Ils viennent de résoudre un des plus grands problèmes de l’informatique quantique

L'informatique quantique est une promesse technologique passionnante, mais sans cesse insaisissable. Les raisons sont multiples et l'une d'elle et que les scientifiques n'ont pas été en mesure de repérer efficacement les erreurs dans les calculs quantiques. Oh ! Mais ça, c'était avant.

En résumé, quel est le problème ?

Contrairement à un système numérique dit « normal » qui s’appuie sur ​​des données codées en chiffres binaires (les fameux 0 et 1), le calcul quantique utilise un autre élément de base : le qubit ou bit quantique. Un bit classique se trouve toujours soit à l’état 0, soit à l’état 1. Il n’a aucune autre possibilité. Un qubit se trouve, dans le cas général… entre les deux !

Parce que chaque qubit peut assumer un tel éventail de valeurs, un petit nombre d’entre eux peut contenir une quantité folle de l’information. Imaginez ce potentiel : seulement 100 qubits peuvent stocker 1 267 650 600 228 229 401 496 703 205 375 de nombres différents… Aucun ordinateur moderne n’est capable de telles performances.

Parfait sur le papier, mais bien plus complexe dans la réalité. Traditionnellement, les erreurs des états quantiques ont été impossibles à corriger, car même un acte aussi simple que de les observer en modifie la valeur. La seule solution était de décider d’un seuil de tolérance et d’un taux d’erreur acceptable.

Il n’y a pas de problème, mais que des solutions (sinon, c’est qu’il n’y a pas de problème)

Une équipe de physiciens vient donc de démontrer qu’il était désormais possible de repérer et de corriger les erreurs pendant le stockage des états quantiques, au sein d’un diamant. PhysOrg explique :

« C’est un phénomène contre-intuitif, les systèmes quantiques peuvent devenir si étroitement liés qu’ils ne peuvent plus être décrits séparément. En codant l’état quantique au sein de bits quantiques imbriqués, il est possible de comparer les états des bits quantiques pour détecter les erreurs, sans risque de perturber l’état quantique codé lui-même. »

C’est un peu complexe, mais au final, cela ouvre la porte à la stabilité. Les chercheurs ont fait un véritable pied de nez à Schrödinger. A terme, nous pourrions disposer d’un ordinateur quantique qui fonctionne réellement.

La carbonite serait plus efficace, mais – dure réalité – nous ne sommes pas dans Star Wars

Les scientifiques ont même pu démontrer cette méthode de correction d’erreurs à température ambiante, ce qui pourrait signifier que ledit ordinateur quantique n’aurait pas besoin d’être conservé au « congélateur ».

En effet, les interactions du système avec le monde extérieur pendant la phase de calcul risquent de lui faire perdre sa cohérence, il reprendrait alors un état binaire, comme un ordinateur normal. En somme, les propriétés quantiques ne doivent pas être corrompues par l’environnement. Ici, pour vous donner une mesure, les recherches s’appuient parfois sur le milieu cryogénique.

Nous n’y sommes pas encore, mais petit à petit, c’est bel et bien un avenir quantique qui se dessine !

POUR ALLER PLUS LOIN : Et l’on croit que l’informatique quantique est l’avenir de l’ordinateur…

 

Tags :Sources :Phys.org
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. comme quoi les français sont largement en avance en matière d’informatique.
    nous, ça fait des siècles qu’on utilise le « bit normand » : « p’tèt bien qu’oui, pt’tèt bien qu’non ».
    et on ne le congèle pas, on le conserve dans du vieux calva qui s’avale cul sec.

    1. N’importe quoi, les américains et les chinois sont les meilleurs :) Alors tg

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Pourquoi c’est Florence qui se tape les traductions d’articles scientifiques ici ?
    Autant demander à Stephen Hawking de danser le rock acrobatique.. c’est improbable, grossier, et effrayant

      1. Justement non, naurice.. je n’ai pas la prétention de m’y connaître en la matière.
        Donc je n’écris rien à ce sujet, ni ne cherche à traduire un article anglophone auquel je ne comprendrai rien ou presque.
        Contrairement à Florence, qui nous a prouvé à maintes reprises son incapacité à écrire un papier d’elle même sur les sujets scientifiques.
        Traduire, elle sait le faire. Réfléchir et analyser pour traiter un sujet correctement (ne serait ce que ça !) est au delà de ses possibilités de ‘Skybloggeuse’, navré.
        Que Norédine se charge de ça, il est très bon pour synthétiser les infos et les retranscire en langage courant, de manière vivante et intéressante. Contrairement à Florence qui balance une soupe d’informations « goole-tradées » à la manière d’un robot.

        1. Merci de nous avoir éclairé sur ton avis qui ne intéresse absolument pas. Maintenant, si tu n’as pas la prétention de t’y connaître, tu devrais peut-être te mettre à autre chose, comme le rock acrobatique.

          Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
        2. je me demandais la meme chose , en cliquant sur le lien j’espérais tomber sur un article de noredine mais quand j’ai vu florence dans le header j’ai eu un frisson dans l’échine

  3. Comme d’habitude l’article avait l’air intéressant, mais quel gâchis qu’il est été confié à florence. C’est pas croyable, a chaque fois que je vois un article avec son nom je me force à ne pas l’ouvrir, mais parfois le titre est trop intéressant et à 100% des cas je suis déçu.
    Article déplorable, sinon pour ton information 100 bits tout à fait classique contiennent 1,267e30 nombres différents, donc bon :
     » 100 qubits peuvent stocker 1 267 650 600 228 229 401 496 703 205 375 de nombres différents… Aucun ordinateur moderne n’est capable de telles performances.  » => Si justement depuis l’invention de l’informatique les ordinateur sont capables de telles performances.

      1. ne pas confondre bit et information :) dans 2 bits tu stock 4 informations… Le web fourni des informations lisibles par les humains, qui nécessitent bcp de bit pour être codés efficacement. Le nombre de bit utilise pour le web n’est donc pas le nombre de bit optimal mais les nombre de bit permettant une lecture de l’information optimale ce qui est différent…

  4. * non un qbit n est pas entre deux états, il est dans les deux états simultanément. C’est la lecture qui perturbera le système et redonnera un état.
    * 100 qbits peuvent stocker autant d informations que 100 bits, ni plus ni moins d’ou le chiffre qui est valable pour les deux !
    simplement toutes les informations sont utilisables en même temps, donc toutes les opérations peuvent se faire ne même temps ce qui est différent. C’est le principe d’être dans tous les états en même temps.
    * et oui dans 100 bits on peut stocker plusieurs fois tout ce qu’il y a sur le web. Sauf que cela s’appellerait la tour de babel, on serait bien incapable de relire l’information stockée car le code pour le relire serait d’autant plus complexe :) C’est pour ca que les stockages actuels sont plus dépensiers!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité