Test : Archos GamePad 2, la console portable alternative du moment ?

Archos GamePad 2

Un an après s'être invité (sans trop de succès) dans le secteur des consoles portables, Archos retente à nouveau l'expérience, en livrant une copie cette fois bien plus acceptable.

C’est quoi ?

Archos GamePad 2

Le GamePad 2 d’Archos se veut être un hybride entre tablette tactile et console de jeu portable. Dans les faits, le terminal est avant tout une console portable, et il est assez peu pratique de l’utiliser en tant que tablette tactile classique, ne serait-ce qu’à cause des touches qui l’entourent. Il fait suite au GamePad de première génération, qui n’avait pas franchement marqué les esprits. Les plus curieux pourront se rabattre sur le test que nous avions publié.

Assez classique dans sa construction, le GamePad 2 dispose d’un processeur quad-core à 1.6 GHz, de 2 Go de RAM, de 8 Go de mémoire interne (un port microSD lui permet d’accueillir des cartes de 64 Go au maximum), d’un écran IPS de 7″ (résolution de 1 280 x 800 pixels), d’Android 4.2.2 Jelly Bean, d’une compatibilité WiFi, Bluetooth, d’une prise jack 3.5 mm, d’une webcam 0,3 mégapixels, d’une sortie mini-HDMI, le tout pour des dimensions de 10 x 20 x 15,4 cm et un poids de 400 grammes. Le GamePad 2 va se recharger par micro-USB. Il est vendu 179€.

Design

Archos GamePad 2

De prime abord, le GamePad 2 pourra être assimilé à un clone géant de la PS Vita. La disposition des touches du produit d’Archos reprend à peu de choses près celle de la console de Sony, et on retrouve 2 sticks analogiques, une croix directionnelle, des touches Start, Select, A, B, X, Y ainsi que 4 gâchettes alignées (le GamePad de première génération n’en proposait que deux). Sur la tranche supérieure du produit se nichent les ports micro-USB, mini-HDMI, de contrôle du volume et Power. Les haut-parleurs ont été directement intégrés sur la façade avant de le GamePad 2, sous les touches Start et Select. C’est une bonne idée, en soi.

Globalement, ça saute aux yeux qu’Archos a corrigé le tir par rapport au GamePad original. Cette itération arbore en effet une finition glossy bien plus glamour, et bien qu’elle ait tendance à s’imprégner des traces de doigts, elle confère un petit côté « premium » au tout. Déjà moins exubérantes, les extrémités de la coque arrière sont recouvertes de gomme, son centre d’une texture solide.

Utilisation

Archos GamePad 2

Certains gamers crieront à la folie face à cette console de jeu aux dimensions géantes. Il faut dire que le choix de l’écran de 7″ est discutable, aussi bien pour des questions de prise en main que de transport. La logique aurait voulu qu’Archos se cantonne à mimer les pontes du genre, Sony et sa PS Vita en tête de file, en optant pour un écran de 5″, voir de 6″ au maximum. Bref, le choix semble assumé, et aussi étonnant que ça puisse paraître, l’ergonomie générale demeure bonne en toute circonstance. Sauf peut-être lorsque vous allez jouer à un jeu où il vus faudra jongler entre les 2 sticks analogiques et les 4 gâchettes supérieures : dans ce cas précis, on va avoir du mal à atteindre les gâchettes situées vers l’intérieur.

Malgré tout, le placement des sticks analogiques à mi-hauteur fait sens, et permet d’avoir accès à toutes les touches, gâchettes y compris. La croix de direction, composée d’un seul et unique bloc (et non plus de 4 boutons autonomes, une hérésie !). Le terminal n’est pas non plus très lourd une fois en main.

Comme on le disait un peu plus tôt, le GamePad 2 est avant tout voué à faire tourner des jeux. C’est sa vocation première, et sur ce point, il s’en sort rudement bien, autant du côté des jeux 2D que 3D. La croix directionnelle répond au doigt et à l’oeil (c’est un régal que de l’utiliser sur des jeux aussi exigeants que Sonic), et les sticks analogiques, même s’ils n’offrent pas une ergonomie aussi bonne que celle conférée par des pads PS3/Xbox 360, s’en tirent bien.

On a aimé

Archos GamePad 2

On se répète, mais le GamePad de première génération ne nous a pas laissé un souvenir impérissable, loin de là. Avec ses finitions au rabais et son écran à l’angle de vision décevant, il avait plus en commun avec le rendez-vous manqué qu’avec le coup de maître. Rassurez-vous : le GamePad 2 a hérité d’un très bel écran IPS, qui tranche radicalement avec l’écran qui équipait le GamePad de première génération. Cette fois, l’angle de vision est très satisfaisant et les couleurs ressortent bien. C’est lumineux, les tons sont chauds, et comme on le disait, c’est vraiment le jour et la nuit entre cet écran et celui dont son prédécesseur avait hérité. Néanmoins, si on était pointilleux, on aurait pu se demander pourquoi Archos n’a pas poussé le vice au point d’offrir une résolution full HD à son écran (on doit en effet se contenter d’une résolution de 1 280 x 800 pixels). La prochaine fois peut-être ?

D’une manière générale, le produit d’Archos affiche une très bonne finition, qui dégage une impression de solidité. Le rendu est propre, bien que minimaliste, et on retrouve d’ailleurs cette volonté d’épuration au travers de la version d’Android qu’on lui a injecté : il s’agit d’une version « stock » d’Android 4.2.2 Jelly Bean, complètement dénuée de surcouche, à laquelle on a simplement rajouté quelques applications et utilitaires. Au final, l’expérience en est optimisée. Parmi les applications intégrées par Archos, on retiendra particulièrement le Mapping Tool, un outil de mapping des touches du GamePad 2 donc, qui va vous permettre de redistribuer l’assignation des touches lorsque cela est nécessaire (rassurez-vous, c’est rarement le cas, et la plupart des jeux reconnaissent la tablette et ses touches d’entrée).

Aussi, l’idée développée par l’application Game Zone (une autre application injectée par Archos à Android), directement implantée au sein de la tablette, fait sens : elle va recenser tous les jeux compatibles avec le GamePad 2, classés en catégories (aventure, action, et même émulation !), vous renvoyant à chaque fois vers le Google Play Store, afin de vous permettre de télécharger dans la foulée les programmes qui seraient susceptibles de vous intéresser. Quand on connait l’ergonomie assez désastreuse du Google Play Store, on se dit qu’on aurait eu du mal à s’en sortir sans une telle aide !

En terme de performances, sans être une véritable bête de course, le GamePad 2 arrive à faire tourner tous les jeux du Google Play Store sans anicroche. De GTA : San Andreas à Dead Trigger 2, les jeux se laissent amadouer, tournent sans afficher le moindre lag. On imagine que la plupart des jeux 3D à venir d’ici la première moitiée de l’année 2014 tourneront également au poil sur le terminal.

Pour évoquer un point n’ayant pas de rapport direct avec le gaming, l’application Archos Vidéo intégrée au GamePad 2, en plus d’offrir une interface au poil, permet de lire n’importe quel fichier vidéo, ou presque. C’est toujours ça de pris.

On n’a pas aimé

Archos GamePad 2

L’autonomie du GamePad 2 n’est pas honteuse, loin de là, mais la batterie 5 000 mAh lui a été intégrée peine à tenir plus de 5 heures lorsque vous jouez. On imagine que le résultat final aurait pu être un peu plus probant avec un peu plus de travail d’optimisation.

Et puis, les sticks analogiques ont beau être bien placés, ils manquent légèrement de réactivité, de précision. Le feeling lorsqu’on les a en main est assez peu commun, et déroute un peu lors des premières minutes suivant la découverte. Rien de bien insurmontable, on s’y fait, mais c’est à noter.

La dernière critique que l’on aurait à formuler envers ce GamePad 2 concerne son prix : s’il flirte avec la barre des 200€, et qu’il semble offrir un excellent rapport qualité/prix, elle demeure plus chère que la récente S7800 de JXD, un constructeur chinois dont la qualité des produits s’améliore grandement ces derniers mois.

Et alors, j’achète ?

Archos GamePad 2

Si vous recherchez une console portable capable de faire tourner une ribambelle de jeux à un prix correct, et disposant d’un large écran, alors ne cherchez plus : le GamePad 2 est fait pour vous.

Pour autant, les fans de rétro gaming et d’émulation trouveront sans doute mieux du côté de la GCW Zero par exemple, à la diagonale d’écran plus raisonnable. Une question de feeling sans doute, mais il n’en reste pas moins que Archos a réussi son pari : nous surprendre, dans le bon sens du terme. Autant dire qu’on a hâte de voir le prochain mouvement de la firme sur le secteur des consoles de jeu !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’ai acheté ce joujou pour mon fils pour Noël. Il n’en as profité qu’une semaine. Gros bug, impossible de démarrer la console ni de faire un reset.

    Bref….Archos fais de bonne tablettes mais pour ce qui est des consoles, c’est pas encore ça.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Ahahahaha, quelles conneries on ne peut pas voir sortir parfois. On a pas besoin des ces stupidités pour se comprendre, enfin je sais pas pour vous mais moi ça va

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité