Il publie 14 000 titres sur Spotify… et gagne plutôt bien sa vie !

En musique, il y a ceux qui sortent souvent des albums - parfois trop, même - et ceux qui n'en sortent qu'un tous les dix ans. Il y a aussi une autre catégorie, celle dont Matt Farley fait partie, un genre tout à fait singulier d'auteur-compositeur-interprète. Présentation d'un phénomène vraiment peu ordinaire.

En 2008, Matt Farley, un Américain d’une trentaine d’années, sent l’explosion à venir dans les services de streaming musical. Outre les recommandations des services comme Spotify ou Deezer, certains titres se « vendent » bien parce qu’ils contiennent dans leur titre des mots précis. C’est précisément ce qui a motivé notre homme à se lancer dans la création intensive de chansons : « Si quelqu’un cherche un terme particulier, Farley a forcément une chanson qui en parle. »

C’est ainsi que, depuis six ans, Matt Farley consacre trois jours par semaine à écrire des chansons, entre 5 et 100 titres quotidiennement, 20 en moyenne, et à les rendre disponibles sur les services de streaming existants. A ce jour, cet homme du Massachusetts a déjà plus de 14 000 titres à son actif, tous créés depuis son sous-sol.

Comme si la création musicale ne suffisait pas, il a créé de nombreux « groupes » et un nombre incalculable d’albums. « Papa Razzi and the Photogs » compte par exemple dans sa discographie quelques 22 albums, comprenant chacun entre 20 et 40 titres, tous dédiés aux célébrités, qu’elles soient issues de la politique, de la littérature ou même du sport…

De la même manière qu’une marque ou un site cherche la visibilité sur le Net, Matt Farley cherche à être présent dans chaque recherche d’amateurs de musique. Et ça marche ! En 2013, son catalogue lui a rapporté 17 000€. S’il n’est pas motivé par l’argent, c’est davantage le concept et la façon de faire qui l’intéresse, et il adore enregistrer des chansons.

Mais tout le monde ne voit pas cela d’un très bon œil, certains artistes renommés par exemple – Thom Yorke pour ne pas en citer -, mais qu’à cela ne tienne : « Je trouve que les Spotify et autres services de streaming sont fantastiques. […] Sans eux, personne n’écouterait ma musique et je ne gagnerais rien. Seuls les musiciens trop payés, élitistes ou dépassés se plaignent. »

Tags :Sources :The Guardian
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité