L’Ouzbékistan, des tests génétiques pour repérer les futurs olympiens

Un brin d'ADN

Aujourd'hui, si l'on écoute les scientifiques d'Ouzbékistan, les athlètes olympiques du futur seront sélectionnés génétiquement.

Première mondiale, le pays aurait commencé à mener des analyses génétiques sur les enfants dès l’âge de 10 ans, dans l’espoir de trouver ceux qui seraient prédisposés à exceller dans un sport donné.

Et ce ne sont pas des savants fous, mais plutôt un partenariat entre l’Académie des sciences du pays et le Comité national olympique qui escomptent mettre en place le programme dès 2015. Si le concept n’est pas à proprement parler lancé, il est en friche depuis belle lurette.

Les scientifiques ont étudié les gènes des meilleurs athlètes ouzbeks depuis plusieurs années afin d’utiliser ces données pour créer une base au programme « sports selection at the molecular genetic level ».

L’étude est à la fois intrigante et surtout très expérimentale, sans même aborder le point de vue éthique, pourtant, le Comité International Olympique n’a pas interdit les tests.

La génétique n’est qu’une pièce du puzzle, la personnalité, l’envie et l’environnement ne sont pas négligeables. Nous verrons si le programme porte ses fruits, et le cas échéant, il devra être fermement légiféré pour éviter toutes dérives.

Tags :Sources :The Atlantic
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. L’esclavage a indirectement engendré les meilleurs athlètes d’origine africaine, le problème est bien entendu éthique et pas scientifique.
    Ce qui est drôle c’est que l’Ouzbékistan découvre la sélection génétique et décide de jouer les eugénistes 60 ans après Hitler. Les mecs sont aussi nuls en histoire qu’aux J.O.

  2. les chinois en leur temps ont fait pareil pour des gymnastes.
    Les parents ont été « sélectionnés » pour donner naissance à la fillette championne.

  3. L’eugénisme depuis belle lurette !

    A l’instar de la sélection naturelle, la sélection artificielle est une pratique extrêmement courante, comme par exemple, la sélection des races de chiens ou de chats pour des caractères, ou des poils, de l’endurance etc..

    On pourrait toutefois extrapoler à la sélection naturelle, avec non pas l’adaptation d’un individu à son environnement, mais par l’apparition du caractère nécessaire à l’adaptation. Ce qui n’est dans sa finalité, le même but..

    Et les récentes découvertes sur l’épigénétique nous apprend que le seul gène, ne peut être responsable de l’intégralité des phénotypes, mais que l’expression des génotypes, a une importance encore plus grande.

    Wait and see.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité