Le futur d’Internet me débecte ! (Partie 2)

futur internet chat

Merci de lire la première partie avant de continuer ici. Pour rappel, dans la première partie, j'ai exposé brièvement la stratégie visible des 2 grands géants du web à leurs débuts. Dans cette partie, je vais essayer d'expliquer les directions que Google ou Facebook souhaitent prendre et pourquoi c'est pour nous, les utilisateurs, un appauvrissement. 

Google-eggs

Tous les œufs dans le panier des GAFA
Tout ça me rappelle la stratégie des grands groupes de la distribution dans les années 1970. En s’installant à proximité des villes, ils allaient voir les agriculteurs et leur achetaient toute leur récolte à la condition que les exploitations s’agrandissent. Quel était le risque pour l’agriculteur ? Comme toute la récolte était vendue à Monsieur Grande Distribution, il pouvait faire des emprunts. Sauf qu’un jour, Monsieur Grande Distribution est revenu les voir en leur demandant de baisser leur prix de vente. Les agriculteurs n’avaient alors pas le choix que d’obéir et de travailler aux conditions abusives de Monsieur Grande Distribution. Avec les emprunts qu’ils avaient contractés et la taille de leur nouvelle exploitation, c’était la faillite assurée.

Aujourd’hui, sur le web, les créateurs de contenus ont tous signé d’une manière ou d’une autre avec ces grands distributeurs : Google, Facebook, Amazon, Apple… Et le bénéfice de leur vente est encore partagé de manière équitable. Mais demain, c’est moins certain.

Quel web 3.0 selon Google ?
Avec le Knowledge Graph de Google, les gros sites qui dégagent encore un peu de profits tels que Allociné ou Leboncoin vont perdre un grand nombre de visiteurs. Pour ceux qui l’ignorent, le Knowledge Graph est la capacité du moteur de recherche à répondre à une question sans que vous ayez besoin de l’exprimer ou même d’aller sur un site. Par exemple, aujourd’hui, si vous tapez (ou dictez vocalement) : Robocop dans Google, celui-ci affiche en premier les horaires de séance dans votre ville et les infos extraites de Wikipédia. Je peux imaginer les dirigeants d’Allociné en train de grincer des dents en regardant leurs statistiques. Car demain, leur audience va chuter, leurs revenus publicitaires aussi. Pour survivre, ils engageront des stagiaires (je relaierai leurs offres sur mon compte Twitter) et puis quand ils mettront la clé sous la porte, Google traduira IMDB en français.

Aujourd’hui, une grande partie des entreprises françaises ont une page Google+ qui s’affiche aussi dans les résultats. Demain, toutes les transactions faites sur Internet seront en majeur partie assurée par Google qui ne manquera pas de se rémunérer au passage.

Au vu de cette tendance, il est normal qu’un Google veuille mettre des lunettes connectés sur le nez des gens ! Avec les voitures sans conducteur embarquant plein de caméras, Google aura des données comportementales d’une précision encore plus redoutable qu’un Facebook, un Amazon ou un Apple. Imaginez un peu, Google a photographié toutes les rues du monde, a enregistré les données GPS de chacun des points et il saura précisémment où vous êtes à chaque instant, vous ciblant toujours mieux pour son plus grand profit. Quand la firme Google parle d’Internet des objets, elle ne fait pas référence aux objets connectés. Pour Google, l’objet, c’est nous.

facebook

Quel web 3.0 selon Facebook ?
L’an dernier, dans une interview, Zuckerberg déclarait : « Nous connectons maintenant plus d’1 milliard de personnes, mais pour connecter les 5 autres milliards, nous devons résoudre un problème beaucoup plus gros : la grande majorité des gens n’ont pas accès à Internet ». Et comme il le répète dans son message pour les 10 ans de Facebook : son ambition de Zuckerberg est de connecter les 2/3 de la planète qui n’ont pas accès à Internet.

Mais ne nous méprenons pas, le rêve 3.0 de Zuckerberg est d’être Internet ! Il veut que tout s’échange sur THE Facebook, que les contenus soient directement produits dans Facebook, gratuitement par les utilisateurs. Il veut que des places de marché naissent un peu partout dans Facebook. Si les fabricants vendent dans Facebook, il est normal qu’il prélève une commission. Bref, il veut vous faciliter la vie en vous offrant tout, la boutique, l’hébergement etc. Le prix à payer ? Une petite commission et votre indépendance.

On peut aussi comprendre pourquoi Zuckerberg est prêt à lâcher 3 milliards pour racheter Snapchat. S’il y parvenait, Facebook pourrait enfin stocker ces informations comportementales qui échappent à tout contrôle, et proposer sur son Facebook-Internet une zone soi-disant privée à ses utilisateurs.

 

Ce que sera certainement le web 3.0
Que ce soit Facebook, Google, Apple ou Amazon, ils veulent que toutes les transactions se déroulent chez eux. Nous allons assister pour la première fois à une contraction d’Internet avec une baisse du nombre de sites. Le grand marché mondial sera beaucoup plus petit qu’il n’est aujourd’hui et l’ensemble des richesses seront toujours détenus par les 1%. Pour exister sur ces places de marché, cela coûtera cher, et seules les grandes entreprises survivront. Il restera quelques influenceurs, voir il y aura des groupements d’influenceurs, mais ils seront rares. Internet tel que nous l’avons connu aura définitivement disparu.

Yoda futur

Toujours en mouvement, le futur est
Alors oui, le web 3.0 dont on aperçoit le gros nez sale ne me plaît pas. J’ai cependant un espoir. Il est probable que l’Internet que nous connaissons sera un espace où on se tiendra bien. On saura qu’on est fiché tout le temps et partout. Alors, on tentera de montrer notre meilleur profil. Et pendant que les GAFA feront des profits monstrueux, on se retrouvera dans un nouvel espace de liberté et de folie joyeuse. Dans cet espace sécurisé et parallèle, on écrira des mails personnels, on échangera des photos et on aura même des conversations privées.  Ce sera l’avènement du Darknet 2.0.  Même si aujourd’hui, ces sites du Darknet sont réservés aux hackers, bidouilleurs, terroristes et autres, Monsieur et Madame tout le monde viendront y faire un tour pour préserver une partie de leur vie privée. Et on en profitera ! On s’y vautrera en riant jusqu’à ce que des acteurs de cet univers parallèle deviennent des mastodontes mégalomaniaques. Alors, on reprendra nos baluchons, et on inventera un Supranet. Mais ça, c’est dans le meilleur des mondes…

 

PS : je sais que cette étude est incomplète et qu’on ne peut résumer le web à Google et Facebook, mais l’idée était plus de montrer une tendance de fond dont le cynisme et l’impact vont changer en profondeur l’Internet tel que nous le connaissons. Bien sûr, comme ma boule de cristal n’est plus sous garantie, il est possible que vous ayez une vision différente du futur d’Internet. Je suis donc ouvert à vos avis, suggestions et rêves. 

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Il se passe des trucs ici…. c’est quoi ces insultes et ses suppressions de commentaire ?
    J’etais en train de tapper mon com, et je me suis fait sortir.. merci
    Bon bah comme tout le monde s’en fou je garde ça pour moi alors !

  2. Très bon article, mais évidemment que tout le monde a ne serait-ce qu’un jour tenu ce raisonnement. Je ne sais pas si c’était vraiment la peine de le publier mais bon. C’est toujours un plaisir de te lire Norédine :)

  3. Du grand n’importe quoi cet article. Encore une qui n’a rien compris à Internet. Sûrement une amie proche d’Arnaud Montebourg…

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  4. intéressant, nous partageons la meme vision dystopique de notre futur. M’enfin je crois tout de même que la liberté nous sera accessible. Aujourd’hui ce n’est pas le cas. Même en étant sous GNU, en comprenant et en compilant soit meme chaque source qu’on utilise, notre hard est blindé de backdoors. C’est l’ambition de toute une vie attendons l’avènement du making.

  5. Salut Norédine,

    Ce type d’article est celui qui nous donne de l’espoir aux entrepreneurs qui rêvons d’un web 3.0 différent, avec des business models qui favorisent les créateurs de contenu, comme il se faut 😉

    Cela serait un honneur pour moi d’avoir ton feedback (avec ta vision de cette article en tête) sur le site que je suis en train de développer.

    Serait-tu intéressé ?

    Merci
    David

  6. Sur le fond, je suis tout à fait d’accord avec le contenu de ton article Norédine.
    Au début, internet c’était génial. Plein de contenu et de services, gratuits qui plus est. Un média ouvert à tout le monde, de la liberté d’expression, du partage de connaissance, de l’anonymat, etc.
    Mais forcement, comme on ne vit pas dans le monde des Bisounours, tout ça, ça ouvre la porte à tous les abus. Régulation (il en faut quand même) et monétisation obligent, l’internet des débuts n’avait pas d’avenir sous cette forme. On en arrive donc facilement à l’état actuel des chose qui, il est vrai, n’est pas très encourageant pour l’avenir.
    .
    Maintenant, sur la forme, je trouve quand même que c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité.
    Tu ne vas pas me faire croire que tu découvres le problème. Les fameux boutons « Like », « +1 » & co, et tout le pistage qui en découle, rien ne vous a obligé, vous, sites internet, à les imposer à vos lecteurs. Vous avez largement votre part de responsabilité. D’ailleurs, quand tu parles de la presse qui « se retrouve à publier des articles avec des titres à clics, à like et à partager », j’ai quand même un peu l’impression que c’est une spécialité de Gizmodo, non ?
    Alors oui, c’est vrai, je veux bien le croire, c’est difficile de gagner sa croûte en se passant de ces outils de nos jours. Mais il n’empêche que certains y arrivent. En rentrant dans ce jeux, vous ne faite que cautionner cette dérive et donner plus de puissance à ceux qui sont critiqués ici. Libre à vous de trouver un autre business model. Maintenant, je l’admet, je suis loin d’avoir une solution miracle à proposer (et tu peux me croire, j’en suis bien désolé).
    .
    Pour, l’avenir, je pense que si on ne veut pas tomber dans la dérive que l’on craint tous, il va falloir faire quelques efforts.
    D’une part, de votre côté, fournisseurs de contenus, en trouvant un moyen de vous sortir de la dépendance financière des GAFA, comme tu les appelles (je me coucherai moins bête ce soir).
    Et d’autre part, du côté des utilisateurs, à nous de faire attention à ce qu’on cautionne. Pour reprendre le parallèle avec la grande distribution, le consommateur a toujours un pouvoir. Si un produit n’est pas consommé, il disparait. Perso, quand je vais faire mes course, il est hors de question que j’achète des produits dont les ingrédients ne me plaisent pas ou qui viennent de l’autre boût de la planête si il existe les mêmes produits juste à côté (des pommes du Chili, par exemple). C’est la même chose avec les services internet. FB fait ce qu’il veut avec mes données personnelles ? Pas de problème! Je n’ouvrirai jamais de compte chez eux. Un site marchant m’impose de me connecter avec mon compte FB ? Tant pis pour eux! J’irais faire mes courses ailleurs.
    .
    Alors c’est sûr que ça complique un peu les choses (encore que) et que c’est peut-être un peu caricatural. Mais il ne faut pas oublier que la facilité est rarement gratuite…

    1. Tout d’abord, merci pour ce commentaire constructif.

      Comme tu le dis, Gizmodo n’échappe à la règle et fonctionne pour l’instant avec la complicité de FB, G+ etc. Mais Gizmodo laisse une grande liberté à ses rédacteurs et je peux donc exprimer mon point de vue, même s’il va à l’encontre de la politique actuelle du site. Et même si ça peut sembler paradoxal, j’apprécie de le faire ici.

      1. Mais c’est moi qui te remercie pour ta qualité rédactionnelle. Sur cet article, bien sûr mais aussi sur les autres, même les plus légers.
        Ce que j’apprécie particulièrement chez toi, en plus des tes articles, c’est la bonne habitude que tu as prise de répondre aux commentaires de tes lecteurs et ton ouverture à la critique.
        Keep going, c’est toujours un plaisir de te lire.

      2. Oui vraiment merci pour cet article, ça fait plaisir de voir des textes de cette qualités.
        Pour ce qui est de ton avis personnel, je trouve qu’il est très bien exprimé et très argumenté, ce qui ne me dérange pas!

        Bref pas fini de tout lire, mais c’est très intéressant

  7. La vache ! Je suis peu être bon publique, métis article très intéressant. Comment ne pas être blasé par la tournure que cela prend. Il y aura toujours quelque îlots de liberté et de créativité qu’il faudra défendre. Il faut s méfier des gens qui veulent penser a votre place.

    P.s: c’est une lettre de démission Norédine ? Je sais pas étonné que tu ais perdu la foi avec Gizmodo…

  8. Super article ! Il faut ouvrir les yeux de certaines personnes qui ne pensent pas assez globalement pour comprendre Internet, ce qui est le cas de beaucoup de monde . Norédine tu es le meilleur rédacteur de ce blog !!

  9. Bonjour,
    Pour moi ces grands acteurs simplifie l’utilisation d’internet. Que ce soit pour partager, découvrir, apprendre, acheter etc..
    La technologie évolue, les choses changent et il faut savoir s’adapter.
    L’internet libre existe toujours, rien ne m’empêche demain de créer un site et de le référencer sur Google ou d’autre moteur de recherche.
    Ce que je vois dans cette article c’est surtout la perte du profit (argent) que peut générer le Web à cause des grands acteurs or Internet n’a pas été créer à la base pour générer du profit ! Les donnés collecter servent à améliorer leur propre service, cela ne me gêne pas. Et si cela me generai je n’utiliserai pas internet.

  10. Ces mastodontes, en tout cas, ne s’attaquent pas encore au secteur du X, alors que celui-ci représente un trafic conséquent sur le net.
    Le porno serait-il le refuge de notre liberté ?

    1. aucunes preuves qu’ils n’investissement pas dans le domaine via de petites structures.

      de plus les AdWords concernent aussi les sex-shops en ligne il me semble

    2. On trouve les boutons like et +1 sur les sites de pr0n!

      Et le pr0n suit exactement le même chemin que l’internet « visible » avec de gros majors qui s’approprient tout.
      j’avais vu un reportage la dessus et saviez vous que derrière tous les sites de « tubes » (streaming gratuit) se cachent en fait les sites payants, et que en fait tous ces payants + gratuits ne forment qu’un seul et même network qui brasse des millions?

      1. M’a toujours fait marrer le like sur les sites de pr0n… « Tontons, cousins et cousines, amis d’enfances et collègues : je vous présente Tina en threesome ! »

  11. De fait il y a de quoi s’inquiéter, surtout quand certains de ces monstres ont une puissance financière capable de tout acheter, peut être même des politiques, juges, procureurs etc. et tout pouvoir pouvant encore renforcer leur puissance.
    On assiste même à des tentatives de manipulation de l’opinion publique avec l’aide de serviteurs zélés très « militant » ou peut être tout simplement rémunéré pour cela.

  12. Très bon article et c’est toujours autant un plaisir que de te lire Norédine :)

    As tu envisagé la possibilité de réaliser des formations rédactionnel au sein de Giz ??? Oui bon c’est un petit troll, mais vendredi c’est permis 😉

  13. J’ai supprimé mon compte Facebook il y a quelques années. Pourquoi ?
    J’ai juste lu les conditions d’utilisation.
    Et je n’ai pas aimé.

    Prenez le temps de lire les conditions d’utilisation des réseaux sociaux auxquels vous vous abonnez. Je sais c’est rébarbatif ,mais très instructif .

  14. Et avant internet ?
    C’est sur en tout cas que Google a déraillé. Ceci depuis qu’ils ont plié devant le pcc et la nsa.
    Facebook n’a JaMais été honnête c’est simple.

    Mais alors voir des commentaires ‘moderes’, et leur auteur assimile a un troll, dans un article qui pleure sur la fin d’internet libre… c’est !984 et la double pensée. La liberté de penser comme vous alors ?
    C’est a pleurer. C’est nul. Vous méritez d’être dans du liquide nourricier pour servir de pile aux robots.
    Et puis disons-le internet ne fera pas tomber le mur du racisme et du nazisme en Palestine occupée(mon avocat me dit qu’il est légal de dire que des.racistes nazis existent en Palestine occupée si je ne dis pas qui ils sont). En Allemagne les racistes nazis ont été au pouvoir et ont fait beaucoup de mal a tous les allemands de par le monde. Les allemands auraient du faire attention a leurs nazis ; on peut en dire autant de la palestine et d’internet. Le maquis c’est pour les impuissants, ceux qui ont déjà perdu dans leur tête, des vic mes.consentantes aux nazis.d’aujourd’hui

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  15. J’ai beaucoup aimé cet article :)

    Ce que j’aimerais rajouter c’est que beaucoup d’entreprises ne sont pas toutes douées en informatique.
    Du coup pour se faire connaître par leurs nouveaux clients rien de tel que de passer par une page Facebook et Google+.

    Il faut dire que la nouvelle génération n’a plus besoin d’avoir de grandes connaissances en informatique pour pouvoir communiquer sur le web alors si ne nous ne sommes pas plus curieux nous restons à utiliser les services de grands groupes qui faut avouer sont d’une simplicité à utiliser.

    Aussi pour nous qui avons connu le début web cela nous fait vraiment peur de voir ces grands groupes prendre le contrôle sans pouvoir faire quelque chose. Bien sûr, il existe des alternatives à leurs services, mais les personnes sont-ils prêts à partir de Facebook ? Quand on veut utiliser un autre service combien vont réellement me suivre dans mes amis ? Si c’est pour me retrouver seul à chatter sur un service que personne ne veut utiliser car ils ont leurs habitudes avec Facebook que faire ? Je reste donc à utiliser les services de ces grands groupes.

    Quelque part nous sommes un peu piégés aussi bien par ces grands groupes que par les utilisateurs.

  16. le plus inquiétant pour mois c’est ce genre de com « merci pour cette vision personnel que tu nous partage qui amène à réfléchir. ».. il y a plein de gens à qui ça n’a jamais effleuré l’esprit !

    et le pire de tout, c’est ceux qui se la jouent rebelle du dimanche  » et alors? j’ai rien à cacher ».. là on atteint un niveau de dangerosité pour l’espèce humaine désespérant

    1. je suis pas un rebel, mais je n’ai rien à cacher :) j’ai un compte facebook et google+ mais ne les utilisent que pour prendre des nouvelles des gens, rien de transcendant ou trop personnel (« t’as un nouveau taf ? cool »), ou souhaiter les anniversaires. si quelqu’un met une photo de moi et me tag ? tant pis je survivrai.
      mais c’est vrai que les gens qui n’ont pas pensé un minimum comme cet article sont inconscients… manque de jugeotte, manque « d’éducation » au sujet de l’informatique ?

  17. vie privée et informatique ne sont pas compatibles, il faut juste savoir ça ! même les trucs de geeks ou de hackers ne sont pas infaillibles, et donc accessibles par quelqu’un d’autre que soi.
    je suis bien d’accord en général avec cet article, ça fait peur par moments même. le problème avec GAFA, comme tout monopole, c’est qu’on y est forcément dépendant. je suis webmaster d’un petit site d’e-commerce, on s’est pris une sanction par google (abus de mots-clés) et le CA a complètement chuté… pas d’alternatives, le bouche à oreille ça marche furtivement, mais pas assez pour faire vivre tous les employés de la boite.
    en tant qu’amateur de blu-ray, quand je vois qu’amazon propose très régulièremenet des offres à moins de 10€un blu-ray qui en coute 20 chez un autre distributeur, le choix est vite fait ! mais je suis bien au courant des conditions de travail là-bas…
    tout ça pour dire qu’on est mal barré, l’avenir s’annonce sombre pour nous le peuple ! elysium, nous voilà !

    1. il faut surtout comprendre que de plus en plus de site se fera avec un accès sur abonnement
      donc……………payant même Google et ses recherches………..je me demande pourquoi se n est pas encore payant
      il n aura donc plus de service …..public sur le net mai…….. privé

  18. Sympa cet article Norédine,
    pour ma part, ayant connu les débuts du net avec ses sites en html tous colorés baveux qui piquaient les yeux (qui se chargeaient en 10 minutes en 56K), Internet a perdu son coté « lieu de liberté » du moment où les commerciaux et les publicitaires y ont débarqué.

    Soit à l’arrivée du 512K … il y avait un majorité de fondus d’informatique, de joueurs et de passionnés. Et puis on s’est redu compte des opportunités commerciales du truc et c’est très vite devenu la foire à la pub, il fallait vendre du clic au maximum. C’est à cette même époque que les spams ont commencer à proliférer.
    Aujourd’hui les sites offrant un vrai contenu, et qui ne cherchent pas à vendre quelque chose sont difficiles à trouver.

    La collecte de datas ? mon ancien profs de stats vous répondrait qu’au final ces géants ne récoltent que ce que vous voulez bien leur donner, et qu’en réfléchissant un peu on pourrait facilement rendre l’ensemble de ces informations obsolètes (il n’y a qu’à voir le nombre de profils de personnes décédées sur FB … profils impossible à supprimer qui plus est). C’est un comportement à adopter en connaissance de cause.

    Je pense qu’à un moment, on va atteindre un point de saturation. Les comportements vont s’adapter, évoluer … au même titre que la 3D et la 4K ne se vendent pas parce qu’il est financièrement impossible et ridicule de changer sa TV tous les 2 ans, une entreprise qui bouffe les profits de ses clients/fournisseurs et les pousse à la faillite ne survit pas très longtemps.

    Un dernier point qui m’agace dans ce domaine : j’ai l’étrange impression que les français (et même les européens) se sentent assez peu impliqués dans ces technologies. Facebook ou Google existent déjà alors on ne va pas tenter de créer l’équivalent européen pour essayer d’équilibrer le truc histoire d’avoir une alternative. De même que pour les microprocesseurs, les principaux fondeurs sont hors de l’Europe.
    Je n’aime pas l’idée que l’ensemble des systèmes informatiques européens puissent un jour se retrouver sous le contrôle des USA parce qu’un petit malin aura décider de coller un mouchard dans le processeur ou l’OS des prochaines générations de machines.

    1. Sujet intéressant mais à par avoir un avoir un moteur de référencement sur le sol français, je ne vois pas comment on peut échapper à tout ça.
      Les chinois eux par contre on assuré le coup, même si leur politique de censure me débecte.

      Parts de marché des moteurs de recherche en Chine :
      Baidu : 69%
      Qihoo 360 : 15%
      Sogou : 9%
      Google : 4%

      Par contre si le gouvernement ne se bougent pas les fesses, c’est clair qu’on se ferra bouffer.
      Faudrait crée un moteur de recherche en partenariat avec l’État.

      Au lieu de gaspillé du fric dans Hadopi, un bon moteur de recherche français nous aurait peut-être rapporté des milliards. Et par la même occasion ça pourrait mettre en tête de liste les entreprises française, comme ça l’argent resterait en france, ce qui en toute logique devrait générer de l’emploie.

      Eureka, ça y est, j’ai trouvé comment résoudre la crise 😉

    2. hum …. c est déjà fait avec les histoires des agents secret qui devaient délivrer certains fichiers…….
      HELAS bill gate et autre « pommme » sont passé par la

    3. on est sous contrôle! cet article excellent par ailleurs, nous montre la dérive du fric par ses auteurs
      les plus gros moteurs de recherche sont maintenant coté en bourse !
      hélas l Europe a lâché tout cela

  19. Très bon article sur lequel je partage le point de vue depuis quelques temps!
    Le fait que quelques groupes s’approprient le web fait peur!mais comme cela rivent dans bcp de commentaires, c’est a nous de changer cela et de mettre au point des alternatives!

  20. C’est un point de vu, de ma cabane l’internet du futur gèrera mon OS, ma bureautique, mes mails, mes agendas, ma musique, mes vidéos, mes photos, mes lectures, mes jeux, mon téléphone, mes paiements, mes activités et plein d’autres trucs… Bref un écran avec une grosse connexion à internet suffira. En fonction de l’usage l’écran sera différent (TV, voiture, lecture de la presse…).
    En d’autres termes mon univers pro et perso sera intégré. C’est ma demande !
    La question est donc : qui m’offrira cette intégration avec l’interface qui va bien et à quel prix ?
    Autre point, quand ton smartphone prend des photos, tu t’émeus de l’avenir de Kodak, Polaroid, Ricoh ou Nikon ?
    Cela sera pareil pour AlloCiné…
    Merci pour ton article et le partage de ta vision. Cela donne à réfléchir.
    PS : cf. le post scriptum de l’article qui s’applique également à moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité