Tim Cook : Apple n’offre pas d’accès backdoor à la NSA

Tim Cook

Visiblement, jamais Apple ne se serait acoquiné avec la NSA, et Tim Cook, le PDG de la firme, tient à le faire savoir !

D’ailleurs, Tim Cook est tellement sensible sur le sujet de la sécurité des données des utilisateurs de produits Apple qu’il n’a pas manqué de le faire savoir par une formule assez… étonnante. Selon lui, il faudrait que la NSA se décide à enfermer les employés de la firme à la pomme pour un jour avoir accès à ses serveurs. La déclaration fut même faite devant les caméras de la chaîne de télévision ABC, à l’occasion d’une entrevue ayant également donné l’opportunité à Cook d’affirmer sa volonté de transparence poussée à l’extrême lorsqu’il est question des pratiques internes d’Apple.

Il n’empêche : l’interview en question n’a pas encore été diffusée à la télévision, et vous pourrez uniquement en voir un teaser pour le moment :


See more US News from ABC|World News

On espère que cette entrevue sera également l’occasion d’en savoir plus sur la stratégie d’Apple concernant les « wearables devices ».

Début janvier, Apple avait publié un communiqué de presse, affirmant là encore ne jamais avoir collaboré avec la NSA :

« Apple n’a jamais travaillé avec la NSA afin de créer une porte dérobée sur aucun de nos produits, iphone inclus, rendant leur surveillance plus aisée. De plus, nous n’étions pas informé de ce programme de la NSA visant nos produits. […] Nous allons mener une enquête approfondie, et prendre les mesures adaptées afin de protéger nos clients. »

Tags :Via :engadget
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ils ont tout résumé dans les comm’ précédents:

    – Ok ouais
    Et la marmotte…

    – Je pense que la NSA n a pas de mal à pirater un iphone vu les failles de sécurité

    J’ajouterai simplement: Tim, menteur !

  2. vu les milliards de personnes concernées ça en fait sacrément des parts de marché pour android et windows….
    Ne pas collaborer ne veut pas dire que ses machines sont imperméables à la NSA.

  3. Un véto présidentiel n’est surement pas gratuit.
    A moins que ce soit Washington et la NSA qui soient aux ordres de la iNSA
    Mais non je plaisante, de nos jours dans une démocratie, des histoires comme la CIA et iTT sont impossibles.

    1. Quoique il parait qu’en interne la NSA surnommait Steve Jobs « big brother »
      Allez savoir pourquoi ?
      Mais non ça ne tient pas debout, jamais le Sénat américain laisserait faire, la preuve c’est que certains d’entre eux s’opposait à l’utilisation de produits chinois qu’ils pensaient « douteux » pour la sécurité nationale. :)

  4. Apple consentant ou pas à la surveillance de ces utilisateurs, je pense que la NSA n’a pas besoin de leur accord. Je pense aussi que la collecte de donnée de la NSA vise plus loin que le système, ainsi il n’y a pas nécessairement besoin d’un backdoor pour récupérer les données mais simplement d’une surveillance des ondes radios qui à humble avis ne sont pas chiffrées.

    C’est pareil avec tout les géants du net.

    J’évalue peut être mal l’ampleur et le pouvoir de la NSA, mais je pense que la Vérité n’est pas aussi simple que « Apple est coupable de collaborer », sinon ça ne serait même pas dis. Je pense que certaines de ces soi disantes fuites sur Internet n’en sont pas et ne font qu’influencer le lecteur dans un choix plutôt qu’un autre. Alimentant ainsi Internet de débats stériles et d’articles influençant le consommateur.

    Par exemple, même le site Gizmodo étant ce qu’il est et étant sur un serveur qui ne lui appartiens pas nécessairement, ses données appartiennent avant tout à l’hébergeur du serveur et sont sur le disque dur de celui-ci. Parle-t-on d’espionnage ? Non. Pourquoi ? Parce que cette collecte (passive ou pas) est consentie.
    Faut pas faire l’amalgame entre le fait que la NSA pirate/détourne les données et le fait qu’une entreprise soit impliquée dans l’écoute intergouvernementale. Ces 3 géants du numérique ne sont pas les seuls, car n’est pas cité Cisco, Huawey, IBM, Akamaï, … certainement aussi exploité par la NSA.

    Ceux qui pensent encore que c’est pour les terroristes, posez-vous la question qui provoquent et financent les guerre ? Qui fabrique les (cyber)armes ?… C’est plus compliqué que « il y a des gentils et des méchants » – les uns utilisent les autres pour justifier certains actes.

    J’en connais beaucoup qui se disent « je ne me reproche rien alors je crains rien » :

    1- c’est pas parce que tu te reproches rien que tu peux laisser quelqu’un que tu ne connais pas tout savoir de toi ;

    2- ce qui est su de toi est vendu, et perso, en plus que je n’aime pas que quelqu’un que je ne connais pas sache tout de moi, j’aime encore moins qu’il vende ces informations ;

    3- les CGU et autres merdes illisibles sont systématiquement acceptées et cela nous fait accepter de devenir une ressource et non plus un être humain ;

    4- ce que nous produisons dans le cyber-espace ne nous appartient déjà pas, cela appartient au détenteurs des serveurs, alors ce qui est sur ma machine, j’aimerais que ça ne soit qu’à moi ;

    5- je ne prône pas pour autant l’anonymat total sur Internet, mais prônerait plutôt une responsabilité cyber-citoyenne.

    Je comprends pourquoi tout est autant surveillé, et j’avoue que je pourrais avoir tendance à surveiller mes enfants sur Internet pour qu’ils ne se fassent pas cyber-lynchés ou pour qu’ils ne deviennent pas des agresseurs eux mêmes car la sensation que peut procurer la liberté sur Internet peut donner un sentiment de pouvoir, qui peut être malsain selon la nature et l’éducation de l’individu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité