cours de français, parce que là on est aux limites de la compréhension…
      Ça c’était pour la forme, pour le fond je préfère même pas me prononcer.

    2. Vous serez alors très surpris de connaitre le budget journalier que l’homme utilise pour faire la guerre. Le milliard d’euros utilisé pour cette mission n’est pas jeté par les fenêtres mais tombent dans les poches des salariés du projet, chercheurs, constructeurs, la recherche, l’innovation…Bref un investissement plus humain que vous ne le pensez.

  8. Je suis toujours autant fasciné par le potentiel de l’humanité ^^

    Quand on arrive à faire des choses pareilles, je me dis (sans trop en douter) que les problèmes plus terrestres… que ce soit la faim, l’énergie, la pollution… ne restent d’actualité non pas par soucis de moyen, mais bien parce qu’on le permet.

    Si les humains étaient des bisounours qui se serrent les coudes… au lieux de se aire la guéguerre à tout va.
    Ces problèmes seraient certainement déjà derrière nous… mais ça c’est être plus qu’utopiste ou rêveur ^^ C’est carrément de la folie.

  9. L’erreur est humaine…une petite faute n’est pas la fin du monde!
    Au contraire, avec ce super article on s’ouvre de nouveaux horizons!
    Belle mission et surtout quelle prouesse technique et humaine!
    Imaginez juste un instant les calculs a faire!
    Même si on est aidé par des super calculateurs, ça n’abaisse en rien la qualité du travail de ces hommes et femmes!

  10. Si cette mission est surveillée de près et que le bip était tant attendu, c’est que l’on parle du futur ici et de l’extraction de matière première sur des corps célestes. Alors à mon avis 1 milliard de dépensé n’est rien comparé aux retombées possibles.
    Le plus inquiétant je pense c’est de se dire que l’on peut continuer de piller inutilement la Terre vu que demain on pourra avoir les ressources dans l’espace…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité