Larousse oublie la propriété intellectuelle des twittos

Faire un livre "best-of" ou recensant les "perles de" est en soi une idée relativement bonne, il donne l'occasion de s'offrir une bonne tranche de rigolade. Encore faut-il que cela soit fait en bonne et due forme. Larousse vient d'en faire les frais avec son ouvrage « Les perles des tweets et du Net ».

Ce livre de la collection « Les petits bêtisiers » souhaitait recenser les meilleurs mots d’esprit tweetés. Se voulant 100% véridique, il aurait été de bon ton de respecter leurs auteurs en faisant clairement apparaître leur nom, ce qui a tout simplement été omis. Et cette simple absence fait passer l’ouvrage dans le rang de contrefaçon, le droit de courte citation ne s’appliquant pas, puisque l’intégralité de l’œuvre – le tweet – est ici repris.

S’il est possible de les reprendre dans les médias, via les tweets incorporés (« embedded »), ils « peuvent relever de la propriété intellectuelle » selon Maître Anne Cousin, ce qui est précisément le cas avec les tweets de ce livre.

Les auteurs pourraient même ainsi se retourner contre Larousse. Certains sont des utilisateurs lambda, d’autres jouissent d’une notoriété certaine, comme Bernard Pivot dont neuf tweets figurent dans « Les perles des tweets et du Net ». Alors, pour tenter de couper court à tout problème juridique et éteindre la polémique, Larousse a décidé de stopper la commercialisation dudit ouvrage.

Tags :Sources :Slate
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Dans un article sur les perles, dont le massacre d’expressions figées, il aurait été de de bon TON de ne pas écrire « de bon temps » ! (L’expression que j’avais mise entre chevrons dans mon commentaire précédent n’est pas passée.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité