Avant le décollage, un passager prend en photo une grosse fuite de carburant

Si l'avion est un moyen de transport relativement sûr, nul n'est à l'abri d'une catastrophe. Parfois, les problèmes sont détectés suffisamment tôt et c'est encore mieux lorsque pareille chose se fait avant le décollage. C'est précisément ce qui est arrivé tout récemment, un passager a détecté un problème juste avant de quitter la terre ferme.

Une grosse catastrophe a probablement été évitée grâce à la vigilance d’un passager, une passagère, en l’occurrence, Ann Kristin Balto de Tromsø. Alors que l’avion est stationné sur le tarmac, elle jette un œil par son hublot et ce qu’elle voit à de quoi faire… paniquer : une grosse fuite de carburant sur l’aile droite. Une fois le personnel de bord alerté, le vol de la Norweigan’s Airlines a immédiatement été annulé. Un porte-parole de la compagnie a pourtant tenu à préciser que « le pilote aurait tout de même été averti de la fuite par ses instruments. »

Cet incident est survenu sur un Boeing Dreamliner, une série qui malheureusement semble accumuler les avaries ces derniers temps. Rien ne dit que la faute soit à imputer à la compagnie aérienne ni même à Boeing. Un technicien pourrait très bien avoir mal refermé la valve de carburant, l’enquête le dira. Espérons cela dit que la série noire cesse, pour le constructeur aéronautique comme pour les passagers…

Tags :Sources :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Airbus : Le confort dans les airs… et pas de fuite !

    Même si ça serait un peu de mauvais goût, j’avoue qu’une petite punchline de ce genre me ferait marrer

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Pour le confort des Airbouse on repassera. Quand ce n’est pas l’eau qui vous coule dessus à partir du plafond à cause la condensation, la finition intérieure qui laisse entrevoir la laine minérale et les sièges inconfortables et trop étroits, ce sont les fuites de carburant qui nous obligent à atterrir d’urgence aux Açores.

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Même avec une telle fuite les risques sont fait faibles.

    Si l’avion décolle malgré la fuite le pilote aurait détecté une baisse du carburant qui l’obligera à revenu se poser a l’aéroport en urgence.

    1. Bien sûr les risques sont très faibles, c’est pas comme s’il y avait un réacteur juste à côté prêt à enflammer le carburant fuyant. Cela n’a d’ailleurs jamais causé de crash de Concorde. Maintenant ferme-la et laisse les adultes parler.

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  3. c’est le trop plein carburant qui a dégueuler,
    c’est tout a fait normal sur ces avions…
    le coupling de remplissage se trouve a coté de la turbine, donc pas une erreur du technicien..

  4. Cela correspond à un trop plein ou un vide-vite.

    Le principe du trop plein a été expliqué plus haut, la mise en pression des réservoir peut provoquer ce genre de rejet.
    Le vide-vite permet un délestage du réservoir en cas d’atterrissage d’urgence pour éviter de dépasser la masse maximale à l’atterrissage.
    Dans ce cas il peut s’agir d’une vérification du bon fonctionnement de la vanne, d’une erreur ou d’un délestage abusif.

    Dans tous les cas il ne s’agit pas d’une fuite d’un réservoir !

    1. Le dreamliner a effectivement des fuites de carburant … Cela fait partie des nombreux problèmes de cet avion. S’il ne s’agissait pas d’une fuite, le vol n’aurait pas été annulé !

      1. S’il s’agissait d’une fuite de carburant, tous les dreamliners seraient aujourd’hui cloué au sol. Et encore une fois un rejet de carburant ne signifie pas que l’appareil fuit.
        Par contre la procédure est claire, si un rejet de carburant est visible, on contrôle donc retour au parking pour être sur que ce ne soit pas une fuite justement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité